Accueil >  Groupe  >  Lada  > 

Lada 110 (1996-2010)

Au milieu des années 90, pour remplacer une Samara dépassée, Lada présente sa 110, en réalité, de son vrai nom, la 2110 qui donnera naissance à différentes variantes prenant les numérotations 110 et 112.
Lada 110 (1996-2010)
Par le 20/09/2020

Si sa commercialisation commence en 1996, son étude remonte en fait au milieu des années 80, ce qui explique largement son design totalement dépassé lorsqu’elle arrive enfin dans les concessions.

Ainsi, le premier prototype roulant de celle qui porte le nom de code BA3-2110 commence ses tests dès 1985, tandis que la version quasiment définitive est connue dès 1987. A l’époque, la crise pétrolière pousse les designers à donner à leur 2110 un Cx très performant, ce qui lui donne cette ligne très avant-gardiste. Mais presque 10 ans plus tard, cette modernité parait carrément dépassée.

La 2110 (ou 110 donc…) est une berline familiale 4 portes qui doit redonner à Lada ses lettres de noblesse, et ouvrir la voie de la modernité à l’entreprise. Comparée à sa devancière, la Samara, l’évolution est indéniable tant techniquement que visuellement.

La 110 sera dérivée en plusieurs variantes :  berline 4 portes (Lada 110 de 1995 à 2007), Break (Lada 111 de 1998 à 2009), Berline 5 portes (Lada 112 de 2000 à 2008), et même en version 3 portes (Lada 112 coupé de 2002 à 2010) qui restera cantonnée au marché russe et produit en petite série.

Lada 110
Lada 111 5 portes
La Lada 111 avec son hayon

Lada 112 Break
La Lada 112 favorise le volume de chargement au design

La 110 est équipée d’un moteur 1,5 de 79 (8 soupapes) ou 94 ch. (16 soupapes) ainsi que d’un moteur rotatif Wankel, birotor de 120 ch.  Un moteur de 1.6 sera également proposé ensuite.

Une commercialisation discrète en Europe

Outre le marché local, Lada commercialise également sa berline dans le reste de l’Europe dès 1998, avec un succès très limité. Motorisée par le vieux bloc 1,5 l hérité de sa devancière, la 110 aura bien peu d’arguments, avec une finition d'un autre temps, ses équipements très sommaires (vitres électriques, verrouillage centralisé, direction assistée, peinture métallisée, toit ouvrant) et une technologie totalement dépassée. Sa diffusion en Europe sera très limitée, de l’ordre de moins de 5 000 unités à son apogée (2004 et 2005) malgré son prix très intéressant de moins de 50 000 Francs quand une Mégane de base est affichée autour de 90 000 Francs. La version Break 111 est également proposée dès 2001 moyennant 52 000 Francs.

Habitacle Lada 110

Commercialisée pendant 10 ans en Russie (en réalité quelques exemplaires continuent d’être produits jusqu’en 2010), ce qui est peu pour une Lada, la 110 voit sa remplaçante, la Priora arriver dès 2007. Avec ses petits phares ronds qui ne sont pas sans rappeler une Daewoo Nubira (phase 2) ou une Lancia Thesis, la différence de génération avec la 110 ne fait aucun doute. Son succès ne tarde pas en devenant la voiture la plus vendue en Russie en 2009, éclipsant- totalement la 110. Lada continue malgré tout de la production de quelques exemplaires de la 110 et 111.

Une petite carrière de sportive

Outre une version GTI de la 110 baptisée Yellow Shark équipée d’un moteur 2L de 150 ch. d’origine Opel, Lada participe également en 2008 et 2009 au championnat très reconnu WTCC en engageant trois modèles de sa 110 avant de laisser la place en cours de saison à la Priora WTCC puis à la Vesta WTCC en 2015.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif