Accueil >  Gamme  >  Technique  > 

Train avant à pivot indépendant

Le train avant à pivot indépendant a pour unique objectif de diminuer fortement les effets transversaux provoqués par le couple du moteur sur la trajectoire de la voiture lors des phases de forte accélération.
Train avant à pivot indépendant
Par le 11/05/2006

Sur une traction où toute la puissance du moteur est transmise aux seules roues de devant, le train avant est d’une importance capitale. C’est principalement lui qui va agir sur les performances globales de la voiture que son soit son agilité, notamment pour inscrire correctement la voiture dans les courbes, mais aussi pour le chrono car il se doit d’offrir à la voiture la meilleure motricité possible afin d’exploiter toutes les possibilités offertes par le moteur.

La Mégane 2 RS, avec ses 220ch. et son couple de 300 Nm a ainsi été la première sportive de la marque à démocratiser ce type de suspension avant que la Clio Renault Sport  ne lui emboîte le pas sur la 3ème génération de la citadine. 

Comme son nom l’indique, l’axe de pivot du train avant de la nouvelle Clio Renault Sport est totalement découplé du système d’amortissement contrairement à un train “classique” de type pseudo-McPherson (du nom de son inventeur, et qui équipé en premier lieu la Ford Vedette dans les années 40), le plus répandu sur les citadines et les voitures compactes, où l’axe de pivot passe par la rotule du bras inférieur.

La suspension à pivot indépendant est donc une amélioration du pseudo-McPherson grâce à une liaison pivot entre le porte moyeu (en 1 sur l'image) et un porte-pivot en aluminium (en 2 sur l'image) qui assurent la rotation de la roue suivant son axe de pivot.

 

Train Avant à Pivot Indépendant sur la Clio RS

Le déport fusée (distance entre le centre de la roue et l’intersection entre ses axes de rotation et de pivot) est ainsi réduit à 34 mm, contre 48 mm pour un train type pseudo-McPherson sur la nouvelle Clio. Le porte-pivot est fixé sur le bras inférieur rectangle en aluminium (3). Sa tenue en rotation est assurée par une biellette (4) qui relie les deux pièces.

Suspension à pivot découplé

Une technologie utilisée principalement par les sportives

Dans le monde de l'automobile, cette technologie est bien connue des ingénieurs. Ainsi, outre Renault (sur les Mégane RS ou Clio RS), d'autres constructeurs automobiles y ont également recours tels que Ford (notamment sur la Focus RS) ou encore Opel sur ses modèles les plus puissants OPC. Issues de modèles de grande série qui disposent généralement de base d’une suspension de type McPherson, l'adaptation est ainsi relativement peu coûteuse eu égard à ce que cela apporte en terme de comportement.

Ainsi dotées, les sportives révèlent une agilité bien supérieure à la moyenne et une précision accrue grâce à la réduction des remontées de couple dans la direction.

Le Train Avant à Pivot Indépendant (que l’on retrouve également sous l'appellation Train Avant à Pivot Découplé) est également souvent associé à d'autres dispositifs, tel que le différentiel à glissement limité (DGL)

qui équipe notamment la Mégane RS depuis 3 générations et qui permet également d'assurer une meilleure précision de conduite et de mieux passer tout le couple disponible aux roues avant.

Pour aller plus loin:

Voir le Train Trigone de la Vel Satis
Voir la suspension en H de la Laguna II 
Voir La suspension de l’Espace IV


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.