Accueil >  Groupe  >  Daimler  > 

Renault met un terme à sa participation dans Daimler

L’annonce vient de tomber. Par un communiqué de presse, Renault présente son intention de céder l’intégralité de sa participation dans Daimler. Cette cession devrait permettre au Groupe d’accélérer son désendettement financier.
Renault met un terme à sa participation dans Daimler
Par le 11/03/2021

Ce jeudi, Renault a annoncé son intention de céder l’intégralité de sa participation dans Daimler, soit plus de 16 millions d’actions représentants 1,54 % du capital de la société allemande. Cette cession intervient dans le cadre d’un placement auprès d’investisseurs qualifiés. Le produit de cette cession devrait permettre au Groupe Renault d’accélérer le désendettement financier de son activité automobile. Pour rappel, 2020 a été catastrophique pour Renault qui a connu une perte de 8 milliards d’euros, en grande partie en raison de la crise sanitaire et de la chute des ventes de véhicules neufs.

Toutefois, le partenariat industriel entre le Groupe Renault et Daimler est inchangé et n’est pas impacté par cette opération financière. À l’exception de la fin de l’obligation pour Daimler de proposer par priorité à Renault le rachat de ses titres en cas cession dans le cadre d’une opération de marché, et ce par souci de réciprocité entre les deux sociétés.

La fin d’un partenariat de plus de 10 ans

C’est en 2010, sous l’ère Carlos Ghosn, qu’est né ce partenariat. Carlos Ghosn, alors PDG de Renault, et Dieter Zetsche, alors PDG de Daimler, avaient plusieurs projets industriels en tête, qui n’ont pas vraiment eu de succès. De cet accord reste aujourd’hui quelques moteurs et des utilitaires légers en communs. En fin d’année dernière, Renault avait déjà annoncé l’arrêt de la production de ses moteurs pour certains modèles allemands, comme la Classe A notamment. La suite semble donc logique.

Pourtant, début février dernier, les deux groupes discutaient d’un nouveau partenariat portant sur le développement de la prochaine génération de leurs grands utilitaires Master et Sprinter. Les prochains utilitaires pourraient donc être de proches cousins. Comme l’a évoqué Luca de Meo, actuel PDG du Groupe Renault, « le partenariat industriel entre Renault et Daimler est inchangé et n’est pas impacté par cette opération financière ».

Développant ensemble la Twingo et la Smart sur une base commune, les deux groupes ont vu ce partenariat baissé année après année, ce qui a poussé Renault a mettre un terme à la production de la Twingo.

Renflouer les caisses

Cette cession a donc pour but d’accélérer le désendettement financier du Groupe. En 10 ans, ce partenariat aurait rapporté à la marque au losange près de 400 millions de dividendes. De son côté, la société allemande détient toujours 3,1 % de Renault et 5 % des droits de vote alors que Nissan n’a pas communiqué à ce sujet et détient encore 1,55 % du capital allemand.

Preuve que le Groupe ne fait pas de petites économies, la firme française a annoncé il y a quelques semaines que 13 000 de ses salariés allaient passer en activité partielle, sur une base de 4 jours de travail par semaine.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 30-1668-10610-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1218163388