Accueil >  NEWS  >  NEWS  > 

Du rififi au sommet chez Renault

Alors que le conseil d’administration qui devrait selon toute vraisemblance prolonger C.Ghosn approche à grand pas, le constructeur français subit des remous dans les instances dirigeantes.
Du rififi au sommet chez Renault
Par Loic FERRIERE le 12/02/2018

Ainsi, la presse française tel Reuters a évoqué en fin de semaine dernière quelques départs tels l’allemand Stefan Mueller, directeur délégué à la performance ainsi que Thierry Desmarest, administrateur indépendant du constructeur français, et ancien PDG de Total.

Ces départs apparaissent quelque peu étonnants puisque Stefan Mueller apparaissait comme l’un des favoris pour devenir le n°2 officiel de C.Ghosn.

La raison de leur départ n’a bien sur pas été donnée. Stefan Mueller aurait décidé de quitter Renault pour "raisons personnelles", alors que Thierry Desmarest avait parait-il prévu depuis quelques mois déjà de quitter le conseil d'administration malgré un mandat qui ne prend fin qu’en 2020.

Thierry Bolloré devient le grand favori

Avec ces départs, et devant l’insistance de l’État qui veut que le prochain n°1 soit français afin de faire peser Renault dans la gouvernance de l’Alliance, Thierry Bolloré prend ainsi la place de grand favori pour être nommé officiellement au poste de directeur général délégué (Chief Operating officer), c’est à dire, n°2 de Renault.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.