Accueil >  Groupe  >  Résultats commerciaux  > 

Les immatriculations de Renault en légère hausse le mois dernier

Malgré un mois de mars en berne, le mois d’avril a été très bon pour les constructeurs automobiles, et même le meilleur depuis 4 ans. Pour autant, ni Renault, ni Stellantis ne sont parvenus à tirer leur épingle du jeu.
Les immatriculations de Renault en légère hausse le mois dernier
Par le 02/05/2024

Le marché automobile français a terminé le mois d'avril avec une hausse de +10,9% sur le marché VP et +11,8% en VP+VU. En réalité, en tenant compte du nombre de jours ouvrés de seulement 19 jours, contre 21 jours en 2023, la hausse n’est respectivement que de +0,1% et +1,1%. De quoi relativiser...

Dans ce contexte, le groupe Renault signe un timide +4,5%, principalement la faute à Dacia qui voit ses immatriculations reculer de 8,6% avec un total de 12 768 unités, contrairement à Renault qui affiche +12,1% avec un total de 25 221 unités. En cause, le renouvellement du Duster bien sur.

Son principal concurrent, Stellantis, fait encore un peu mois bien avec une hausse de 2,6% seulement. Certaines marques accusent un gros recul (Citroën -14%, DS -36,4%) tandis que d’autres sont en hausse (notamment Opel +28,2% et Peugeot +6,6%).

La part de marché du groupe Renault est ainsi de 26% (dont 17,2% pour Renault, 8,7% pour Dacia et 0,2% pour Alpine).

Les Clio et Captur toujours derrières les Peugeot 208 et 2008

Au cumul depuis le début de l’année,  le marché VP français est en légère hausse avec un total de 591 880 véhicules contre 553 393 en 2023 sur la même période, soit une hausse de 7%. Le groupe Renault avec 142 954 immatriculations est en légère hausse (+3,4%) mais perd quelques parts de marché.

Du côté des différents modèles, le top 10 n’a pas spécialement (et même pas du tout !) évolué depuis le mois dernier. Au cumul depuis janvier, c’est toujours la Peugeot 208 qui domine le classement avec 36 854 unités (incluant les versions électriques), suivie par la Clio (certes pas proposée en électrique mais disponible avec un moteur Diesel)et ses 31 032 unités ainsi que la Dacia Sandero et ses 29 179 immatriculations.

Derrière la Citroën C3, éternelle 4ème, on retrouve le premier SUV, le Peugeot 2008 avec 18 264 unités, tout juste devant le Renault Captur (16 023)qui vient tout juste d’être restylé.

Suivent la Peugeot 308 III à la 7ème place, puis la Toyota Yaris, le Dacia Duster 2 ainsi que la Toyota Yaris Cross.

Le Renault Austral qui vient de voir ses tarifs augmenter de 300 € reste pour le moment à la 11ème place avec 9 908 unités et 1,7% de parts de marché. Il est également leader sur son segment C, devant le Peugeot 3008 II (8 680), le Citroën C5 Aircross ainsi que le Renault Akrana (5 436) qui commence à voir ses ventes décliner.

Renault Arkana
Les ventes de l'Arkana déclinent en 2024

Dans les segment des citadines, la Twingo est seconde, avec une 14ème place au général (8 788 unités) derrière la Fiat 500 (9 711).

Toujours au rayon des SUV, mais sur le segment supérieur, les ventes de l’Espace commencent à décoller avec 3 639 unités (0,6% PDM), devancé par le Peugeot 5008 II (4 791 et 0,8% PDM).

La Mégane électrique se défend bien, Tesla en tête

Du côté des voitures 100% électriques (qui existent donc uniquement en version électrique), la Tesla Model Y (7 909) reste leader malgré sa 17ème place au général. La Mégane E-TECH suit derrière avec 6 481 unités, tout comme la Tesla Model 3 (5 327), ainsi que la MG4 (3 916). A noter la dégringolade attendue de la Spring (2 880 unités seulement en 4 mois). En prenant en compte les voitures électriques qui existent également en thermique, c'est la Peugeot 208 qui reste leader.

Du côté des VU, le podium n’appartient plus en totalité à Renault. Si le Master et le Trafic sont indéboulonnables, en revanche, le Kangoo a cédé (pour quelques unités) sa 3ème place au Peugeot Partner.


Version Desktop - 30-1707-12107-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1675685014