France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
La Nervastella

La Nervastella

La gamme Nervastella eut comme plein d'autres Renault sa période de gloire dans les mouvementées années 30. C'est dire, si elle connut une époque charnière très importante dans l'histoire de la France.

Réservez ici l'essai de votre future voiture

En effet, elle naquit au lendemain de la crise économique avec le krach de Wall Street, qui ne tarda pas à répandre son influence sur l'économie Européenne et plus particulièrement française. Dès 1930, l'économie, automobile en tête, fut très touchée.

Un Coupé Nervastella carrossé par Fernandez et Darrin en 1935

Ainsi, entre 1930 et 1935, la production française, chuta de 230 000 à 179 000 exemplaires. Et, comme dans toute crise économique importante, les constructeurs d'automobiles de luxe et de sport furent les plus touchés. C'est ainsi, que l'on verra disparaître tout au long du siècle des industries automobiles français de renommé telle que Hispano-Suiza, Delahaye, Delage, Bugatti….. Dans les années 1930, beaucoup durent se regrouper, avant parfois, de disparaître complètement. Renault bien sur, fort d'une gamme importante, d'une implantation mondiale, et d'une trésorerie solide ne sera pas aussi durement touché. Le superbe tableau de bord La lignée des Nervastella débutera avec le millésime 1930 lors du Salon de Paris de 1929.

En fait, cette nouvelle Nervastella est l'enfant d'un heureux mariage entre plusieurs modèles de la gamme Renault ! La carrosserie provient de la Vivastella. On lui a rallongé le capot afin de recevoir un moteur plus gros, un 8 cylindres en ligne, contre un 6 cylindres.
Ce moteur monobloc reprend les cotes du 4 cylindres de la KZ4 10CV et du 6 cylindres de la Vivasix, en l'occurrence un alésage de 75 mm pour une course de 120 mm, afin d'atteindre une cylindrée de plus de 4 240 cm3.

Ainsi, avec sa belle carrosserie, son imposant capot laissant présager une importante cylindrée, et un empattement long, la nouvelle Nervastalla ne manque pas d'allure. C'est une voiture imposante et majestueuse. De plus, comme la plupart des voitures de l'époque, elle peut recevoir des carrosseries à la mesure de son statut : une majestueuse conduite intérieure à 6 glaces, une berline deux portes sportive, un superbe coupé de ville, et même un cabriolet……
La Mégane I aurait-elle donc une sœur cachée ?

Pour le millésime 1931, la Nervastella prend la référence TG1. Le moteur bénéficie d'un nouveau bloc, mais la cylindrée ne change pas. Comme de tradition chez Renault, la compétition donne à ce modèle une certaine notoriété. En effet, elle possède quelques trophées non négligeables à son palmarès, avec notamment celui du grand prix du Maroc de 1931. Pour 1932, comme toute la gamme " stella " de Renault, c'est-à-dire tous les modèles 8 et 6 cylindres, elle reçoit un nouveau radiateur fortement inspiré des Chrysler Imperial, modèle luxueux aux Etats-Unis. La Nervastella est désormais épaulée par un modèle dérivé, la Nervasport.

A gauche, une Chrysler de 1931, à droite une Reinastella de 1932...

Elle poursuit sa carrière en 1933 , mais sa gamme est fortement réduite, puisque seules les variantes les plus prestigieuses et donc les plus représentatives sont disponibles, c'est-à-dire, les conduites intérieures 6 glaces, les variantes Coupé et Cabriolet étant " laissées " à la Nervasport. En 1934, le Type ZD adopte une nouvelle carrosserie, offrant un nouvel aérodynamisme : radiateur incliné, panneau arrière arrondi,… Le moteur évolue peu (cylindrée augmentée à 4825 cm3).

La folie de l'aérodynamisme persiste et en 1935, la caisse évolue encore : la poupe adopte le fameux profil en " queue de Pie " qui fait fureur à l'époque. Les extravagances continues mais cette fois, c'est du coté mécanique. Le moteur 8 cylindres atteint 5448 cm3 grâce à l'alésage passé à 85 mm. Cependant, les caisses restent d'austères conduites intérieures, mais de fantastiques carrossiers réussissent à magnifier la Nervastella. En 1936, la Nervastella en fin de carrière, se voit doté d'une belle calandre d'inspiration une fois n'est pas coutume, américaine. Les phares s'intègrent aux ailes, l'empattement est allongé de 3.21m à 3.38, ce qui donne un peu de dynamisme. Toutes ces petites modifications lui concèdent un petit coup de neuf.

La Reinastella avec sa superbe calandre

Mais, c'est trop tard, la Nervastella ne se vend plus, la faute à un contexte économique capricieux. L'année 1937 voit disparaître la Nervastella (Type ABM6) dans la plus grande discrétion. Elle adopte quand même une calandre en V en guise d'au revoir. A noter que la Nervastella sera entrée au Palais de l'Elisée, grâce au carrossier Franay qui confectionna un superbe coupé de ville pour le président de l'époque, Albert Lebrun.

 

 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées

Code