Accueil >  Groupe  >  L'Alliance avec Nissan  > 

Vers un rachat du groupe Fiat par Renault-Nissan

Hier, le très sérieux Financial Times a annoncé un possible rapprochement entre l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et le groupe Fiat-Chrysler qui chercherait très activement un partenaire.
Vers un rachat du groupe Fiat par Renault-Nissan
Par le 29/03/2019

Le retour d’une fusion Renault-Nissan

En pleine tempête médiatique et judiciaire suite à ce que l'on appelle désormais l'affaire Ghosn, Renault et Fiat aurait comme projet commun un potentiel rapprochement capitalistique.

Cependant, avant de penser lorgner du côté de l’Italie, l’Alliance aurait pour projet de… fusionner. Un projet validé par l’État français et porté par Carlos Ghosn jusqu’à… son arrestation en novembre dernier. Pourtant, du côté de chez Nissan, cette idée de fusion a été à de maintes reprises repoussée. Un tel retournement de situation serait donc pour le moins étonnant.

Pour autant, d’après le Financial Times, un tel projet serait pourtant voué à se réaliser d’ici 12 mois seulement, un délai très étonnant à la vue de l’actualité récente. Mais le nouveau président de Renault aurait réussi à très rapidement calmer les tensions existantes entre les français et les japonais permettant ainsi de relancer ce sujet.

Bien sur, tout cela est à prendre avec toutes les précautions qui s'imposent. Sans trop de surprise, l’information a été totalement démentie du côté du constructeur français. Mais une source proche du dossier a indiqué que C.Ghosn avait déjà envisagé un tel projet en 2015 avant finalement de faire machine arrière suite au refus de son actionnaire principal, l’État français.

L’idée n’est donc pas nouvelle, mais Nissan pourrait freiner les ambitions de Renault… Si un tel rapprochement se faisait, les japonais perdraient probablement encore du poids face aux européens. Mais il n’est cependant pas inutile de rappeler que C.Ghosn, lors du rachat de Mitsubishi, l’a adossé uniquement à Nissan, et non à Renault. L’accord de l’allié n’est donc pas forcément indispensable, et ce, d’autant plus que Nissan ne dispose actuellement pas de droits de vote au sein de Renault malgré ses 15% de capital dans le constructeur français.

Le groupe Fiat-Chrysler à la recherche d’un partenaire

Un tel rapprochement ferait du nouveau groupe un géant mondial, Renault-Nissan-Mitsubishi étant déjà le leader du secteur automobile. Fiat malgré sa myriade de marques (Fiat, Chrysler, Alfa Romeo,…) a réussi ces dernières années à se relever, mais reste dans une position trop fragile pour espérer perdurer « seul ».

C’est pourquoi, du côté de l’Italie, ce n’est plus un secret, le groupe Fiat (FCA Group) cherche officiellement un partenaire. Son PDG John Elkann a ainsi rencontré l’Alliance Renault-Nissan avec qui des liens existent déjà pour la production d’utilitaires, mais aussi PSA qui, avec sa taille plus réduite, pourrait proposer de meilleures conditions au groupe italien.

Ce projet devrait rapidement avancer. Il est probable que les jours voires les semaines qui viennent permettent d'en savoir plus sur ce projet, et notamment les conditions proposées par les deux entités. Sans oublier la position de Nissan quant à un éventuel rapprochement.

Car entre un rachat, une alliance ou encore une fusion, la donne n’est pas totalement la même. Qui contrôlerait la nouvelle entité ? En tout état de cause, si Nissan fait partie du deal, c’est le camp français qui devrait avoir la main. Encore faut-il que Nissan, plutôt soucieux de redevenir indépendant vi à vis du camp français et donc, de l’Europe, accepte une telle proposition.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.