Accueil >  Groupe  >  Le groupe Renault  > 

Le DUH met en cause Renault

L'association allemande pour l'environnement DUH a épinglé Renault sur les rejets de NOx -jugés très nocifs pour les organismes vivants - de son nouveau moteur dCi 160 qui équipe notamment le nouvel Espace ainsi que la Talisman.
Le DUH met en cause Renault
Par le 26/11/2015

D'après l'association, ses tests laissent apparaître des rejets d'oxyde d'azote (Nox) de plus de 2 000 micros grammes par km soit beaucoup plus que les 80 mg / km autorisés, tests que Renault a bien sur passé avec succès pour pouvoir commercialiser son moteur.

Pour rappel, les moteurs Diesels rejettent certes moins de CO2 qu'un moteur essence équivalent du fait d'une consommation plus base, mais à l'inverse, actuellement, ils émettent beaucoup plus de NOx, la faute à l'injection directe du carburant.

Ainsi, en abaissant la consommation, et donc les rejets de CO2 pour passer les normes notamment françaises via différents dispositifs tels que la réduction de la cylindrée ou la généralisation de l'injection directe depuis les années 2000, les rejets de NOx sont mécaniquement plus élevés. En protégeant la couche d'ozone, on dégrade donc la santé des organismes vivants. Le serpent se mort la queue...

Du côté de chez Renault, on s'oppose bien sur à ces tests, ou plutôt, aux résultats de ces derniers, d'autant plus que l'association elle-même avoue qu'ils ne sont pas ceux qui sont réalisés officiellement, et qu'ils ne permettent pas de tirer des conclusions.

Une norme NEDC totalement dépassée

Ils mettent cependant de nouveau en exergue le fait que cette ancienne norme n'est plus du tout en phase avec la réalité et que les constructeurs ont su s'adapter pour les contourner facilement.

Ceux-ci sont en effet, totalement archaïques et ne reflètent en rien l'utilisation réelle du véhicule. De sorte, les constructeurs optimisent leurs modèles et leurs moteurs pour les passer haut la main, parfois, voire même souvent au détriment de l'usage "normal" du véhicule. Là encore, on marche sur la tête.

Par exemple, ces tests sont réalisés moteur froid, condition dans lesquelles, le dispositif de Renault consistant à piéger les NOx (NOx Trap) se révèle le plus performant. A chaud, c'est une toute autre histoire, le système allant même jusqu'à se mettre en mode sécurité en se désactivant. Et que dire de la vitesse utilisée lors de ces essais, linéaire et constante, sans prise en compte du trafic, qui est utilisé pour définir la consommation ainsi que les rejets de CO2 et de NOx ?

Tout le monde le sait bien, la consommation annoncée ET validée ne correspond en rien à la réalité: il faut souvent ajouter 15 à 20% aux annonces très officielles des constructeurs. Dernièrement, le magazine "Auto Plus" a d'ailleurs épinglé les véhicules hybrides comme ceux ayant le plus grand écart en matière de consommation entre la norme et la réalité...

Renault n'est d'ailleurs pas le seul constructeur a avoir été épinglé: BMW, Mercedes, ou encore Opel ont également déjà fait les gros titres.

Renault, Vokswagen, même combat ?

La tricherie de l'allemand Volkwagen consistait dans l'installation d'un logiciel pour tromper le passage sur banc de ses modèles. Dans le cas présent, on est loin de l'affaire Volkwagen. En réalité, l'association met en exergue ce que beaucoup ont déjà dénoncé, et notamment l'émission Cash Investigation (France 2) présentée par Elise Lucet: les cycles normalisés NEDC utilisés.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif