France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Eve, Eve+, Vesta, Vesta II (81-87)

Eve, Eve+, Vesta, Vesta II (81-87)

Suite au premier choc pétrolier qui s'est produit en 1973, mais dont ses effets se feront sentir jusqu'en 1978, l'industrie automobile d'alors décide de se lancer dans la conception de modèles peu gourmands en carburant.


C'est donc dans un climat de lobbying (ou lobbyisme) pour les véhicules economes, comparable à celui actuel sur les véhicules electriques, que Renault dévoile en 1981, la EVE.


Ce concept est en fait basé sur une R18, mais dont l'aérodynamique a été retravaillé afin d'obtenir un meilleur coefficient de pénétration dans l'air, gage d'une économie de carburant. Au final, celui-ci est de 0,239 ce qui réprésente à l'époque un grain de plus de 40% par rapport aux modèles de série de la marque.


Une évolution de la EVE sera également de la partie, avec la EVE+.
Reprenant la EVE “normale”, Renault tentera de trouver des solutions mécaniques plus économes, ainsi que des systèmes de récupération de l'énergie.

L'année suivante, en 1982, grâce à une aide gouvernementale, Renault teste un nouveau concept, allant dans le sens des économies de carburant, la Vesta. Ce véhicule, dont le nom est l'acronyme de “Véhicule Econome de Systèmes et Technologies Avancées” a pour but d'obtenir une consommation de moins de 3l aux 100 km. Ce sera malheureusement un échec.

Mais, cinq ans plus tard, la technologie ayant bien évoluée, les concurrents sont parvenus à obtenir de tels résultats. Et Renault décide donc de se remettre au travail en reprenant les acquis de la Vesta.
C'est ainsi que nait la Vesta II en 1987.

La Vesta II, produite à seulement 6 exemplaires, est une petite berline trois portes, traction avant, de 3m54 de long pour 1m54 de large.


Cette fois, ce sera un franc succès. Elle effectuera comme preuve des progrès accomplis, et sous contrôle d'huissier, un Paris-Bordeaux, soit une distance de 501,4 km, et ce, à une vitesse moyenne de 101 km/h, ne consommant que 9 litres d'essence.
La Vesta II affiche ainsi une consommation moyenne de 1,94 litres aux 100 km., ce qui sera le nouveau record mondial de consommation sur route.

Pour arriver à ses fins, Renault avait décidé de placer dans son concept-car, un petit 3 cylindres d'une cylindrée de 716 cm3 et affichant 27 ch à 4 250 tr/min, qui était censé offrir les mêmes performances qu'une SuperCinq SL.
Ainsi doté, la Vesta II pouvait accéder à la vitesse pharonique de 138,2 km/h.


Cet inédit petit 3 cylindres à 6 soupapes, avait été préféré aux classiques 4 cylindres afin de réduire les frictions. Et pour réduire son poids, les pièces ont été produites dans des matières légère telles le magnésium ou l'aluminium.
Enfin, pour optimiser son fonctionnement, il était géré par l'electronique.

Mais le moteur ne faisant pas tout, la carrosserie très étudiée, affichait un Cx de seulement 0.186 ! Ajoutez à cela une conception “légère” puisque son poid total à vide était de seulement 473 kg, et vous obtenez ce record.


Malheureusement, malgré toutes ces promesses, au prix il faut bien l'avouer, de choix drastiques et inconcevables en série, et une fois l'effet de mode passé, ce type de véhicule et de concept, ne verra jamais réellement de descendants dignes de ce nom...


 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |