Accueil >  Sport  >  Alpine F1  > 

F1 : Luca de Meo explique les raisons du changement de manager

Quelques mois après l’annonce surprise du départ de Cyril Abiteboul à la tête de l’écurie Renault, rebaptisée Alpine, Luca de Meo explique les raisons de ce changement. Et sur les circuits, l’homme de 43 ans n’était pas vraiment apprécié de tous...
F1 : Luca de Meo explique les raisons du changement de manager
Par le 09/04/2021

Alors que Renault F1 se rebaptisait Alpine en vue de la saison 2021, on pensait que l’arrivée de Fernando Alonso au sein de la nouvelle identité serait le seul gros changement. C’était sans compter sur une grande surprise qui a vu Cyril Abiteboul prendre la porte, après une saison 2020 de Formule 1 pourtant intéressante.

Sans réelles réponses ni explications depuis son départ il y a trois mois, Luca de Meo, PDG du Groupe Renault a pris la parole pour apporter les raisons de ce changement dans la nouvelle écurie Alpine F1.

Un homme qui ne collait pas au plan Renaulution

Cyril Abiteboul a quitté ses fonctions en début d'année 2021

En annonçant, le 14 janvier dernier dans son plan Renaulution, la volonté de rendre la marque Alpine plus visible, Luca de Meo apportait une réponse sur le pourquoi avoir changé le nom de l’écurie Renault F1 par celui de la marque dieppoise. Alpine devenait alors un pilier et l’ « Avant-Garde » du Groupe. Bien évidemment connu pour ses exploits dans le monde du sport auto, le choix d’utiliser Alpine comme porte-drapeau en Formule 1 prenait tout son sens. On pensait alors que Cyril Abiteboul allait continuer à manager l’écurie après une très belle saison 2020 qui montrait des signes d’améliorations. Ce ne sera pas le cas puisque l’homme de 43 ans a pris la porte début janvier.

Lui et son confrère Jérome Stoll, président de Renault Sport Racing, ont donc été remplacés par Davide Brivio et Laurent Rossi. Si l’annonce de ne pas poursuivre avec Cyril Abiteboul a été une surprise, celle de ne pas conserver Jérome Stoll l’est un peu moins. En effet, en fin d’année dernière, Renault avait annoncé la date de fin de l’ère Renault Sport, prévue pour 2023.

Dernièrement, Luca de Meo, PDG de l’Alliance, en poste depuis l’été dernier après avoir pris la place de Carlos Ghosn, explique ces choix : « Nous démarrons une nouvelle aventure et pour l’ancien management il aurait été difficile de mener le team dans cette nouvelle direction. S’ils avaient besoin du soutien du groupe, alors ils le demandaient, mais la plupart du temps leur zone de confort consistait à rester dans leur coin en entretenant un sentiment d’autonomie. »

Mais le nouvel homme fort du Groupe va plus loin et ne cache pas une certaine insatisfaction du travail réalisé pendant 4 ans par Cyril Abiteboul et son équipe : « Cela ne cadre pas avec notre vision de la « Renaulution » qui repose sur une intégration plus harmonieuse. Cette structure de management a accompagné le team de F1 depuis 2016 en ramenant quelques podiums au bout de cinq saisons. C’est un bon début, mais il faut aller de l’avant et un nouveau chapitre s’ouvre maintenant. »

Si l’ex manager de Renault F1 n’a pas satisfait Luca de Meo, il n’était également pas très apprécié du monde de la F1, comme certains journalistes et experts ont pu l’expliquer.

Cyril Abiteboul, un « hypocrite arrogant et fourbe »

Abiteboul, un personnage "fourbe et arrogant"

Du côté du paddock de F1, on ne ressent pas vraiment de tristesse après le départ de Cyril Abiteboul, au contraire même. Certains journalistes le qualifiait de personnage « fourbe, arrogant et hypocrite ». Évidemment, les querelles avec Red Bull au sujet du moteur Renault et du choix de Daniel Ricciardo de rejoindre l’écurie française ne permettent pas vraiment de contredire ces dires. Mais d’autres vont encore plus loin dans les annonces et ne cachent pas leur réjouissance.

C’est le cas d’un expert de la F1, jack Plooij qui, ironiquement, avait commenté que « c’était triste qu’il (Cyril Abiteboul) ne soit plus là », avant de rajouter : « Si vous le comparez à d’autres team principaux, il était vraiment très arrogant. Abiteboul se croyait vraiment bon alors que ce n’était pas nécessairement le cas. En revanche, j’attends beaucoup de son successeur, Davide Brivio. C’est vraiment un bon gars et un grand nom des sports mécaniques. »

Toutefois, d’après certaines rumeurs, Cyril Abiteboul pourrait rebondir plus rapidement que prévu en Formule 1 puisque des bruits de couloirs l’annonce comme le nouveau manager de l’écurie Alfa Romeo dans le futur. Ce n’est pas tout, il pourrait aussi débarquer en Formula E avec le Groupe Stellantis. Concurrent direct sur le marché automobile avec Renault, Cyril Abiteboul a de bonnes relations avec Carlos Tavares, PDG du nouveau Groupe PSA-FCA.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif Version Desktop - 2-5-10656-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1217304040