Accueil >  Histoire  >  L'entreprise  > 

Raymond Levy, dernier PDG de la régie Renault de 86 à 92

Raymond Levy, ancien vice-président du pétrolier ELF (1976-1980) et surtout, Président-directeur général de Renault pendant 6 ans de 1986 à 1992 est l'investigateur de l'internationalisation de Renault qu'à continué avec succès Louis Schweitzer.
Raymond Levy, dernier PDG de la régie Renault de 86 à 92
Par le 16/10/2018

Né le 28 juin 1927 à Paris, Raymond Levy (de son vrai nom Raymond Haïm Lévy) fait ses études au lycée Jacques-Decour et entre en 1946 à l'École polytechnique d’où il sort major en 1948. Il fait ensuite l’École des Mines de Paris de 1949-1952.

En 1957, il intègre ELF-Aquitaine, socièté dans laquelle, il devient vice-président en 1976. En 1980 il prend la tête d'Usinor puis arrive chez Renault fin 1986 en qualité de PDG pour remplacer, au pied levé, sur demande du gouvernement de l'époque, Georges Besse, assassiné par le groupe "action directe" le 17 novembre 1986.

Il reprend le plan d'assainissement mis en place durant le très court mandat de son prédécesseur (moins de 2 ans) et sauvera la Régie Renault de la faillite. Pour cela, il prend des mesures fortes. Il abandonne totalement l'aventure américaine très coûteuse pour l'entreprise, supprime les stocks au profit d'un fonctionnement en flux tendu et se sépare du constructeur américain AMC qu'il revend à Chrysler en 1987.

Le plan d'assainissement porte ses fruits puisque dès 1989, Renault retrouve la voie des bénéfices après des années de pertes.

La Qualité Totale comme objectif numéro 1

Raymond Levy est également connu pour avoir lancé le plan "Qualité Totale" dont le résultat sera la R19 puis la Clio, toutes deux commercialisées en 1988.

Pour cela, il prend le sujet à bras le corps en créant un poste de directeur de la qualité, placé sous sa responsabilité directe. Il met en place un traitement choc et s'inspire des méthodes des japonais, et crée en 1989 l'institut Renault de la qualité.

Ce plan permets notamment à Renault de réussir à s'implanter durablement en Allemagne, notamment avec la R19.

Une vision internationale

En 1989, suite à l'ouverture du marché et à la chute du mur de Berlin, il tente de racheter Skoda sans succès, ce dernier revenant finalement au groupe allemand Volkswagen. Il se tourne ensuite vers le groupe suédois Volvo avec lequel un échange de participation est mis en place, premier pas vers une fusion future.

Bien qu'ayant décidé de se retirer de la Formule 1 à la fin de la saison 1986, Renault annonce son retour dans la compétition automobile pour 1989 et signe un contrat de fourniture de moteurs avec l'équipe Williams. Le succès est au rendez-vous: le moteur gagne dès sa première année, tandis que l'équipe remporte les titres constructeurs de 1992, 1993, 1994, 1996 et 1997 grâce aux plus grands pilotes que sont les Nigel Mansell, Alain Prost, Ayrton Senna, ou encore Damon Hill.

En 1992, atteint par l'âge de départ à la retraite, Louis Schweitzer lui succède. Le 10 octobre 2018, il décède à l'âge de 91 ans.

« Au nom du Groupe Renault, je tiens à saluer la mémoire de Raymond Levy, dont le travail, l’exigence et l’engagement ont contribué au redressement de la Régie Renault à la fin des années 80 et préparé l’entreprise à son retour dans le secteur privé. Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches ». Carlos Ghosn, Président – Directeur Général du Groupe Renault


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif