Accueil >  Groupe  >  Le groupe Renault  > 

Aramco rejoint Geely et Renault au sein de Horse

Annoncée depuis quelques mois déjà, le pétrolier saoudien Aramco va bien entrer au capital de Horse, la filiale détenue jusque-là à parts égales par Geely et Renault pour la production de moteurs thermiques et hybrides.
Aramco rejoint Geely et Renault au sein de Horse
Par le 03/07/2024

Aramco était attendu depuis de nombreux mois

Horse Powertrain Limited, l’entité à laquelle Renault a transféré il y a quelques mois déjà toutes ses usines de moteurs thermiques et hybrides ainsi que celles dédiées aux boîtes de vitesse, accueille donc un nouvel actionnaire très attendu en la personne d’Aramco. Si le nom n’est pas forcément très connu en Europe, le Saoudien est en réalité un poids-lourd dans son domaine puisqu’il représente près d’un baril de pétrole produit sur huit dans le monde.

Du côté de la société Horse, également inconnu du grand public, en reprenant les actifs de Renault et de Geely, la société pèse lourd dans le secteur automobile avec 17 sites de production dans le monde, 9 clients (principalement Renault, Dacia, Alpine, Nissan, Mitsubishi, Geely,...), 19 000 salariés, une implantation en Europe, en Chine et en Amérique du Sud, le tout pour un objectif de 5 millions de moteurs (hybride, full hybride, GPL, Diesel, essence, éthanol, hydrogène) et boîtes de vitesses produits par an.

Dernièrement, Horse a signé un premier contrat de distribution de moteurs à un partenaire externe, en l'occurrence la société turque Habas. Horse lui fournira le moteur Diesel 2.0 dCi qui est notamment présent sous le capot du Master et qui a fait les beaux jours des Laguna, Talisman, anciennes Mégane RS Diesel ou encore l’Espace pour ne citer que ces modèles.

Une société désormais valorisée à près de 7,5 milliards d’euros

En prenant 10% du capital social de Horse, la société est désormais capitalisée à 7,4 milliards d’euros, soit plus que l’autre filiale de Renault, Ampère, dédiée aux voitures électriques.

Pour Horse, Aramco est un acteur de poids, dont les dirigeants espèrent qu’un développement de carburants de synthèse rendra encore possible l’utilisation de moteurs thermiques au-delà de 2035 en Europe. Actuellement en plein développement, ces carburants vont d’ailleurs arriver dans les sports mécaniques, et notamment sur le futur Dakar dans lequel Dacia s’est engagé pour 2025. Pour autant, avant de les voir arriver sur les voitures grand public, il faudra encore réussir à en réduire le prix de production, et idéalement trouver le moyen, comme pour l’hydrogène, de le produire à base d’énergies renouvelables.

Le constructeur chinois Geely qui va d’ailleurs produire un nouveau SUV Grand Koleos pour la filiale coréenne de Renault, et le français Renault voient donc mécaniquement leur participation baisser, passant de 50% à 45% chacun. En échange, les deux partenaires récupèrent 740 millions d’euros qui seront réinvestis.

« La décarbonation de l’industrie automobile ne se fera pas en solo. Elle requiert que les meilleurs acteurs unissent leurs forces pour ouvrir de nouvelles voies et trouver des solutions innovantes. C’est ce que nous réalisons aujourd’hui en accueillant Aramco comme partenaire stratégique de HORSE Powertrain Limited. Une équipe de choc est née pour réinventer l’avenir des technologies thermiques et hybrides. » Luca de Meo, Directeur général de Renault Group


Version Desktop - 30-1594-12212-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-392918844