France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Alpine A110 (62-77)

Alpine A110 (62-77)

Très basse, parfois même trop, racée, pure, légère, l'Alpine A110 est résolument la préférée des sportifs automobiles et des puristes. En outre, elle saura se forger une solide réputation en sport automobile, ce qui la fera devenir une légende.


Une A110 Berlinette en démonstration au Monté-Carlo


Réalisée en polyester, elle emprunte énormément d'éléments à la gamme Renault, toujours pour des soucis d'économies, afin d'en faire une voiture au maximum accessible à tous. Trapue, l'arrière reçoit par exemple les phares de la R8. Résolument sportive, et ayant pour unique but de faire des "étincelles", l'Alpine A110 possède un coffre n'acceptant que....le bidon d'huile, et le réservoir d'essence.


Moteur à l'arrière, l'accessibilité des différents organes mécaniques est assez difficile, pour ne pas dire impossible. Pour accéder au volant, ou à la place du passager, on doit faire le chemin des combattants: baisser la tête, rentrer les coudes, plier les jambes... Bref, l'A110 possède un habitacle de sportive pure et dure. L'espace intérieur étant très restreint, pas question de prendre quelconque objet avec soi. Le conducteur a tout juste la place de manœuvrer le levier de vitesse. Les plastiques sont très modestes, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, les sièges baquets sont assez peu enveloppant.


Du point de vue instrumentation, rien à redire. On trouve l'essentiel de ce qui est indispensable à la conduite sportive: manomètre de pression d'huile et compte-tours par exemple, le tout placé sans originalité, et dans un plastique assez bas de gamme. Aucune touche de luxe du style accoudoirs de portières, vide poches, montre... Ouvertures de portières bon marché empruntées a la gamme Renault, balais d'essuie-glace ne remplissant plus tout à fait leur fonction au delà de 130 km/h, commandes très mal placées, chauffage avec une mauvaise répartition,...


Mais l'A110 est une sportive UNIQUEMENT; ce n''est pas une voiture pour frimer le dimanche, tout est sommaire. Mais attention, dès que vous tournez le démarreur, ça cogne !!


Proposée avec un petit 1100 cm³ à ses débuts, l'A110 sera disponible par la suite avec un 1300 cm³, puis avec le 1600 cc de la R16, et enfin avec un 1800 cm³, la force de ces voitures étant le rapport poids-puissance. Les dernières groupe 4 de 1860 cc tournaient autour des 185 ch pour un poids entre 650 et 700 kg.


La 1300 S était l' A110 sûrement la plus équilibré de toutes les versions. Avec l'arrivée du moteur de la R16 plus lourd et plus haut, le comportement de la 1600 a été pénalisé. Mais dès que les réglages adaptés furent trouvés, l'évolution de la voiture fut continuelle.


La 1600 S possédait un moteur développant 185 ch pour un poids de 925 kg. Ainsi, le 400m départ arrêté se fait en 15s et le 1000 m en 29s. Pour l'époque, ce sont des chiffres très honorant. En vitesse de pointe, elle atteint les 200 km/h. Rageur, le moteur pousse le conducteur à faire quelques petites excursions dans la zone rouge, pour le plus grand plaisir des oreilles, avec des échappements et un moteur ronronnant à merveille.


Coté consommation, l'A110 1600 mérite des applaudissements: 11.5 l au 100 km. Pour une voiture de tempérament, c'est exceptionnel. D'ailleurs heureusement, car le réservoir de seulement 38 litres ne permettrait pas d'aller très loin. Évidement, le calme ne règne pas dans l'habitacle. C'est plutôt le bruit du moteur qui est le maître...


La transmission est connue puisqu'il s'agit de la boîte 5 vitesses de la gamme Gordini et des autres modèles Alpine. Bien étagée, elle souffre malheureusement d'un mauvais guidage des vitesses et d'une mauvaise synchronisation.


La direction est à crémaillère et possède une précision remarquable. Elle permet au pilote de placer la voiture au centimètre près dans un virage. Coté tenue de route, plus la cylindrée du moteur augmentait au fil des années et plus la voiture devenait maniable.


Pour des clients ne pratiquant pas la compétition, les limites de la voitures étaient très difficiles à cerner et ce, aussi bien sur le sec que sur le mouillé. La dernière version de la Tour de France date de 1976 et ne durera qu'un an, puisqu'elle disparaît du catalogue en France dès 1977. Elle est reconnaissable notamment à ses jantes à 4 fentes.



Bref, cette A110 était une vraie bête de course, malgré ses petits moteurs, mais grâce à son poids et à sa conception très intelligente, elle permit à Alpine et à Renault par la même occasion de se faire connaître dans le monde entier.




 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |