Accueil >  Thématiques  >  Securité routière - Vie auto  > 

Les voitures-radars se déploient dans de nouvelles régions

Depuis 2018, des chauffeurs privés remplacent les forces de l’ordre au volant pour effectuer des contrôles de vitesse. Cette année, ce dispositif prend encore plus d’ampleur et se déploie dans de nouvelles régions. Ils seront bientôt près de 450.
Les voitures-radars se déploient dans de nouvelles régions
Par le 26/02/2021

C’est un dispositif très controversé mais qui continue à être déployé et qui rapporte surtout énormément d’argent à l’État, la voiture-radar. En 2020, on en comptait seulement une quarantaine. Mais à la vue des bénéfices engendrés par ces véhicules radars, conduits désormais par des chauffeurs privés, le gouvernement a décidé de continuer a installé ce dispositif et de l’étendre sur de nouvelles régions.

En 2019, les radars de vitesse automatiques ont amené à réaliser 12 161 480 contraventions pour une recette de 760 millions d’euros. Depuis 2018, on remarque également que ces véhicules sont de plus en plus conduits par des prestataires, venant ainsi remplacer progressivement les forces de l’ordre au volant. En 2020, il en existait 40. Cette année, ils seront plus de 200, et bientôt 450 pour 2022. Alors comment cela se passe-t-il ? Quel est le véritable bénéfice réalisé par l’État et surtout, comment reconnaître ces voitures qui nous flashent sans le savoir ? Explications.

Utiliser des chauffeurs privés pour rouler plus longtemps

Si à première vue on peut imaginer que l’utilisation de chauffeurs privés a pour but de soulager les forces de l’ordre en les remplaçant, afin qu’ils puissent se concentrer sur des faits plus importants, en réalité celle-ci semble tout autre. Une voiture-radar conduite par un force de l’ordre roule en moyenne 1 h 12 par jour et engendre une moyenne de 0,46 contraventions par jour. Le fait d’avoir recours à des chauffeurs privés signifie déjà que ces derniers passent leur journée à effectuer cette tâche. Comme un bon employé qui effectue ses 35 heures par semaine... Ainsi, ces véhicules roulent en moyenne 5 h 30 par jour et peuvent générer en moyenne 2,09 PV par heure. La différence est énorme et on comprend donc mieux pourquoi une extension intervient…

Cela agit également directement sur le chiffre d’affaires. La Ligue de Défense des Conducteurs a réalisé un calcul pour connaitre le bénéfice tiré par chaque véhicule radar sur un an. Le constat est flagrant. Chaque voiture radar conduite par un chauffeur privé rapporte plus de 260 000 euros. En réalité, ce chiffre n’est pas réellement le bénéfice réalisé par l’État puisque à cela il faut déduire l’assurance du véhicule, le carburant, son entretien ainsi que la salaire du conducteur. Après tout cela retiré, on arrive à un bénéfice net de près de 200 000 euros ! L’utilisation de véhicules-radars privatisés permet de multiplier le chiffre d’affaires par… 20.

En détail, la différence de chiffre d'affaires avec l'utilisation de chauffeurs privés

Prévention ou sanction ? Cela devient de plus en plus compliqué de savoir. Pour autant, il faudra faire avec et surtout faire encore plus attention pour éviter d’avoir une mauvaise surprise un matin dans sa boite aux lettres. Il existe toutefois un petit moyen, vraiment minime, pour éviter une contravention et reconnaître ces véhicules. Ce sont souvent les mêmes véhicules et un moyen permet de les différencier des autres usagers.

De nouveaux modèles débarquent

la Renault Mégane employée comme voiture-radar, parmi d'autres

Les voitures banalisées et désormais privatisées sont souvent les mêmes modèles. On retrouve ainsi la Renault Mégane, la Dacia Sandero, les Peugeot 208, 308 ou encore 508, entre autres. Mais attention, car ce parc s’élargit et va accueillir des Ford Focus, des Seat Leon et des Volkswagen Golf 7. Selon le directeur de cabinet du préfet du Loiret, ces modèles « permettent de s’intégrer de façon anonyme dans la circulation, en ville comme en zone rurale ».

Toutefois, il existe un moyen de les démasquer, si ce n’est pas encore trop tard. En effet, ces véhicules sont équipés, en haut et au milieu de la lunette arrière, d'un petit rectangle noir avec des contours gris foncé.

Pour rappel, ces voitures-radars intègrent un radar derrière la plaque d’immatriculation. Ce radar émet un flash infrarouge qui est invisible des autres usagers. En bref, rendez-vous à la boite aux lettres.

À ce jour désormais, la privatisation des véhicules-radars est effective sur 8 régions de France, à savoir la Normandie, la Bretagne, le Pays-de-la-Loire, le Centre-Val-de-Loire, la Nouvelle-Aquitaine, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est. Il est possible de croiser ces véhicules tous les jours de la semaine, à n’importe quel moment de la journée et de la nuit et sur tous les types de routes. Elles peuvent contrôler les véhicules qu’elles croisent et ceux qui les doublent. Le gouvernement a fait appel à plusieurs sociétés. Le Groupe GEOS notamment a mis en place 83 voitures-radars dans 4 régions de France. Elle devrait évidemment en rajouter sur les 4 autres nouvelles régions. L'explication de ces sociétés est évidemment de permettre aux forces de l'ordre de se concentrer sur des faits plus graves comme l'alcool au volant, entre autres. 

Il faudra donc redoubler de vigilance. L’État nous demande donc un effort supplémentaire quand il se contredit lui-même dans ses faits et gestes. Eh oui, chaque année, le malus augmente fortement pour réduire les émissions de CO2 alors que dans l’autre sens, le gouvernement décide de faire rouler encore plus ces voitures-radars, ce qui engendre des émissions de CO2 supplémentaires, de l'ordre de plus de 15 tonnes chaque année. L’argent aura toujours le dernier mot…


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 1678-1698-10594-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-531592741