Accueil >  Gamme  >  Demain (confirmé)  > 

Alpine SUV (2020)

Après la renaissance de la marque Alpine via une digne descendante à la mythique berlinette A110, la suite du programme passera vers 2020 par la commercialisation d'un SUV badgé du célèbre A.
Alpine SUV (2020)
Par le 14/02/2017 Dernière mise à jour le 16/11/2019

Certes, les puristes vont crier au scandale, et on ne pourra pas forcément leur donner tout à fait tort.

Pour autant, il faut vivre avec son époque. Et notre époque, que l'on veuille ou non, fait la part belle aux SUV. Le célèbre constructeur de la 911 n'a d'ailleurs pas tellement hésité à franchir le pas. Pire, il s'est mis au Diesel...

Alors pourquoi pas Alpine ? Surtout que depuis, de célèbres marques de sportives ou de de luxueuses berlines telles que dans une certaine mesure Alfa-Roméo mais aussi et surtout Bentley, Maserati et même Aston Martin se sont également engouffrées sur ce segment très (trop ?) en vogue en Europe bien sûr, mais également dans le reste du monde, et notamment en Chine.

Bien que Porsche ne soit pas tellement la cible d'Alpine contrairement aux années 80 et 90, la marque Dieppoise pourrait bien malgré tout suivre la même voie que la marque allemande. Après le retour dès cette année d'une berlinette nommée A110, Renault devrait lancer dans la foulée (ou presque) son SUV sportif tel le Porsche Macan.

Seule différence, si la marque Allemande propose une version « mazout », la future Alpine devrait bien ne proposer que des blocs à essence, potentiellement couplés à une solution hybride. Cela reste bien sur du conditionnel, tant le fait de proposer des blocs Diesel permet... ou permettait de vendre.

Alpine Renault SUV 2018

L'Alliance en appui

Pour réaliser ce véhicule inédit, Renault pourrait piocher dans sa banque d'organe, ou faire appel à ses partenaires.

En l'absence d'information fiable, deux hypothèses sont donc imaginables. La plus crédible, et celle qui a actuellement les faveurs des rumeurs, consisterait à reprendre les motorisations et le châssis du Mercedes GLA grâce aux liens qui lient Daimler et l'Alliance Renault-Nissan (Mercedes Citan vs Kangoo, moteurs Renault 1.5 et 1.6 dCi, Twingo vs Smart, Mercedes Pick Up vs Renault Alaskan,...).

Peu coûteuse, cette solution permettrait à Renault de doter Alpine d'un second véhicule très rapidement, au détriment cependant d'une certaine perte d'identité, il est vrai. Une solution plus financière que passionnelle donc.

Dans ce cas, les organes mécaniques seraient tous issus de Mercedes, avec en essence, des blocs de 210 ch jusqu'à potentiellement 380 ch, et la possibilité de proposer du Diesel. Une transmission intégrale pourrait également être disponible.
L'Alpine SUV ne serait dès lors pas produite à Dieppe, mais dans une usine Daimler.

Seconde hypothèse, Renault pourrait reprendre la plate-forme CMF (Mégane, Talisman, Espace, Koleos) et l'équiper du moteur de la future Mégane RS de 300ch qui a déjà été étudié pour ce châssis.

Les tarifs pourraient débuter aux alentours de 60 / 65 000 € pour culminer à plus de 75 000 €.

Tout cela reste bien sur de simple hypothèses. Mais si le retour d'Alpine avec la nouvelle A110 fonctionne comme prévu, Renault aurait tort de se priver d'un tel potentiel. A condition ne pas reproduire les mêmes erreurs que par le passé qui ont conduit Alpine à perdre son âme et à disparaître pendant plus de 20 ans.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif