Accueil >  Groupe  >  L'Alliance avec Nissan  > 

Alliance 2030 : le nouveau plan stratégique porté vers l’électrique

Ce jeudi 27 janvier 2022, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle feuille de route, portée sur le développement de la mobilité électrique. Au programme, un investissement de 23 milliards d’euros et 35 véhicules électriques en 2030.
Alliance 2030 : le nouveau plan stratégique porté vers l’électrique
Par le 27/01/2022

Comme annoncé ces derniers jours, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a révélé, ce jeudi 27 janvier 2022, son plan de bataille dédié aux véhicules électriques. Baptisé « Alliance 2030 », ce projet vient se compléter à l’annonce du plan Renaulution, détaillé par le PDG du Groupe Renault, Luca de Meo, en janvier 2021. 

Ce projet vise à partager les investissements et les savoir-faire de chaque entité. À quelques semaines de l’ouverture des commandes de la nouvelle Mégane E-Tech Electric, Renault confirme son envie de devenir le constructeur le plus vert d’Europe d’ici 2030. Pour y parvenir, la marque au losange souhaite renforcer ses liens avec Nissan et Mitsubishi. Pour les 35 nouveaux modèles 100 % électriques attendus pour 2030, l’Alliance utilisera des plateformes communes afin d'élever son niveau de compétitivité et de rentabilité

Un avenir commun concentré sur celui de la mobilité

C’est indéniable, les nouvelles et futures normes anti-pollution poussent les constructeurs à produire des véhicules de plus en plus propres. La solution semble toute trouvée depuis une dizaine d'années maintenant et chacun développe sa technologie, basée sur une mobilité 100 % électrique. Pionnier dans le domaine, Renault met un coup de collier à son projet en dévoilant, ce jeudi, son nouveau plan, commun à Nissan et Mitsubishi, ses alliés, nommé « Alliance 2030 ».

Un peu plus d’un an et demi après l’annonce du renforcement de sa compétitivité et sa rentabilité, l’Alliance entre dans une nouvelle phase de son projet. Porté par son président, Jean-Dominique Senard, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi « accélère le rythme pour engager une révolution de la mobilité et apporter plus de valeur à ses clients (…). ». Les trois entreprises vont donc partager les investissements, estimés à hauteur de 23 milliards d’euros sur les cinq prochaines années, avec dans le viseur la neutralité carbone d’ici 2050. 

En avant toute vers l’électrique avec l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Il y a quelques jours, nous vous parlions du souhait de la marque au losange, consistant à ne produire uniquement des véhicules 100 % d’ici 2030. Désormais, cette envie est commune à l’ensemble des marques de l’Alliance. 

En difficulté en raison des différentes crises, ce partage des frais devrait permettre aux entreprises de mener à bien leur projet. Pour ce faire, l’Alliance utilisera 5 plateformes communes pour leurs futurs modèles. L’ambition est de renforcer l’utilisation des plateformes communes pour atteindre un seuil de 80 % en 2026, contre 60 % aujourd’hui, sur toute une gamme composée de 90 modèles. 

Grâce à cette stratégie, les marques espèrent créer et commercialiser plus de nouveaux modèles plus rapidement. Une bonne affaire pour Mitsubishi qui réfléchissait grandement à se retirer du marché européen il y a encore quelques mois. Après la commercialisation de son Eclipse Cross PHEV, à l’essai dernièrement, la marque nippone annonce l’arrivée de deux nouveaux modèles, dont une nouvelle version de son ASX, qui reprendra les bases des best-sellers de Renault. 

5 plateformes dédiées à la nouvelle gamme de voitures 100 % électriques

Le détail des plateformes communes à l'Alliance

Avec déjà 10 milliards de dépenses engagées sur ces dernières années, l’Alliance va donc investir 23 milliards d’euros supplémentaires pour lancer 35 nouvelles voitures électriques d’ici 2030. 

Renault,Nissan et Mitsubishi se partageront cinq plateformes, qui équiperont 90 % des nouveaux modèles lancés. Chacune aura son rôle et sa spécificité : 

  • La plateforme KEI-EV, que recevra les citadines japonaises ultra-compacts, les kei-cars. 
  • La LCV-EV, destinée aux clients professionnels et donc aux utilitaires tels que le Renault Kangoo ou le Nissan Town star. 

Partager les savoir-faire entre marques pour offrir une expérience unique et complète

Chaque entité aura donc son domaine de prédilection, qu’il partagera avec ses alliés. Nissan développera la technologie « All Solid-State Battery » (ASSB) quand Renault s’occupera du développement d’une architecture électrique et électronique commune à tous, autour du logiciel « full software defined vehicle ». 

Premier point important, une stratégie commune concernant les batteries visant une production annuelle de 220 GWh d’ici 2030. Cela permettra à l’Alliance de voir une réduction du coût des batteries de 50 % en 2026, et 65 % en 2028. 

Évoquée précédemment, la technologie ASSB sera mise en place dans le courant de l’année 2028 avec pour objectif de ramener les coûts du véhicule électrique à celui du véhicule thermique actuel, et atteindre 65 $/kWh. Une nouvelle fois, le but est de démocratiser la mobilité électrique à l’échelle internationale. 

Pour ce qui est de l’expérience digitale, Renault amène dès à présent une nouvelle expérience avec l’introduction du système Google, implanté dans Nouvelle Mégane E-Tech Electric et prochainement le futur Kadjar, baptisé Austral, qui a légèrement dévoilé son intérieur à travers un croquis cette semaine. Le SUV sera officiellement présenté le 8 mars prochain. 

D’ici 2026, c’est plus de 45 modèles et 10 millions de véhicules qui sillonneront les routes avec des ADAS derniers cris, dont le système de conduite autonome ProPILOT. L’Alliance souhaite que plus de 5 millions de ses véhicules, connectés au Cloud, soient livrés par an. Prévu pour 5 ans, ce plan devrait donc amener un total de 25 millions de véhicules connectés sur les routes. 

Avec cette nouvelle feuille de route, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se veut comme précurseur de la révolution de la mobilité. Un pari osé et qui devra faire ses preuves, quand on sait que les synergies se multiplient entre les grands groupes automobiles, et que les idées se tournent de plus en plus vers une mobilité 100 % électrique. 

En attendant, Renault dévoilera ses résultats financiers pour l'année 2021 dans 3 semaines, pendant que Nissan présentera, de son côté, dévoile les tarifs de son Nouvel Ariya et son Nouveau X-Trail le 5 avril prochain. 


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 30-1603-10977-planeterenault-amp0-device-1348810057