Accueil >  Thématiques  >  Occasions, mandataires  > 

Un marché de l’occasion en pleine expansion en France

Depuis la crise sanitaire, le mode de consommation des Français a évolué. En proie à la baisse du pouvoir d’achat, les consommateurs se tournent alors vers un marché en pleine expansion et qui s’étend à tous types de secteur, celui de l’occasion.
Un marché de l’occasion en pleine expansion en France
Par le 25/12/2021

L’occasion, la nouvelle solution plébiscitée par les consommateurs

Dans un contexte actuel assez délicat où chaque secteur est impacté, un marché arrive tout de même à se détacher et à connaître une croissance continue. Il s’agit du marché de l’occasion. Plébiscité par les Français depuis quelques années, le marché de l’occasion permet aux consommateurs de conserver un pouvoir d’achat tout en maîtrisant leur budget. Avec plus de 7 milliards d’euros généré en 2020, cette solution est donc fort logiquement convoitée et s’installe dans tous types de secteur. C’est le cas notamment pour le secteur de l’automobile puisque depuis 2018 et un arrêté du 8 octobre, les garagistes ont l’obligation de proposer de la pièce automobile d’occasion. Une loi clairement en faveur de la seconde main et du pouvoir d'achat, tant le monopole des constructeurs sur certaines pièces fait augmenter les prix.

L’occasion, le nouveau mode de consommation en 2021

Si la société actuelle et le pouvoir d’achat se veulent impactés par la crise sanitaire, en réalité ces difficultés remontent déjà à quelques années et la crise économique mondiale de 2008. Dès lors, le marché de l’occasion à entamé une croissance continue sur le territoire français. Cela a vu naître des grandes enseignes spécialistes de l’occasion qui, un peu comme pour la marque Dacia, ont l’envie de rendre leurs produits accessibles à tous. Depuis, d’autres ont emboîté le pas et ainsi démocratisé le marché de l’occasion.

Voitures d'occasion

Aujourd’hui, ce secteur prend de l’ampleur et s’appuie désormais sur une motivation autre que l’économie: l’écologie. Cela a notamment vu naître l’économie circulaire, qui a pour but de limiter le gaspillage des ressources et l’impact sur l’environnement. Tous les domaines d’activités s’y mettent. Du meuble de décoration aux friperies, en passant par le secteur de l’automobile, le marché de l’occasion a de belles perspectives d’avenir. D’ici une à deux années, le développement de l’offre pourrait s’accélérer en ligne et dans les magasins grâce à une demande de plus en plus importante.

Comment se porte le marché de l’automobile, acteur majeur de l’occasion ?

Depuis le début de l'année 2020, le secteur de l’automobile est le parfait exemple de la démocratisation du marché de l’occasion. Fortement impacté et perturbé par les différentes crises (Covid-19, pénurie de semi-conducteurs) et la  hausse spectaculaire des prix -moins visible dans le cas d'un achat en leasing mais pourtant bien réelle- le marché du véhicule neuf enregistre des chiffres historiquement faibles. En novembre dernier, ce marché était une nouvelle fois en baisse pour le 6ème mois d'affilée. À l’inverse, même s’il est évidemment touché par la crise sanitaire également, le marché 2021 du véhicule d’occasion pourrait bien être une année record. Avec déjà plus de 5,5 millions de transactions, ce dernier se porte bien et amène les constructeurs à innover sur ce marché.

La semaine dernière, des constructeurs comme Volkswagen, Mercedes ou encore Renault ont même lancé leur propre plateforme de voitures d’occasion en ligne, déjà disponible en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. Proposant des véhicules âgés de moins de 8 ans et avec moins de 150 000 km, ils rendent l’achat d’une voiture accessible à tous et offrent ainsi un large choix aux consommateurs, qui ressentent réellement leurs pouvoirs d’achat.

D’ici 2022, la plateforme vise la barre des 100 000 véhicules disponibles et compte surfer sur la cette vague de l’occasion qui ne cesse de croître.

L'arrêté du 8 octobre 2018 qui oblige la proposition de pièces d’occasion sur les voitures

Le 1er avril 2018 est entré en vigueur un nouvel arrêté, obligeant les garagistes à proposer des pièces automobiles d’occasion à leurs clients. Dans l’objectif de développer l’économie circulaire, les garagistes doivent proposer deux devis à leur client : un avec les pièces de réemploi, fournies par un établissement mentionné par le garage, et un autre sans. Rien n’oblige le consommateur à accepter le devis d’occasion. Seule exception, dans le cas où le véhicule est encore sous garantie. Le garagiste a cette fois obligation de remplacer les pièces par du neuf.

Toutefois, toutes les pièces ne peuvent pas être de seconde main. Les plaquettes de frein, les disques, ou plus généralement les pièces d’usure ne peuvent évidemment pas être remplacées par de l’occasion.

Récupérées auprès des casses automobiles (centres Véhicules Hors d’Usage), les pièces telles que les alternateurs ou les injecteurs sont reconditionnées avant d’être réinstallées dans votre véhicule. Ce marché de la seconde main permet ainsi de réaliser des économies comprises entre 30 et 40 %, grâce à un prix des pièces moins élevé que le neuf. Une réduction non négligeable, surtout en cette période de fêtes de fin d’année et de hausse des tarifs.

En France, la marque Renault est devenue un acteur majeur de l’occasion et du reconditionnement avec la présentation de son projet Refactory à l’usine de Flins. Le marché de l’occasion est un marché gagnant-gagnant, puisqu’il permet aux foyers de faire des économies, quand les entreprises peuvent se diriger vers un marché encore en croissance.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.