Accueil >  Gamme  >  Demain (confirmé)  > 

Espace 5 restylé (2019)

Lors de sa commercialisation en 2015, l’Espace 5 devait relancer les chiffres de vente d’un segment en pleine déchéance au profit des SUV. Après un très bon démarrage commercial, les ventes se sont pourtant effondrées...
Espace 5 restylé (2019)
Par le 18/06/2019

Avec près de 11 000 unités immatriculées la première année, Renault avait de quoi être fier. Ces résultats dépassaient les objectifs, et la marque se disait qu’elle semblait avoir enfin réussi à revenir sur des segments haut de gamme, avec un véhicule qui plaisait, et des prestations très correctes, comme nous l’avions révélé lors de notre essai de l’Espace dCi 165. Seule petite ombre au tableau, des moteurs pas assez puissants lors de sa commercialisation avec des puissances culminant à seulement 165ch. en Diesel et 200ch. en essence.

Pourtant, tout n’était pas si rose. Les premiers mois, Renault a notamment du faire face à de nouveaux problèmes de fiabilité de l’électronique embarquée. Et depuis, les ventes de l'Espace 5 n’ont cessé de baisser en France. 12 449 (0,6% de parts de marché) en 2016, 8 800 en 2017 (0,4%) pour finir à seulement 5 658 (0,3 %) l’année dernière.

Un léger restylage à prévoir

Comme souvent, les principales nouveautés toucheront la partie avant au niveau de la calandre et du bouclier. On le voit sur les photos, ce dernier intègre désormais des clignotants à défilement qui deviennent la mode chez tous les constructeurs. A l’arrière, le dessin des feux devrait également évoluer pour apporter un léger vent de fraîcheur.

Dans l’habitacle, le R-Link sera remplacé par son petit frère plus moderne Easy Link, dôté d’une connexion 4G gratuite pendant 3 ans permettant de réaliser les mises à jour en mode automatique, tout en étant bien sur compatible Waze, Android Auto et Apple Car Play.

La vraie nouveauté devrait venir de la conduite autonome qui devrait être équivalente à celle de la Clio, c’est à dire en niveau 2, pour aider le conducteur dans les embouteillages et sur autoroute, grâce à différents dispositifs tels que l’Assistant Trafic et Autoroute (jusqu’à 160 km/h), le maintien dans la voie, le régulateur de vitesse adaptatif, ainsi que l’AFU qui détecte les piétons et cyclistes de jour comme de nuit.

Une offre de motorisation inchangée

L’année dernière, du fait de l’entrée en vigueur des nouvelles normes, la palette de motorisation a complètement été revue. Exit le 1.6 dCi au profit du nouveau 1.7 dCi et du retour du 2.0 dCi M9R de 160 à 200ch. Exit aussi en essence le 1.6 Tce de la Clio R.S qui laisse sa place à celui de la Mégane 4 R.S et Alpine A110, le 1.8 M5Pt de 225ch. Un petit doute subsiste tout de même pour ce dernier étant donné le malus que cela « impose ».

Bien que l’hybridation soit en cours chez Renault, la marque préfère la réserver sur son coeur de gamme pour le moment. Inutile espérer voir l’Espace en profiter vu les volumes de vente.

Une fin de vie programmée pour l'Espace

Le haut de gamme de la marque est représenté par 3 modèles actuellement : Talisman, Koleos et bien sur, l’Espace. A coup sur, il y en a un en trop. Le Koleos n’a pas en s’en faire. Bien que peu représenté chez nous, il se vend un peu partout dans le monde, et notamment en Chine. Pour la Talisman, le sujet pourrait être discuté, mais tout comme ce dernier, elle est aussi vendue dans le monde entier, notamment en Corée (Samsung Motors SM6).

A l’inverse, l’Espace est un modèle trop Européen et même trop français. Renault ne la renouvellera pas, d’autant plus qu’il dispose dans sa gamme d’un autre fleuron en perdition, le Scénic.

Pour autant, à mi-carrière, Renault n'abandonne pas son Espace. Le restylage aura bien lieu comme prévu, avec les premières livraisons qui devraient avoir lieu en fin d'année.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Futur Espace 5 restylé (2019) - Planète Renault
Accueil >  Gamme  >  Demain (confirmé)  > 

Espace 5 restylé (2019)

Lors de sa commercialisation en 2015, l’Espace 5 devait relancer les chiffres de vente d’un segment en pleine déchéance au profit des SUV. Après un très bon démarrage commercial, les ventes se sont pourtant effondrées...
Espace 5 restylé (2019)
Par le 18/06/2019

Avec près de 11 000 unités immatriculées la première année, Renault avait de quoi être fier. Ces résultats dépassaient les objectifs, et la marque se disait qu’elle semblait avoir enfin réussi à revenir sur des segments haut de gamme, avec un véhicule qui plaisait, et des prestations très correctes, comme nous l’avions révélé lors de notre essai de l’Espace dCi 165. Seule petite ombre au tableau, des moteurs pas assez puissants lors de sa commercialisation avec des puissances culminant à seulement 165ch. en Diesel et 200ch. en essence.

Pourtant, tout n’était pas si rose. Les premiers mois, Renault a notamment du faire face à de nouveaux problèmes de fiabilité de l’électronique embarquée. Et depuis, les ventes de l'Espace 5 n’ont cessé de baisser en France. 12 449 (0,6% de parts de marché) en 2016, 8 800 en 2017 (0,4%) pour finir à seulement 5 658 (0,3 %) l’année dernière.

Un léger restylage à prévoir

Comme souvent, les principales nouveautés toucheront la partie avant au niveau de la calandre et du bouclier. On le voit sur les photos, ce dernier intègre désormais des clignotants à défilement qui deviennent la mode chez tous les constructeurs. A l’arrière, le dessin des feux devrait également évoluer pour apporter un léger vent de fraîcheur.

Dans l’habitacle, le R-Link sera remplacé par son petit frère plus moderne Easy Link, dôté d’une connexion 4G gratuite pendant 3 ans permettant de réaliser les mises à jour en mode automatique, tout en étant bien sur compatible Waze, Android Auto et Apple Car Play.

La vraie nouveauté devrait venir de la conduite autonome qui devrait être équivalente à celle de la Clio, c’est à dire en niveau 2, pour aider le conducteur dans les embouteillages et sur autoroute, grâce à différents dispositifs tels que l’Assistant Trafic et Autoroute (jusqu’à 160 km/h), le maintien dans la voie, le régulateur de vitesse adaptatif, ainsi que l’AFU qui détecte les piétons et cyclistes de jour comme de nuit.

Une offre de motorisation inchangée

L’année dernière, du fait de l’entrée en vigueur des nouvelles normes, la palette de motorisation a complètement été revue. Exit le 1.6 dCi au profit du nouveau 1.7 dCi et du retour du 2.0 dCi M9R de 160 à 200ch. Exit aussi en essence le 1.6 Tce de la Clio R.S qui laisse sa place à celui de la Mégane 4 R.S et Alpine A110, le 1.8 M5Pt de 225ch. Un petit doute subsiste tout de même pour ce dernier étant donné le malus que cela « impose ».

Bien que l’hybridation soit en cours chez Renault, la marque préfère la réserver sur son coeur de gamme pour le moment. Inutile espérer voir l’Espace en profiter vu les volumes de vente.

Une fin de vie programmée pour l'Espace

Le haut de gamme de la marque est représenté par 3 modèles actuellement : Talisman, Koleos et bien sur, l’Espace. A coup sur, il y en a un en trop. Le Koleos n’a pas en s’en faire. Bien que peu représenté chez nous, il se vend un peu partout dans le monde, et notamment en Chine. Pour la Talisman, le sujet pourrait être discuté, mais tout comme ce dernier, elle est aussi vendue dans le monde entier, notamment en Corée (Samsung Motors SM6).

A l’inverse, l’Espace est un modèle trop Européen et même trop français. Renault ne la renouvellera pas, d’autant plus qu’il dispose dans sa gamme d’un autre fleuron en perdition, le Scénic.

Pour autant, à mi-carrière, Renault n'abandonne pas son Espace. Le restylage aura bien lieu comme prévu, avec les premières livraisons qui devraient avoir lieu en fin d'année.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.