Accueil >  Groupe  >  Résultats commerciaux  > 

Marché automobile européen : Renault tient bon

Inéluctablement impactées par la crise de coronavirus, les immatriculations de véhicules en Europe ont encore reculé de 7,8 % en octobre dernier par rapport à 2019. Pourtant, le Groupe Renault voit ses ventes en légère hausse de 0,2 %.
Marché automobile européen : Renault tient bon
Par le 19/11/2020

Face au deuxième confinement qui touche quasiment toute l’Europe entière, le marché de l’automobile a encore été impacté le mois dernier. Après un mois de septembre positif, les chiffres ont été revus à la baisse en octobre avec un recul de 7,8 % par rapport à l’année dernière. La France fait partie des pays qui a le plus souffert avec une baisse de 9,5 % enregistrée. Pourtant, Renault tente tant bien que mal de maintenir le pays vers le haut avec un nombre d’immatriculation en légère hausse le mois dernier, contre une chute de 6,6 % pour le Groupe PSA.

D’après l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), 953 615 véhicules neufs sont sortis en octobre 2020, soit un recul de 7,8 % par rapport à l’année dernière. Personne n’a été épargné et l’Espagne et la France sont les deux pays les plus touchés avec des baisses respectives de 21 et 9,5 %. Dans le même temps, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont enregistré de faibles baisses de 0.2, 3.6 et 1.6% respectivement. L’Irlande et la Roumanie affichent, eux, des ventes en hausse.

La chute est importante puisque ces résultats font références à ceux obtenus en 2018. Cela s’explique assez logiquement en raison du reconfinement des pays afin de tenter d’enrayer la pandémie.

Une demande en forte baisse

Avec ce nouveau confinement, la demande a logiquement baissé sur les marchés européens. Mêmes si les concessions restent ouvertes, elles ne peuvent fermer les yeux sur cette nouvelle chute des ventes, après un mois de septembre plutôt satisfaisant en cette période de crise sanitaire. 2020 ne sera pas une année à retenir pour le secteur de l’automobile et il faudra espérer que l’année prochaine ne continue pas sur cette lancée. Après des effondrements drastiques en mars et avril dernier, recensant des baisses de plus de 50 et 70%, les constructeurs tentent de limiter la casse en cette fin d’année par tous les moyens possibles.

Selon l’ACEA, huit millions de véhicules neufs ont pris la route depuis le début de l’année, contre près de 11 millions sur la même période l’année dernière. L’Espagne est le pays qui subit le plus cette crise avec seulement 670 000 véhicules vendus en dix mois contre plus d’un million en 2019 sur la même période.

Renault épargné

Après six années de croissance, le marché de l’automobile vient de dégringoler en cette année 2020. Tout le monde, ou presque, a vu ses ventes chuter le mois dernier encore. Volkswagen, en tête des ventes en Europe affiche une baisse de 9,1 %. Son dauphin, PSA, recule lui aussi de 6,6%. Seuls survivants le mois dernier, le Groupe FCA (Fiat), futur partenaire de PSA, enregistre une hausse de 3,2 % et le Groupe Renault qui tient bon avec une légère hausse de 0,2 %. Une hausse non significative, certes, mais qui permet à l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi de garder confiance et de rester dans la bonne voie. Dans quelques semaines d’ailleurs, Luca de Meo, PDG du Groupe, devrait dévoiler la nouvelle feuille de route pour l’année à venir.

Renault est donc l’un des seuls constructeurs européens à ne pas enregistrer de baisse en octobre dernier. Même les constructeurs premium comme BMW ou Daimler ont vu leurs ventes chuter de 11,8 et 7,2 %.

Les gouvernements viennent en aide

Dans l’obligation de sauver ce secteur, les gouvernements européens viennent en aide au monde de l’automobile. L’Allemagne a annoncé mardi qu’elle participerait à hauteur de 3 milliards d’euros au soutien du développement et de la production des voitures écologiques. Quant à la France, le gouvernement a décidé de prolonger les aides à l’achat de voitures neuves pour soutenir les constructeurs.

Il faut espérer que la crise s’estompe rapidement afin de débuter une nouvelle année avec de nouvelles ambitions. Il serra très difficile pour le secteur en lui même de revivre une telle année. 


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.