Accueil >  Thématiques  >  Vie automobile  > 

La limitation à 90 km/h de retour dans 46 départements

La liste de départements qui renouent avec la limitation à 90 km/h continue de s’allonger. Ils sont désormais 46 à avoir opérés à un retour en arrière, autrefois à 80 km/h. Une mesure qui avait été prise par le gouvernement d’Édouard Philippe.
La limitation à 90 km/h de retour dans 46 départements
Par le 22/03/2023

D’abord 90 km/h puis 80, pour finalement repasser à 90 km/h, c’est la situation actuelle de certains départements. Cinq ans après l’abaissement de la vitesse maximum sur le réseau secondaire à 80 km/h au lieu des 90 km/h orchestré par le gouvernement d’Édouard Philippe, la mesure devient inutile puisque que ce sont maintenant 46 départements qui ont choisi d’opérer à un retour en arrière.

Parmi cette longue liste de départements, seul 7 d’entre eux sont limités à 90 km/h sur l’ensemble de leurs axes : Allier, Ardèche, Aveyron, Cantal, Corrèze, Creuse et Puy-de-Dôme.

Les 39 autres ont encore des axes limités à 80 km/h : Aube, Bas-Rhin, Calvados (temporairement à 80 km/h), Charente, Charente-Maritime, Cher, Côte-d’Or, Deux-Sèvres, Dordogne, Eure-et-Loir, Gers, Haute-Loire, Haute-Marne, Haute-Saône, Haute-Vienne, Hautes-Alpes, Hautes-Pyrénées, Haut-Rhin, Hérault, Indre, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Loir-et-Cher, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Mayenne, Meuse, Morbihan, Orne, Saône-et-Loire, Sarthe, Seine-et-Marne, Tarn, Var, Vienne, Vosges, Yonne.

D’où vient l’abaissement de la vitesse maximum

C’est en 2018, cinq ans en arrière donc, que le gouvernement a choisi d’adopter officiellement, à l’issue du Conseil Interministériel de Sécurité Routière, la baisse de la limitation de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les axes secondaires. Miser la diminution de la vitesse pour réduire le nombre de morts sur les routes est une stratégie qui n’avait pas été utilisée depuis 45 ans avec l’opération Mazamet. Une ville du Tarn où la population s’était, à l’époque, couchée sur le sol pour symboliser les 16 545 personnes tuées sur les routes.

Les dernières réductions de vitesse se concentraient sur des secteurs très précis comme le périphérique parisien par exemple qui a connu une baisse de 80 à 70 km/h. L’objectif était de diminuer la pollution sonore et atmosphérique. Concernant cet axe précis autour de Paris, la vitesse maximum pourrait encore se voir baisser jusqu’à 50 km/h cette fois.

46 départements reviennent à la limitation de vitesse originelleCe sont 46 départements qui ont adopté de nouveau la limitation à 90 km/h

Le mardi 9 janvier 2019, Édouard Philippe et son gouvernement avaient ainsi annoncé la baisse de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les axes secondaires. Une mesure appliquée le 1er juillet de la même année. Il y a eu en tout 400 000 kilomètres de routes bidirectionnelles à deux voies sans séparateur de concernées contrairement aux deux fois deux voies mises de côté.

Une mesure qui n’a pas plu

La mise en place de cette mesure a bien évidemment fait parler d’elle et de nombreuses oppositions nées de mouvements sociaux sont apparues comme les Gilets jaunes par exemple et ont réussi à faire reculer le gouvernement. Les confinements pour cause de Covid sont ensuite arrivés empêchant la Sécurité routière de correctement noter les améliorations suite à cet abaissement de la vitesse maximum.

Néanmoins, les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière ont permis de constater que, dans les 18 mois qui ont suivi la mise en place de ce projet, les 80 km/h auraient permis de réduire de 12 % la mortalité sur les routes concernées par rapport au reste du réseau (incluant donc la période où la circulation a été fortement réduite avec les confinements).

Avec elle, le nombre de points retirés sur le très cher permis de conduire et le nombre d'amende a également augmenté, même si aucun chiffre n'a été donné.

De nombreux exécutifs départementaux n’ont toutefois pas été convaincus, et dans le cadre de la Loi d’orientation des mobilités, qui les avait autorisé à revenir sur la mesure à l’issue d’une période d’essai, ceux-ci ont décidé de revenir à 90 km/h. Ils appellent à la place à un investissement sur de la sensibilisation et dans les infrastructures.


Version Desktop - 1678-1698-11335-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1251233266