Accueil >  Sport  >  Endurance  > 

Alpine poursuit son engagement en endurance à partir de 2024

Alpine, figure historique des 24H du Mans, a confirmé hier vouloir poursuivre son engagement en endurance dans la catégorie reine du nouveau règlement, à savoir en LMDh aux côtés des Hypercars LMH et ce, à partir de 2024.
Alpine poursuit son engagement en endurance à partir de 2024
Par le 07/10/2021

Depuis son retour, Alpine se contentait des petites catégories, principalement en rebadgeant des voitures existantes, et en laissant la catégorie reine LMP1 à des marques comme Peugeot, Audi ou Toyota qui remportait facilement l'épreuve et le titre mondial sans grande concurrence.

En 2021, Alpine, en s'appuyant là aussi sur une voiture existante, a fait un galop d'essai en s'engageant dans la catégorie reine Hypercar, avec une seule voiture. L'équipe parviendra à obtenir le podium, derrière les deux Toyota quasiment intouchables. Beaucoup d'observateurs craignait qu'il s'agisse là pour Alpine de profiter d'une opportunité causée par un règlement en cours de changement et au départ d'une équipe plus que d'une réelle volonté de s'engager à long terme, avec les coûts que cela implique.

Alpine au Mans en 2021

Il n'en n'est rien, puisque Alpine a confirmé on engagement dans les années à venir, dès 2024 précisément, en LMDh, l'une des deux réglementations de la catégorie reine Hypercar.

LMDh, une catégorie qui réduit les coûts comparée à l'ancienne LMP1

Les voitures LMDh sont ni plus, ni moins que les nouvelles LMP2 qui vont pouvoir courrir face aux Hypercars. Cette catégorie (Le Mans Daytona h) respecte un règlement commun avec les Etats-Unis qui entre en vigueur dès l'année prochaine. Afin de réduire les dépenses de développements, la LMDh impose un coût plafonné et fait appel à des châssis développés par quatre fabricants que sont Dallara, Ligier, Multimatic et Oreca.

Tout comme la LMH, seuls les constructeurs automobiles peuvent participer à cette catégorie. Ils auront à leur charge le développement du moteur mais certains éléments sont imposés: système hybride développé par Bosh, boite de vitesse d'origine X-trac et stockage d'énergie en provenance de Williams. Quant aux pneumatiques, ils seront fournis par Michelin.

A l'inverse, les LMH (Le Mans Hypercars) n'ont aucun budget plafonné. La plate-forme doit cependant être dérivée d'un modèle de série (20 unités minimum). Le reste de la conception (moteur, carrosserie) est bien plus libre même si la puissance reste limitée.

Pour que les deux catégories puissent se battre à armes égales, un complexe dispositif très artificiel dit BOP (balance de performance) est mis en place pour équilibrer les performances entre LMDh et LMH. Ce BOP via différents capteurs pourra jouer sur la puissance, le poids et la quantité d'énergie embarquée. Un système complexe qui risque vite de faire parler...

Un plateau enfin relevé

L'écurie Signatech-Alpine s'engagera avec deux voitures dans ce nouveau championnat du monde conçues à partir d'un châssis Oreca, et d'un moteur "maison", développé en interne à Viry Châtilon. Une première depuis 43 ans pour Alpine !

Face à elle, on retrouvera bon nombre de concurrents comme son rival français Peugeot mais aussi Toyota et Ferrari en LMH qui ont choisi de tout développer eux-même. En LMDh, Alpine retrouvera face à elle BMW, Porsche, Audi ou même Cadillac. De quoi mettre enfin une vraie concurrence dans la discipline même si elle sera un poil artificiel entre ceux qui ont fait le choix de tout développer et ceux qui ont choisi une voie budgétaire plus sage. Le spectacle devrait cependant être au rendez-vous avec un championnat du monde bien plus serré.

Le programme Endurance d’Alpine souligne l’attachement et l’ambition de la marque en matière de sport automobile. En concourant à la fois en Formule 1 et en Endurance, Alpine sera une des rares marques à être présente dans les deux disciplines phares du sport automobile. Nous tirerons le meilleur de la Formule 1 et de l’Endurance au travers de synergies techniques et technologiques pour prendre l’avantage sur des adversaires prestigieux.

Laurent Rossi

Alpine va également revendre des voitures à des équipes clientes dès 2024

Signatech-Alpine dispose donc de deux ans pour mettre au point sa nouvelle voiture qui aura comme ambition de gagner bien sur. Forcément, après une telle annonce, on imagine facilement qu'un Fernando Alonso déjà vainqueur aux 24 Heures du Mans, pilote officiel Alpine en Formule 1, puisse venir s'engager soit en Endurance à l'issue de sa carrière en Formule 1, ou à défaut, sur l'une des épreuves aux Mans. Mais pour le moment, le nom des pilotes n'a pas été communiqué même si on pense naturellement aux pilotes actuels Nicolas Lapierre, Matthieu Vaxiviere et André Negrao.

Point important du nouveau règlement qui incite les constructeurs à s'engager, l'équipe peut désormais revendre des voitures à des équipes dites clientes de LMP2. Il faut donc s'attendre d'ici 2024 à des annonces en ce sens.

Mais si la marque n'annonce son arrivée que d'ici 2024, qu'en est-il de sa présence entre temps ? Pour le moment, aucune information n'a été donnée, mais la marque indique tout de même travailler avec Signatech pour poursuivre une implication dans le championnat d'ici là. Tel est le souhait de la marque et de Philippe Sinault chez Signatech.

Alpine, une figure historique des 24H du Mans et de l'Endurance

L' A442B victorieuse en 1978

L'endurance, bien plus que la Formule 1, est profondément ancrée dans les gênes d'Alpine grâce à ses 11 participations aux 24H du Mans entre 1963 et 1978, principalement dans des catégories secondaires qui permettront la marque de remporter bon nombre de prix, comme l'indice énergétique en 64, 66 et 68, ou l'indice de performance en 68 et 69.

Mais le point culminant a été justement en 1978, il y a 43 ans, quand Alpine (et Renault) remportait les 24 Heures du Mans avec sa superbe A442B jaune motorisée par un moteur Renault V6 Turbo. Une victoire française, sur les terres mythiques du Mans qui avait de quoi satisfaire bon nombre de français à l'époque.

L'Alpine victorieuse en 2016, 2018 et 2019 en Endurance, victoire de l'A470 au Mans

Alpine Le Mans Series 2013

Il faudra pourtant attendre 2013 pour qu'Alpine soit de retour en Endurance, via son écurie Signatech Alpine. D'abord engagée dans la catégorie European Le Mans Series (ELMPS), l'équipe remporte les deux titres en jeux, celui du pilote et de l'équipe en 2013 et 2014. Passée dans le championnat du monde FIA WEC, l'écurie Signatech-Alpine remporte les titres 2016 et 2019, ainsi que trois victoires au Mans en catégorie LMP2 en 2016, 2018 et 2019.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 2-1682-10855-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1445412095