Accueil >  Histoire  >  Formule 1  > 

Premier titre constructeur (2005)

Après une année pleine de suspens, Renault décroche lors du tout dernier Grand Prix le titre de champion du monde des constructeurs de F1, titre qui vient s'ajouter à celui des pilotes acquis par Fernando Alonso deux grand prix plus tôt.
Premier titre constructeur (2005)
Par le 17/10/2005 Dernière mise à jour le 08/07/2020

Le Renault F1 Team débute la saison 2005 sur une belle victoire, signée par Fisichella. Renault fait là, d'entrée, une démonstration de la performance de sa nouvelle monoplace et apparaît à ce moment là comme le principal outsider de celle qui reste l'équipe à battre, à savoir Ferrari. Certes en début de saison, ces derniers ne brillent pas mais tout le monde attend avec impatience la nouvelle voiture qui devrait tout changer.

Les deux Grands Prix suivant sont une répétition pour les Renault boys avec cette fois, Fernando Alonso sur la plus haute marche du podium. En seulement trois courses, Renault s'affirme ainsi comme un véritable prétendant au titre et devient désormais l'équipe à battre.

Alonso Brésil 2005

La grande déception de ce début de saison, est bien sur Ferrari. Jamais dans le coup en début de saison, l'arrivée de la nouvelle monoplace ne change rien. Les deux pilotes squattent le milieu de grille sans pour autant voir à tous les coups le drapeau à damiers.

Pire, Barichello, pourtant pas forcément très véloce, passe devant son chef de file à plusieurs reprises démontrant que Schumacher sans une bonne voiture est un pilote comme les autres.

Le duel Renault-McLaren

L'été marque un tournant dans les performances des voitures, avec des McLaren qui viennent côtoyer le haut du classement. En effet, si la voiture était déjà performante, la fiabilité était jusque là... hasardeuse, avec plusieurs victoires promises qui finiront pas être laissées à Renault et l'inévitable Alonso qui ne se prive pas.

Bien que légèrement en retrait sur le plan de la performance, Renault profite d'une excellente fiabilité de ses monoplaces pour engranger de gros points qui seront précieux dans l'optique du championnat du monde.

A la fin de l'été, la situation devient ainsi encore plus claire, les McLaren étant désormais plus performantes que les Renault. Elles remportent les courses mais heureusement, Renault reste en embuscade. L'écart aux championnats constructeurs et pilotes diminue mais subsite toujours. A ce moment là, Renault assure en jouant les 2èmes et 3emes places lors des courses.

Alonso remporte le championnat du monde de F1 de 2005

A trois épreuves de la fin du championnat, Fernando est sacré champion du monde des pilotes malgré la victoire de la Mclaren de Raikkönen. C'est le 1er titre pour Renault mais c'est aussi la première fois que McLaren prend la tête du championnat du monde des constructeurs avec 2 points d'avance sur Renault.

Si le titre pilote est acquis, Mclaren reste largement supérieur à Renault, et si la fiabilité avait été là dans le camps anglais, la messe aurait été dite depuis longtemps.

Un dénouement heureux pour Renault

Et pourtant, lors des deux dernières épreuves, Renault reprend la main. Les progrès sont visibles mais la victoire revient tout même une nouvelle fois à la McLaren de Raikkönen. Malgré tout, les 2ème et 3ème place d'Alonso et Fisichella permettent à Renault de reprendre la tête du championnat avec 2 petits points d'avance.

A une course de la fin, tout est ouvert avec même un avantage pour McLaren en terme de performance pure.

Pour la dernière course, Renault met à la disposition de ses pilotes un nouveau moteur plus performant. Résultat, pôle position pour Alonso et 2e temps pour Fisichella, une première pour cette année !

Victoire Alonso 2005

Au terme de la course, Fernando remporte l'épreuve offrant ainsi le titre des constructeurs à Renault. Le nouveau et dernier V10 Renault a parfaitement rempli sa fonction: conçu pour gagner !

Au terme de cette saison, Renault devient pour la 1ère fois de son histoire champion du monde de F1, après avoir remporté 7 titres de champion du monde en tant que motoriste avec WILLIAMS et BENETTON. Renault courrait après ce titre depuis 1977, date de son engagement en F1 avec le moteur turbo.

Comme un symbole, cette année 2005 marque également le tournant du coté des moteurs puisque le moteur V10 introduit par Renault en 1989 doit céder sa place en 2006 aux moteurs V8 pour cause de réduction des coûts.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif