Accueil >  Gamme  >  Technique  > 

L'échappement à clapet

Annoncée depuis un an, mais commercialisée il y a peu la version Trophy a introduite quelques nouveautés notables sur la sportive la plus puissante de la gamme Renault Sport, à savoir, la Mégane RS.
L'échappement à clapet
Par le 16/01/2019

La principale nouveauté est bien sur le bloc moteur 1.8 TCe M5Pt qui gagne en puissance et atteint désormais les 300ch. Mais ce n’est pas la seule, car couplée à cette hausse de la puissance, Renault y a ajouté également un nouvel échappement pour le plaisir des oreilles, ce qui contribue grandement au plaisir de conduite.

Ainsi, pour décupler le son de sa voix, l’échappement de cette Mégane RS Trophy dispose d’un clapet, un dispositif qui peut améliorer (légèrement) les performances mais aussi et surtout qui décuple la qualité du bruit, dans la limite de ce que permet la législation bien sur.

Un clapet pour deux sonorités de l'échappement

Selon la position du clapet, l’échappement a deux sonorités différentes.
Fermé, les basses fréquences qui provoquent un bourdonnement sont filtrées afin de réduire le volume sonore. Pour cela, les gaz empruntent un « long chemin » dans l’échappement traversant des parois insonorisantes. Typiquement, cette utilisation permet de disposer d’un véhicule silencieux pour un usage quotidien.

A l’inverse, dès lors que le clapet est ouvert, les gaz sont rejetés de façon directe, sans filtre donc, permettant de disposer du bruit le plus brut et le plus "naturel" possible.

Une gestion automatique de la position du clapet

Pour le conducteur, le fonctionnement du clapet est totalement transparent. En effet, sa position est pilotée automatiquement selon la sollicitation du moteur et du mode de conduite. Ainsi, fort logiquement, en mode « confort », le clapet reste fermé, à une exception près, celle où le conducteur écrase la pédale d’accélération. Dans ce cas, le clapet s’ouvre, libérant ainsi tout la puissance en réduisant de facto la contre pression dans l’échappement.

En mode « Sport » et « Race », le clapet est ouvert au ralenti, fermé jusqu’à 30% de sollicitation du moteur ou en deçà d’un régime de 4 000 tr/min, pour se ré-ouvrir au-dessus et ainsi lacher ses décibels.

L'échappement en INOX, autre source de sonorité sportive

Sur la plupart des voitures, la ligne d'échappement est généralement en acier, principalement pour des raisons de coûts. Cependant, les sportives ou les voitures qui subissent une préparation spécifique utilisent souvent une ligne en inox qui présente plusieurs avantages.

Le premier d'entre eux, est notamment le poids. Même si à la base, l'inox est plus lourd que l'acier, les caractéristiques chimiques permettent d'utiliser moins de matière. De fait, au final, la ligne d'échappement se retrouve plus légère, gage de meilleures performances au final, car le poids est l'ennemi de la performance.

L'autre avantage est à mettre au profit, comme pour le clapet, de la sonorité. Grâce à des parois plus fines, la circulation des gaz d'échappement provoque une résonnance différente et plus envoutante pour les oreilles. Les performances se trouvent également améliorée car les gaz sont libérés plus rapidement, permettant au moteur une montée en régime.

Pour autant, il ne suffit pas d'opter pour un échappement inox pour améliorer les performances. Cette dernière est le fruit d'un nombreux choix techniques qui doivent être cohérents entre eux. Un compromis sur les différents organes est souvent necessaire pour tirer toute la quintessence du moteur.

Enfin, l'inox est souvent bien plus esthétique que l'acier, même si les constructeurs utilisent souvent le subterfuge d'une canule d'échappement chromée.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif