Accueil >  Thématiques  >  Vie automobile  > 

Une hausse de 8% du prix des péages en 2023 ?

Comme chaque mois de février de chaque année, les prix des péages en France sont réévalués, et souvent augmentés. En 2023, ces derniers pourraient bien exploser, avec une augmentation de 8%. Le gouvernement serait en discussion pour éviter le pire.
Une hausse de 8% du prix des péages en 2023 ?
Par le 27/09/2022

Il ne fait pas bon d’acheter une voiture en ces temps modernes… Si pour beaucoup cette dernière est signe de liberté et de passion, les côtés obscurs du véhicule s’empilent de façon à dégoûter les automobilistes. Entre le passage forcé à une mobilité électrique, loin d’être opérationnelle, mais aussi et surtout les hausses fracassantes des prix des carburants, des pièces et main d’oeuvre pour l’entretien ou encore des véhicules neufs, c’est au tour des sociétés d’autoroutes de faire exploser les prix aux péages pour 2023. Sous la justification de l’inflation, les prix des péages pourraient bien augmenter de 8% l’an prochain, pas de quoi réjouir les millions d’automobilistes français. Le gouvernement se veut comme le sauveur en avouant entamer des discussions pour trouver une solution, mais soyons honnête, cela aura des répercussions sur d’autres factures… 

Des trajets hors de prix 

Hausse de 8% à venir pour 2023

Alors que 2022 avait vu une augmentation de 2%, celle de 2023 devrait faire encore plus mal. Les sociétés d’autoroutes Vinci ou Sanef souhaitent profiter du taux d’inflation pour augmenter leurs tarifs de 5 à 8%. 

Un nouveau coup de massue derrière la tête des automobilistes qui ne peuvent même pas profiter des remises carburants en raison des pénuries chez Total notamment qui, avec sa remise cumulée (30 centimes État + 20 centimes Total), se voit obligée de fermer ses stations quasi quotidiennement par manque de carburant dans les réservoirs. Eh oui, à 1,40 € le litre de Sans-Plomb 95 E10, on avait presque retrouvé le plaisir de se promener avec sa voiture sans compter les kilomètres. 

Malheureusement cela ne dure qu’un temps (une première baisse est prévue pour le 1er novembre, repoussée au 16 novembre) et la réalité ressurgit avec encore plus de violence, à l’image du prix des péages des autoroutes. Rappelons tout de même que si les tarifs augmentent, les portions d’autoroutes limitées à 90 km/h sur plusieurs dizaines de kilomètres sont encore et toujours présentes. Presque honteux d’augmenter ces prix alors que le but premier de l’autoroute est de gagner du temps en toute sécurité…

En prenant en référence une hausse de 8%, nous avons pu calculer les futurs tarifs des péages sur différents trajets, et sur une année, cela va représenter un sacré budget ! 

Tarifs actuels des péages (2022) :

  • Paris-Lyon : 35,80 €
  • Paris-Marseille : 61 €
  • Paris-Nantes : 39,20 €
  • Paris-Clermont : 40,20 €
  • Bordeaux-Toulouse : 19,80 €
  • Lyon-Marseille : 22,30 €

Nouveaux tarifs à prévoir pour 2023 : 

  • Paris-Lyon : 38,70 €
  • Paris-Marseille : 65,90 €
  • Paris-Nantes : 42,30 €
  • Paris-Clermont : 42,40 €
  • Bordeaux-Toulouse : 21,40 €
  • Lyon-Marseille : 24,10 €

« Seulement » 3 à 4 euros de plus sur un trajet, mais si on calcule sur le long terme avec au moins dix trajets, la hausse est de 30 à 40 euros, un budget non négligeable. 

Le gouvernement veut trouver des solutions 

Ne souhaitant pas accepter cette hausse désirée par les compagnies privées, le gouvernement se dit en discussion, non pas pour éviter la hausse, mais pour la réduire. Mais pour le moment, aucune solution n’est envisagée.

Toutefois, il ne faut pas être dupes, si cette hausse des péages parvient à être contenue l’an prochain, elle se retrouvera forcément sur d’autres factures telles que le gaz ou encore l’électricité. Finalement, l’automobiliste et plus largement le citoyen français est encore une fois perdant. 

Préparez le portefeuille, l’année 2023 arrive et ne devrait pas être réjouissante sur tous les aspects. L'inflation est bien là, et avec elle, la hausse des taux d'intérêt sur les prêts, rendant encore plus compliqué l'achat de sa voiture.

Quant à ceux qui espéraient pouvoir utiliser de l'huile de friture sur leur vieux Diesel, pas de chances, après avoir dans un premier temps ouvert la porte, celle-ci s'est aussi vite refermée après que le conseil constitutionnel s'y soit opposé.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.