Accueil >  Groupe  >  Mitsubishi  > 

Mitsubishi pourrait monter au capital de Renault

Partenaire de l’Alliance Renault-Nissan depuis le rachat par Nissan de 34% des parts du petit constructeur automobile japonais, selon Les Echos, Mitsubishi pourrait monter prochainement au capital de Renault.
Mitsubishi pourrait monter au capital de Renault
Par le 31/03/2020

Cette rumeur intervient alors que le monde entier est plongé en pleine crise du coronavirus (avec une probable crise économique qui va suivre) qui a provoqué un véritable plongeon de la bourse, et du cours de l’action de Renault. Déjà chahuté depuis la chute de Carlos Ghosn en fin 2018, le COVID 19 empire les choses. Depuis le début de l’année, l’action Renault a ainsi perdu près de 60% de sa valeur et même plus de 70% sur 1 an...

Forcément, le constructeur devient vraiment très attractif. D’autant plus que les derniers résultats ont fait apparaître de légères pertes. De quoi permettre à la presse entière de placer Renault dans la liste des entreprises en danger, en oubliant assez vite les nombreuses années de profits qui se chiffraient en milliards d’euros: 3,61 milliards d’euros en 2018, 3,854 en 2017, année record, et 3,28 milliards d’euros en 2016. Mais de cela, que reste t-il ?

Certes Renault a annoncé pour la première fois depuis 10 ans des pertes à hauteur de 141 millions d’euros pour son exercice 2019, mais le constructeur n’est pas pour autant au bord de la faillite. Il est cependant vrai que Renault est fragilisé, et que le crise du coronavirus aura un fort impact sur tous les constructeurs automobiles déjà grandement fragilisés les énormes investissement requis pour le développement des véhicules électriques et hybrides, les nouvelles normes, ainsi que la recherche sur la voiture autonome provoquant de très forts investissements chez tous les constructeurs.

On a d’ailleurs appris que le groupe Volkswagen perd 2 milliards d’euros par semaine de l’aveu même de son PDG Herbert Diess. Ford de son côté a annoncé une perte de 1,7 milliards d’euros au dernier trimestre 2019, avant même le COVID 19...

Nissan utilise Mitsubishi pour obtenir des droits de vote chez Renault

L’entrée au capital de Mitsubishi permettrait à Nissan, via son partenaire de posséder désormais 25% de Renault et ainsi de disposer de plus de poids dans le constructeur français, le tout pour une somme modique à la vue de la valorisation actuelle de Renault: environ 530 millions d’euros pour 10% des parts.

Nissan désirant depuis longtemps rétablir un équilibre plus convenable à son sens, verrait cela d’un bon oeil. D’autant plus qu’avec 15% des parts de Renault, Nissan n’a actuellement aucun droit de vote étant donné que Renault dispose de plus de 43% de celui-ci. Mitsubishi n’ayant pas de lien capitalistique avec Renault, le couple japonais reprendrait la main pour une bouchée de pain. Ce qu’il désire plus que tout depuis bien longtemps.

"L'entrée de Mitsubishi Corp. au capital de Renault est une hypothèse de travail, parmi beaucoup d'autres, insiste cependant une source proche du dossier. A ce jour, il n'y a absolument rien de précis sur la table. Et si elle devait se matérialiser un jour, ce qui n'est pas le scénario le plus probable, ce ne serait sûrement pas dans l'immédiat, en pleine crise du secteur!" (source Les Echos)

Voilà  qui a tout de même le mérite de relativiser cette information, qui sans être démentie semble tout de même assez improbable pour le moment. Mais il ne fait nul doute que tôt ou tard, Renault perdra encore du peu d’influence dont il dispose chez Nissan.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif