Accueil >  Groupe  >  Résultats Financiers  > 

Le Groupe Renault améliore ses marges mais pâtit de la situation Russe

Ce vendredi, le Groupe Renault a publié les résultats du 1er semestre de l’année 2022. Malgré une marge positive grâce à sa nouvelle politique de ventes, le Groupe subit une importante perte en raison notamment du conflit entre la Russie et l’Ukraine
Le Groupe Renault améliore ses marges mais pâtit de la situation Russe
Par le 29/07/2022

Au lendemain de la publication de la contribution positive de Nissan dans Renault et quelques jours après l'annonce des résultats commerciaux, le Groupe a publié ce vendredi ses résultats concernant le 1er semestre de l’année 2022. Si les marges sont positives, le résultat net est repassé dans le négatif, en raison des différentes crises qui touchent le secteur automobile. Néanmoins, les perspectives financières sont revues à la hausse pour l’ensemble de l’année. 

Chiffre d’affaires stable et marge opérationnelle en progression

Le Groupe Renault améliore ses marges mais pâtit de la situation Russe 0

Malgré des résultats nets en chute (perte de plus de 1,35 milliard d’euros au 1er semestre), le Groupe Renault relève ses perspectives financières et continue d’accélérer sa transformation. 

Depuis l’annonce du plan Renaulution, le Groupe avait stoppé l’hémorragie des trois dernières années en affichant des bénéfices sur l’année 2021. Malheureusement, les chiffres du premier semestre 2022 sont en chute, et cela en raison de la crise des semi-conducteurs et de la situation délicate en Russie. 

Le chiffre d’affaires du Groupe reste stable par rapport au 1er semestre 2021 avec 21,1 milliards d’euros, malgré la baisse de 11,9 % des ventes mondiales du Groupe sur les 6 premiers mois de l’année (136 000 ventes de mois qu’en 2021). La nouvelle politique dictée par Luca de Meo fonctionne bien, en vendant plus chers et mieux, le Groupe améliore ses marges de 2,6 points par rapport à l’an dernier pour atteindre 4,7 % du chiffre d’affaires et une marge opérationnelle de 988 millions d’euros. 

Pour autant, cela ne contraint pas le Groupe à revoir ses prévisions à la baisse, bien au contraire, puisque ce dernier annonce des perspectives financières à la hausse pour 2022 avec une marge opérationnelle supérieure à 5% contre 3% précédemment, un free cash-flow opérationnelle de l’Automobile supérieur à 1,5 milliard d’euros. Le Groupe confirme tout de même un impact de la crise des semi-conducteurs estimé à 300 000 véhicules sur l’ensemble de l’année 2022. 

Membre de l’Alliance, Nissan, qui a annoncé un nouveau plan stratégique avec Renault en début d'année, a indiqué jeudi 28 juillet une contribution positive dans Renault, à hauteur de 276 millions d’euros de son résultat net du deuxième trimestre 2022. 

Coup de boost vers une stratégie tournée vers la valeur 

Annoncée depuis plus d’un an maintenant, la stratégie visant la création de valeur au profit du volume de vente porte ses fruits. 

Les nouveautés du Groupe sont un succès, à l’image d’un carnet de commandes en Europe à 4,1 mois de ventes. Depuis son lancement, l’Arkana, bientôt en concurrence avec la Nouvelle Peugeot 408 et dont un restylage serait déjà envisagé, enregistre plus de 100 000 commandes dont 60 % en version E-Tech et 60% sur le canal à particuliers. De son côté la grande nouveauté 2022, la Mégane E-Tech connaît un lancement moins impressionnant mais correct avec 25 000 commandes depuis son lancement dont 75% en version haut de gamme et 80% avec le bloc et la batterie les plus puissants. 

Chez Dacia, la Sandero reste un incontournable du marché puisqu'elle reste le véhicule le plus vendu auprès des particuliers en Europe grâce à ses tarifs attractifs. Le véhicule familial 7 places, Jogger, se veut lui aussi comme un succès avec plus de 50 000 commandes en 6 mois. 

En ce qui concerne Alpine, qui vient de présenter un concept électrique de son A110, la marque dieppoise a doublé ses commandes par rapport à l’an passé avec l’arrivée de la nouvelle gamme de sa berlinette en début d’année. 

Fort de sa technologie E-Tech, qui représente 36% des immatriculations des véhicules particuliers de Renault en Europe (10 points de plus qu’en 2021), le constructeur français sait quel chemin suivre pour accroître ses résultats. 

Prochainement, c’est un nouveau SUV, déjà disponible à la pré-commande, fort d'une troisième génération du système 4 roues directrices 4Control Advanced et baptisé Austral, qui rejoindra le catalogue, lui aussi en version E-Tech, en fin d’année 2022, avant de voir débarquer la prochaine génération du Scénic en 2024, remplaçant de l'actuel version dont la production vient d'être arrêtée, mais aussi la tant attendue R5 (déclinée en version électrique revisitée pour ses 50 ans), et la gamme 100% électrique d’Alpine.

S’il peut faire parler, le choix de l’électrification a permis au Groupe de surfer sur une nouvelle vague, et repartir de l’avant avec de nouvelles ambitions. 


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 30-1715-11133-planeterenault-amp0-device-278007766