Accueil >  Sport  >  Modèles de compétition  > 

Formula Renault 3.5 (2003 - 2015)

Apparue en 2005, la Formula Renault 3.5 a été conçue pour préparer ses pilotes à la F1. Avec son moteur de 425 ch. et son aérodynamique sophistiquée, elle offre des performances de très haut niveau pour un coût de saison relativement maîtrisé.
Formula Renault 3.5 (2003 - 2015)
Par le 03/08/2006

Les débuts de la compétition

La Formula Renault 3.5 existe en réalité depuis 1998. A l'époque, la compétition qui s'appelait alors Eurocup Formule Renault V6 est intégrée au Super Racing Weekends Eurosport, aux côtés de l'ETCC et du championnat FIA GT. Les voitures disposent alors de châssis Tatuus motorisées par un moteur Renault V6 V4Y de 3.5 litres de cylindrée que l'on retrouve sous le capot de certains modèles de Renault.

En Asie, en 2006, la Formula V6 qui reprend les mêmes châssis Tattus est créée. Elle se déroulera jusqu'en 2009.

L'année précédente, Renault reprend à son compte les World Series qu'organisaient jusqu'alors son allié Nissan. La marque fusionne alors son Eurocup Formula Renault V6 et la discipline historique des Worlds Series qui devient alors la Formula Renault 3.5 Series. Les monoplaces existantes sont conservées, à savoir des Dallara, à moteur Zytek-Renault de 3,4 litres de cylindrée pour une puissance de 530 ch à 9 500 tr/min.

Cette compétition, reine des World Series, bénéficient des mêmes performances que les GP2 Series. Elle s'inscrit alors dans la continuité des Formule Renault 2.0 / FR2.0 et de la Formule 3, à une époque où il n'y a pas encore la hiérarchie de compétitions actuelles pour accéder à la Formule 1. Certains pilotes comme Robert Kubica en 2005 passent ainsi directement de la FR3.5 à la F1.

Comme toutes les voitures utilisées dans les championnats monotypes Renault Sport, la Formula Renault 3.5 est le fruit d'un cahier des charges répondant à des exigences de performances, de fiabilité, d’équité sportive et de budget maîtrisé.

Véritables petites F1 dôtées d'une conception bien plus simples, ces monoplaces permettent ainsi aux pilotes de se familiariser avec un environnement d’ordinaire réservé à la F1: changement de vitesses au volant, freinage du pied gauche, freins en carbone, importante charge aérodynamique, etc.

L’équité et la maîtrise des coûts sont assurées par une interdiction des essais privés, une limitation du quota de pneumatiques et des contrôles techniques rigoureux.

En 2012, le châssis reste chez Dallara (T12) mais le moteur est désormais un Zytek-Renault 3,4 litres de 530 ch. à 9 500 tr/min le régime maximum. Le poids de la voiture est de 613 kg à vide.

FR3.5 2012

Renault se retire de la compétition avant que la série ne soit abandonnée

Après onze saisons organisées par Renault Sport, le constructeur décide de se retirer fin 2015 de la discipline qui prend alors le nom de Formule V8 3.5. Mais la série ne fait pas de vieux os. Seulement 2 ans plus tard, fin 2017, le promoteur de la compétition annonce que la discipline ne connaîtra pas de nouvelle saison.

De nombreux pilotes de Formule 1 seront passés par cette discipline depuis 1998:

- Marc Géné (champion 1998)
- Fernando Alonso (champion 1999)
- Heikki Kovalainen (champion 2003)
- Robert Kubika (champion 2005)
- Kevin Magnussen (champion 2013)
- Carlos Sainz Jr (champion 2014)


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif