Accueil >  Gamme  >  Concepts-Cars  > 

Twizy Renault Sport F1

Annoncé comme un concept-car représentant le croisement avec un véhicule électrique de série et le monde de la F1, le Twizy Renault Sport F1 ne fait donc pas dans la demi mesure, que ce soit sur le plan des performances ou de sa présentation.
Twizy Renault Sport F1
Par le 25/04/2013

Visiblement, certains ingénieurs s'ennuyaient au sein du département Renault Sport. Las de travailler sur la Mégane RS ou la Clio RS ? Qu'à cela ne tienne, prenons un jouet et amusons-nous.

Le jouet qui traînait par terre n'étant autre que le petit quadricycle Twizy, et c'est donc lui qui est devenu le cobaye de ces chercheurs fous.

Le très sage -mais non moins extravagant- Twizy est ainsi passé à la sauce -très piquante- Renault Sport que ce soit d'un point de vue mécanique ou d'un point de vue physique.

Il emprunte de nombreux éléments stylistiques au monde de la F1 ou de la monoplace, dont des pneumatiques issus de la Formula 2.0, les pontons latéraux, un grand aileron arrière et un non moins imposant aileron avant, un diffuseur pour compléter l'effet de sol, un volant de Formula Renault 3.5 intégrant le RS Display, mais aussi la technologie issue de la F1 en la personne du KERS (Système de récupération d'énergie au freinage) notamment qui va décupler la puissance de l'engin.

En effet, ce dernier permet de multiplier par six la puissance totale disponible et atteindre alors 97 ch. contre 17 ch. initialement et ce, pendant environ 14 secondes comme dans le championnat du monde de F1. Ceci qui permet à ce Twizy très particulier de rivaliser avec... la Mégane R.S pour réaliser le 0 à 100 km/h. Mais la rivalité s'arrête là.

A noter, que le KERS dispose de son propre moteur tenant dans un cylindre de seulement 10 cm de diamètre, et de sa propre batterie, le tout installé sur la place du passager arrière, pour un surpoids de seulement 30 kg ! Ainsi, la Twizy qui proposait à l'origine deux places devient... une vraie monoplace.

En prime pour synchroniser le moteur du KERS dont le régime est de 36 000 tr/min, et du moteur « classique » du Twizy dont sa vitesse de rotation a été porté à 10 000 tr/min tout de même, un réducteur qui utilise le même pignon que les moteurs de F1 a été mis en place.

Il va de soit que pour accepter un tel surplus de puissance, si temporaire soit-il, le châssis a bien sur été adapté et largement rigidifié sans quoi il plierait sous l'effet de la puissance à passer aux roues.

Renault annonce lui-même, par le voix du PDG de Renault Sport F1 que « le projet fera sourire, tout en portant un message sérieux » et précise néanmoins que « Le KERS est un système très complexe et l'intégrer dans une autre type de voiture a éxigé une réflexion extrêmement approfondie […]. Je ne suis pas sur que l'on voit dans l'avenir proche beaucoup de véhicules de ce type sur la route ».

C'est une évidence. Mais en même temps, ce Twizy RSF1 n'a pas non plus pour objectif d'arriver sur les routes.

Le Twizy Renault Sport F1 sera présent sur les différents événements organisés par Renault et Renault Sport au cours de l'année, dont les Worlds Series by Renault (WSR).


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.