Accueil >  Groupe  >  Résultats Financiers  > 

Renault annonce une perte historique de 7,4 milliards

Hier, Renault a annoncé ses résultats financiers semestriels, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont plutôt alarmants avec une perte nette de 7,4 milliards d’euros au cours du seul premier semestre comparé à la même période en 2019.
Renault annonce une perte historique de 7,4 milliards
Par le 31/07/2020

Du fait de la crise de la crise sanitaire, les ventes mondiales du groupe Renault sont en baisse de 34,9%, et s’élèvent ainsi seulement à 1,26 millions de véhicules, soit un repli supérieur à celui du marché qui se limite quant à lui à 28,3%.

Ce très fort déclin des ventes a bien sûr un impact direct sur le chiffre d’affaire du groupe qui s’élève au cours des 6 premiers mois à 18,4 milliards d’euros, soit une baisse de -34,3% qui aurait cependant été de 32,9% si le taux de change n’avait pas été défavorable (et notamment celui du Peso argentin, du Réal brésilien et de la Livre turque).

Le chiffre d’affaire de la branche automobile (hors activités annexes, type RCI Bank) hors Avtovaz est en repli de 36,6% avec un montant de 15,72 milliards d’euros, du fait de la dégringolade des ventes des marques, mais aussi de la forte chute de celles des partenaires de Renault (Daimler, Nissan, et Fiat notamment) à hauteur de plus de 2 milliards d’euros. Le chiffre d’affaire est cependant aidé par une hausse des prix des nouveaux modèles tels que la Clio et le Captur, à hauteur de 2 points du CA.

Le résultat net s’effondre ainsi, et ressort à - 7,386 milliards d’euros, dont près de la moitié des pertes provient du partenaire nippon de l’Alliance, Nissan (-4,817 milliards d’euros).

Ainsi, le free cash flow de la branche automobile est négatif, à hauteur de -6,3 millions d’euros. Pour autant, les liquidités du groupe sont en nette amélioration (+6,5 milliards d’euros) par rapport au 31 mars, et s’élèvent désormais à 16,8 milliards d’euros. Ce résultat inclut notamment le prêt de 5 milliards d’euros accordé par l’Etat français.

La situation est sans précédent, elle n’est pas sans appel. Avec l’ensemble des équipes dirigeantes et les collaborateurs du Groupe, nous nous mobilisons pour corriger notre trajectoire avec une stricte discipline qui ira au-delà de la réduction de nos coûts fixes. Préparer l’avenir c’est aussi bâtir notre stratégie de développement, et nous y travaillons activement. J’ai toute confiance en la capacité du Groupe à rebondir” , Luca de Meo, Directeur général de Renault. 

Malgré une situation très compliquée, certains signaux sont cependant au vert. Ainsi, les aides à la conversion mises en place en France ont permis au constructeur français de remplir ses carnets de commande sur le mois de juin. La Zoé a notamment été grandement bénéficiaire de cette aide et voit ses ventes augmenter de près de 50%. Enfin, la commercialisation des Clio Hybrides et Captur hybride rechargeable a reçu selon le constructeur, un très bon accueil dans le réseau.

Pour le second semestre, le groupe Renault refuse de faire toute hypothèse, que ce soit pour le marché français, européen ou même mondial. Il confirme cependant son objectif de réduire ses coûts de 600 millions d’euros dès cette année, représentant 30% de la réduction des coûts prévus dans son plan 2022.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif