Accueil >  NEWS  >  NEWS  > 

Le chiffre d’affaire de Renault en baisse au 3ème trimestre

Au 3ème trimestre 2019, le chiffre d’affaire du groupe Renault termine en légère baisse (-1,6%) comparé à la même période en 2018 avec un total de près de 11,3 milliards d’euros.
Le chiffre d’affaire de Renault en baisse au 3ème trimestre
Par le 28/10/2019

Cette légère baisse est notamment le fait d’une diminution des ventes mondiales (-4,4%) qui s’élèvent à 852 198 véhicules au cours du trimestre, dans un contexte mondial lui aussi orienté à la baisse (-3,2%). 

Cette tendance est également expliquée par la baisse des ventes aux partenaires (-5,5 points) dans laquelle entrent notamment la production pour l’allié Nissan qui fait face à des ventes en berne, celles pour Daimler, ainsi que l'arrêt des ventes en Iran (pour rappel, Renault passait jusqu’alors par un partenaire local).

Pour autant, la légère chute du chiffre d’affaire est plus faible que celle des ventes, notamment grâce à la politique de hausse des prix mise en place par le constructeur qui compense partiellement cette baisse de l’ordre de 2,1 points. 

Avtovaz (Lada) contribue positivement à ces résultats avec un chiffre d’affaire de 791 millions d’euros, en hausse de 26,2% notamment grâce à un effet de change positif. Sans cet effet d'aubaine, la hausse n’aurait été que de 16,7%.

Depuis le début de l’année, le chiffre d’affaire de Renault est en nette baisse. De -4,8% au premier trimestre, -7,6% au second, le constructeur a redressé la barre le trimestre dernier, ce qui donne depuis le début de l’année une diminution raisonnée de 5,1% de son CA.

Des résultats commerciaux différents selon  les régions

En Europe, les ventes sont en baisse de 3,4% alors que le marché fait un peu mieux (-2,4%). Selon Renault, il s’agit principalement de l’effet “WLTP” qui avait poussé le constructeur à destocker grandement il y a un an, et qui avait boosté artificiellement les ventes. Cette baisse s’explique aussi par le renouvellement de modèles clés tels que les Clio ou Captur, deux véhicules majeurs de la gamme qui sont leaders de leur segment en Europe.

Hors d’Europe, Renault parvient à faire mieux que le marché qui souffre de l’effondrement du secteur en Argentine et en Turquie. En Russie, les résultats sont positifs puisque la hausse est de +6,1% dans un marché en baisse de 1,2%, principalement grâce à la gamme Lada, mais aussi au nouvel Arkana.

Deux pays attirent particulièrement l’attention, l’Inde et la Chine. Dans le premier, le marché s’effondre avec une baisse de 27,4%. Renault limite la casse avec -7,8%  mais sa part de marché reste très faible (2,1%) avec 54 507 unités seulement depuis le début de l’année.

Enfin, en Chine, les volumes sont en baisse de 15,5%, bien plus que le marché (-5%). La marque espère cependant que les nouveau Captur et la citadine électrique K-ZE parviendront à redresser la barre. La Chine reste malgré tout le 7ème marché de Renault derrière l’Espagne avec 132 078 unités depuis janvier (0,8% PDM).

Quelles perspectives pour l’ensemble de l’année 2019 ?

Sur un marché mondial en baisse de l’ordre de 4% (contre 3% prévu initialement), le groupe Renault s’attend à suivre la même tendance que le marché. La marge opérationnelle devrait être de l’ordre de 5%, avec un Free cash flow pour la branche automobile positif sur le second semestre.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.