Accueil >  Gamme  >  Aujourd'hui  > 

Twingo restylée

La petite citadine de Renault passe cette année sur le billard pour s’offrir un léger restyling ou plutôt devrait-on dire repoudrage de printemps qui change tout de même l'impression générale que dégage la citadine.
Twingo restylée
Par le 23/01/2019

Bien que rendue assez discrète du fait d’une communication très limitée, la petite Twingo troisième du nom, s’est tout de même classée dans le top 10 des modèles les plus vendus en France en 2018 avec 46 372 unités et une part de marché de 2,1%.

Pour autant, et même si les nouveautés de la petite citadine de Renault vont être mise au second plan avec l’arrivée de la future Clio 5, la Twingo, cousine « germaine » de la Smart ForFour n’entend pas rester sur le bord du chemin.

Le monde est cruel… La précédente génération avait provoqué des reproches unanimes sur son physique passe-partout pour une voiture qui ne méritait pas le nom de son illustre aînée alors que chaque français savait la reconnaître. Cette troisième génération n’aura pas eu à souffrir de reproche sur son style même si on a parfois pu entendre que Renault avait fait une copie de la Fiat 500 mais à l’inverse, sa notoriété est bien plus faible sur notre territoire… Il faut dire aussi qu’avec des tarifs plutôt élevés, l’écart entre elle et sa grande sœur Clio est plutôt faible. Les clients ne s’y trompent pas.

Twingo 2019

La Twingo se renouvelle en finesse

Après plus de 3 ans de commercialisation, comme prévu, Renault a officialisé le relifting de sa Twingo. Adieu les petits feux ronds qui faisaient la filiation entre la phase 2 de la 2nde génération et cette 3ème génération. Ces petits feux lui donnaient pourtant un air unique, un regard bien à elle, mais Renault a préféré rendre plus classique la partie avant, en l’élargissant stylistiquement parlant, pour lui donner l’impression d’être plus plus basse et plus large.

Twingo restyle

Pour cela, de nouvelles écopes latérales ornent le bouclier de part et d’autre, tandis que les petits feux ronds, passent sur les côtés de la prise d’air du bouclier . Il ne s’agit bien sur que d’un artifice de design, mais l’effet est réussi si on accepte que ce restyling lui fasse perdre un peu de son identité.

Par contre, si la Twingo perd un peu de son âme, l’identité de Renault est plus marquée, avec les feux de jour en forme de C-Sharpe intégrés aux phares qui ont été joliment retravaillés.

A l’arrière, le bouclier évolue légèrement en intégrant notamment des joncs qui lui donnent un aspect cossu en plus. Mais la vraie nouveauté (c’est dire…), ce sont les écopes latérales qui sont généralisées sur toute la gamme, et qui, outre l’effet de style, permet au moteur de mieux respirer en lui donnant de bonnes bouffées d’air.

Nouvelle Renault Twingo

Un habitacle sans changement si ce n'est l'Easy Connect

A l’intérieur, là aussi, les nouveautés sont minimes. On retrouve surtout un nouveau système de navigation/multimédia basé sur le nouveau système Easy Connect via un écran tactile de 7’’ sur les version les plus chères. Il intègre bien sur nativement Apple Car Play et Android Auto qui permettent de disposer des applications de son téléphone sur l'écran de la voiture.

Renault Easy Connect

Ce nouveau dispositif se base sur la navigation TomTom avec la prise en compte de la circulation. Mais surtout, Renault promet bien plus dans un avenir proche, telles des mises à jour plus simples, l’utilisation de Google Places, la gestion des destinations à distance via son smartphone, la possibilité de localiser sa voiture, etc.

Pour ceux ne disposant pas de ce système, le R&Go est conservé en entrée de gamme. Pour rappel, il permet via son téléphone, de disposer d’un système multimédia à prix réduit et d’utiliser ce dernier en tant qu’écran tactile et système de navigation (via notamment Waze ou Google Maps).

Enfin, le bas de la console centrale a été redessiné afin de proposer deux prises USB, et une  zone permet de ranger à la verticale son téléphone, ce qui est toujours pratique pour laisser le cable USB connecté et être sur que son téléphone ne va pas se promener dans tout l'habitacle après un virage serré.

Une gamme de moteur identique ou presque

Sous le capot, ou plutôt sous le tapis du coffre, les moteurs (uniquement essence) sont quasiment les mêmes. Renault a donc conservé son 1.0 l atmosphérique 3 cylindres dénommé Sce 75 pour l’entrée de gamme. Avec ses 75ch. et son couple très limité de 92 Nm, ce bloc essence sera bien sur réservé à ceux qui ne font que de la ville. A noter qu’une version de 65ch. Est également disponible selon les marchés.

Le second bloc est toujours le H4bt, c’est à dire le 3 cylindres de 900 cm³ qui développe désormais 95ch. (contre 90 jusqu’alors), d’où son nouveau nom TCe 95. Clairement plus intéressant, ce moteur turbo affiche un coupe de 135 Nm à 2 500 tr/min. Il s’agit d’ailleurs du seul bloc permettant de le coupler avec une boite de vitesse automatique (6 rapports) à double embrayage EDC.

Les chiffres officiels de consommation et de rejet de CO2, sont en cours d’homologation et ne sont donc pas dévoilés, tout comme les nouveaux tarifs.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.
  • Largeur 1,640 m
  • Longueur 3,590 m
  • Hauteur 1,550 m
  • Poids 864 Kg
  • Présentation Janvier 2019
  • Salon de Présentation Geneve
  • Commercial. Mars 2019
  • Prix min. indicatif 11 400 €
  • Prix max. indicatif 16 500 €
  • Type 3cylindres, 12 soupapes
  • Cylindrée éxacte 899 cm3
  • Puissance90ch.
  • Couple 135 Nm à 2500 tr/min
  • Injection Multiploint
  • Type 3cylindres, 12 soupapes
  • Cylindrée éxacte 999 cm3
  • Puissance75ch.
  • Couple 91 Nm à 3500 tr/min
  • Injection

Certaines données (couple, régime maxi, puissance, à +/- 5ch) peuvent varier selon la boîte de vitesse, et version du moteur.

Aucun document n'est disponible

Cache non actif