Accueil >  Thématiques  >  Entretien auto  > 

"Stop and Start" : vraie économie ou simple gadget sur le véhicule ?

Équipée sur beaucoup de modèles aujourd’hui, la technologie "Stop and Start" ne semble pas aussi bénéfique qu’elle n’y paraît, bien au contraire même. Voici pourquoi vous devriez peut-être arrêter de l’utiliser au quotidien.
"Stop and Start" : vraie économie ou simple gadget sur le véhicule ?
Par le 30/05/2022

Conçue pour économiser du carburant et réduire au maximum les émissions de CO2, la technologie « Stop and Start » est installée sur de nombreux modèles du marché aujourd'hui, et va sans aucun doute équiper quasiment toutes les nouveautés des constructeurs automobiles à venir. Pourtant en réalité, les économies sur la consommation ne sont pas flagrantes, voire inexistantes dans certains cas de figure. Pire même, ce gadget peut causer de gros problèmes mécaniques sur votre véhicule avec, à l'arrivée, une facture parfois très salée. Explications. 

C’est quoi le système « Stop and Start » sur nos voitures ?

Avant toute chose, rappelons le fonctionnement de cette technologie. Pour faire simple, il consiste tout simplement à couper votre moteur lors des phases d’arrêt, lorsque la pédale d’embrayage (sur les modèles à boîte mécanique) est relâchée et que le conducteur a le pied sur le frein (pour les boîtes automatiques, le moteur se coupe une fois le véhicule totalement arrêté et la pédale de frein enfoncée). 

Une fois la vitesse à nouveau enclenchée, ou la pédale de frein relâchée, le moteur se remet en route. Pour effectuer cela, le moteur de votre voiture est alors équipé d’un alterno-démarreur, permettant de commander l’arrêt et le redémarrage du véhicule, sans même que vous ayez besoin d’intervenir. 

Attention toutefois car ce dispositif ne fonctionne pas lorsque le chauffage ou la climatisation est allumé. Vous l’avez sans doute déjà remarqué, un petit message s’affiche sur le tableau de bord avec souvent marqué « Stop and Start désactivé, optimisation charge batterie ou priorité confort ».

Vous allez voir que ce message a une importance, car en effet, votre batterie est mise à rude épreuve avec ce dispositif. 

Des inconvénients bien plus coûteux que les potentielles économies réalisées ?

Parlons d’abord des avantages. Il est d’abord très important de préciser qu’ils ne sont pas les mêmes suivant l’utilisation de votre véhicule. Si vous utilisez quotidiennement les grands axes avec très peu, voire pas du tout d’arrêt, la technologie n’intervient pas et vous ne verrez aucune différence en matière d’économie de carburant. En revanche, il est vrai que si vous êtes régulièrement confronté aux embouteillages et aux arrêts réguliers (heure de pointe, feu rouge), alors le dispositif peut s’avérer rentable, avec une économie de carburant comprise entre 5 et 10 %, ce qui n’est pas du tout négligeable en l’état des prix actuels des carburants, et une réduction de rejet de CO2. Autre avantage, la diminution des nuisances sonores. Cela apporte un certain confort de conduite au conducteur en éliminant le bruit du moteur et surtout les quelques petites vibrations au redémarrage. Et puis c’est tout…

À l’inverse, les inconvénients existent et peuvent surtout être très coûteux. Premier point, avant même la première utilisation de votre véhicule. Le prix de votre voiture sera légèrement plus élevé qu’un véhicule qui ne dispose pas du « Stop and Start », car cela amène les constructeurs à équiper le modèle d’une batterie spécifique renforcée puisqu'elle sera beaucoup plus sollicitée que celle d’un véhicule classique. 

Qui dit spécifique dit plus cher, comptez entre 150 et 250 euros pour une batterie stop and start et sa technologie AGM, contre une cinquantaine à une centaine d’euros pour une batterie classique. Et qui dit plus souvent sollicitée dit aussi durée de vie moins importante. Une batterie Stop and start aura une durée de vie plus basse qu’une batterie classique, de l’ordre de 3 à 4 ans selon l’utilisation du véhicule. Autre problème mécanique qui peut intervenir, une panne de démarreur, qui sera lui aussi fortement sollicité. Sur un usage intensif du « Stop and Start », il n’est pas rare de devoir le remplacer aux alentours des 100 000 kilomètres. Et là aussi, ce dernier coûte en général deux fois plus cher qu’un équipement standard. 

Enfin, dernier point plus préoccupant, il concerne l’usure moteur. Un démarrage use 70 fois plus le véhicule que lorsqu'il roule. Ainsi, à l’intérieur de votre moteur, quand celui-ci est arrêté, l’huile va redescendre. Quand vous allez redémarrer, l’huile n’a pas le temps de remonter convenablement pour bien lubrifier le moteur. Ce phénomène va donc engendrer une usure précoce de votre moteur. 

Quelles solutions pour contrer les inconvénients de ce dispositif ? 

Un bouton existe pour couper le dispositif

Sur les véhicules équipés de cette technologie, il existe bien un moyen de ne pas se servir du « Stop and Start ». Cette solution se trouve généralement en appuyant sur un petit bouton placé à côté du tableau de bord sous le volant, et permettant de désactiver cette fonctionnalité. Alors vous direz, à quoi cela sert d’acheter une voiture avec des gadgets si on ne peut pas les utiliser ? 

Libre à vous d’utiliser ce dispositif, surtout si vous êtes régulièrement confronté aux embouteillages. Dans ce cas de figure, cette aide peut s’avérer relativement intéressante et vous faire réaliser quelques petites économies, toujours la bienvenue dans ces moments compliqués. 

Mais à l’inverse, si vous êtes un automobiliste qui roule principalement en zone rurale ou sur autoroute (qui pourrait bien voir ses limitations s'abaisser à 110 km/h), les "économies" réalisées ne seront pas très élevées. Plus encore, les changements de pièces pour usure précoce pourraient vous coûter bien plus cher...


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.