France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Renault Agriculture

Renault Agriculture

Employant près de 2000 personnes, présent dans 52 pays, Renault Agriculture était l'un des grands constructeurs mondiaux du secteur agricole. Pourtant, la marque sera revendue à Claas, partenaire et concurrent de Renault Agriculture en 2003.


Les débuts de Renault dans le secteur agricole remontent presque aux origines de la marque. En effet, dès 1918, Louis Renault décide pour ses propres besoins, de créer une machine agricole afin d’exploiter ses terres.

Pour cela, il sait qu’il dispose de véhicules qu’il pourrait adapter, en la personne du bien connu char FT17 héros de la fin de la première guerre mondiale.

C’est ainsi que le type GP (ci-contre) est le premier engin agricole de la marque, et dispose, comme le FT17, de chenilles, ainsi que d’un moteur de 4 cylindres de 4 536 cm3 .

Seulement trois ans plus tard, le type HO inaugure un changement radical de cap puisque dès 1921, Renault abandonne les chenilles. Il faudra attendre 1926, pour les voir disparaître définitivement au profit de roues métalliques, avant que les pneumatiques ne prennent l’ascendant. Entre temps, différentes variantes, notamment au gaz, sont testées, sans trop de réussite.

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, Renault est ainsi un acteur majeur du secteur agricole. Mais le conflit aura une première fois raison de cette activité. Les usines étant bombardées, et la reprise économique difficile, Renault va continuer la commercialisation de quelques anciens modèles, avant de reprendre véritablement les choses en main en 1956. Pour se faire remarquer, la couleur orange si particulière apparaît alors.

Entre temps, la concurrence ne s’est pas fait prier. Malgré tout, Renault revient sur le devant de la scène avec la célèbre série « D », équipée de moteurs MWM et proposant des puissances allant de 16 à 35 ch. Réputé pour sa grande fiabilité, ce modèle relance véritablement l’entreprise.

Renault D22
Renault D22

Dès 1960, la demande en tracteurs puissant est elle que Renault qui ne dispose pas de tels modèles importe le Motomecanisa Super 108 de 60CV le temps de commercialiser le 385 trois ans plus tard.
Au fil des années, ce marché devient de plus en plus concurrentiel, s’essouffle et l’équation économique devient plutôt fragile. Parmi les principaux concurrents de Renault, on retrouve ainsi Carraro, Mitsubishi, Claas, Ford, Massey Ferguson, John Deere, FiatAgri…
Dans les années 90, Renault Agriculture, alors appelé RVA, renouvelle totalement sa gamme vieillissante.

Au début des années 2000, toute la gamme Renault Agriculture, toujours revêtue d’orange, porte le nom d’un dieu antique : Atles, Temis, Ergos, Pales,…

Dionis Fructus

Mais les dieux ne font pas tout. On assiste alors à une concentration du marché, Renault décidant de s’allier avec son concurrent Claas. Ainsi, Renault Agriculture cède 51% de ses parts au constructeur allemand en février 2003. L’accord prévoit alors que Claas puisse augmenter sa participation à hauteur de 80%, ce qu’il fera en 2006, Renault s’engageant quand à lui à conserver 20% pendant 7 ans.

Employant près de 2000 personnes, présent dans 52 pays, Renault Agriculture était l'un des grands constructeurs mondiaux du secteur agricole.

L’aventure se termine totalement en 2008, suite à la revente des 20% restant à Claas.

En près d’un demi-siècle (depuis 1945), Renault aura produit près de 770 000 tracteurs partout dans le monde. Un pan de l’histoire s’est alors terminée.



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |