Accueil >  Thématiques  >  Sécurité routière, radars, vitesse  > 

La possible arrivée d’un nouveau radar-tronçon plus performant

Débarqué sur le bord des routes en 2012, le radar-tronçon pourrait bien recevoir une mise à jour importante, le rendant plus efficace et surtout, potentiellement amovible. Un nouveau dispositif qui vient s’ajouter à de nombreuses restrictions…
La possible arrivée d’un nouveau radar-tronçon plus performant
Par le 25/11/2021

Le radar-tronçon, ce dispositif inauguré en France en 2012 qui permet de verbaliser les excès de vitesse grâce à un calcul de l’allure moyenne d’un véhicule entre deux points. Perché aux extrémités de deux mâts, à deux positions différentes, ce système se base sur la durée du trajet sur la portion surveillée pour savoir si oui, ou non, le véhicule est en infraction. Pour faire simple, si vous deviez parcourir 3 km en 8 minutes et que vous les avez parcourus en 7 minutes 30, alors le dispositif saura que vous n’avez pas respecté la limitation de vitesse et vous serez ainsi verbalisé. Mais le gouvernement ne compte pas s’arrêter là concernant ce type de radar et souhaite le rendre encore plus performant, avec la possibilité d’être amovible, comme les radars de chantier.

Un coût de maintenance qui s’élève déjà à presque 20 000 € par an 

Le premier radar-tronçon en service en France a été inauguré en 2012

Aujourd’hui en France, on compte moins d’une centaine de radar-tronçons sur le bord des routes. Ces derniers demandent un coût d’entretien de presque 20 000 euros par an. À titre de comparaison, ce sont les radars mobiles embarqués qui coûtent le plus cher à entretenir avec, pour chacun, un montant moyen de 30 000 euros par an, soit un total de 12,3 millions d’euros. Les radars fixes, eux, en demandent 6,8 millions, tout comme les radars tourelles. 

Le gouvernement s’appuie donc sur les recettes de ces radars afin de renforcer leurs dispositifs. Pour 2022, l’exécutif prévoit que les radars routiers devraient rapporter 714 millions d’euros, soit 110 millions d’euros de moins qu’en 2017, même si cela reste une somme très importante. C’est pourquoi il a décidé vouloir installer plus de radars de type tronçon, et au passage plus performants.

Plus efficace et surtout amovible 

Alors que le DCA (Département du Contrôle Automatisé) vient de publier une demande d’information concernant la présentation des nouveaux radars-tronçons, le cahier des charges précise que ce dispositif devra être en mesure de verbaliser la nuit, grâce notamment à un faisceau infrarouge. En plus de cela, ce dernier pourrait bien être amovible, comme les radars de chantier. 

Le DCA va même plus loin et souhaiterait créer un dispositif capable de détecter les infractions sur plusieurs points d’entrée et de sortie. Plus simplement, à chaque intersection ou notamment entrée sur autoroute, un radar-tronçon pourrait faire son apparition et pouvoir être en mesure de verbaliser les contrevenants sur de plus grandes distances. Néanmoins cela semble encore difficile à imaginer, même s’il faut rester vigilant suite aux dernières mesures annoncées. 

Pour rappel Renault a décidé de brider ses nouveaux modèles à 180 km/h dès 2022. Dans la même année, on notera l’arrivée, en juillet, d’un nouveau limiteur de vitesse intelligent, qui plus est obligatoire, qui forcera les automobilistes, par différentes manières, à respecter les limitations de vitesse. 


 


 


 


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 1678-1719-10909-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-962064934