Accueil >  Groupe  >  Le groupe Renault  > 

Baisse historique pour le marché automobile en 2020

Sévèrement touché par la crise de coronavirus, le marché automobile français a enregistré une chute de 25,5 % en 2020. Cette baisse drastique des ventes n’avait plus été connue en France depuis 1975.
Baisse historique pour le marché automobile en 2020
Par le 07/01/2021

Seulement 1,65 million de véhicules neufs ont été vendus en 2020 en France. C’est presque 600 000 de moins qu’en 2019. Après des résultats toujours en baisse tout au long de cette difficile année 2020, les chiffres des ventes de véhicules neufs sur l’ensemble de l’année sont tombés. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela faisait des années que la France n’avait pas atteint un niveau aussi bas.

1975. Le marché automobile français a atteint son plus faible niveau depuis maintenant 45 ans. Aucune autre crise n’avait fait reculer à un tel point les ventes en France, comme l’a déclaré François Roudier, Directeur de la Communication du CCFA : « Durant la crise des années 1990 et 2000, on n’est jamais tombés en dessous de 1,7 million d’unités écoulées ». 2021 s’annonce donc particulièrement compliquée…

Les Groupes français limitent la casse

Difficile de parler de bons résultats mais le Groupe Renault et PSA font partie de ceux qui ont résisté le mieux à cette crise, affichant un recul légèrement inférieur à la baisse total du marché. Avec une chute de - 25 %, on ne peut pas vraiment parler de réussite mais les deux groupes français font mieux que certains constructeurs étrangers. Malheureusement, dans l’ensemble, c’est évidemment tout le secteur automobile qui a été fortement impacté par la crise de Covid-19. Dès l’annonce du premier confinement, les immatriculations ont dégringolé, -72,2 % en mars et même -88,8 % en avril.

En moyenne, sur l’année, les constructeurs étrangers ont enregistré un recul de -26,1 %. Volkswagen, premier Groupe étranger en terme de volume, affiche une baisse de 28,4 %. Ses confrères allemand BMW et Daimler voient leurs ventes chuter de 21,6 et 32,8 %. Le Groupe FCA, futur partenaire de PSA, qui va devenir un géant de l’automobile dans les années à venir, a tout de même enregistré le niveau le plus bas du marché avec un recul de -41,5 %. Étonnamment, ou du moins pas vraiment, les constructeurs de véhicules électriques s’en sont plutôt bien tirés. C’est le cas pour Toyota et Hyundai qui ont vraiment limité les dégâts avec des baisses respectives de 12,2 et 13,4 %. Même en période de crise, l’électrique montre le chemin à suivre.

La Zoé en pleine progression

La Zoé progresse dans ses ventes de 98,8 % en 2020

Malgré une année compliquée et des chiffres en baisse, l’électrique a vu ses ventes exploser cette année. À l’image de la Renault Zoé et sa hausse des ventes de 98,8 % en 2020, le marché de l’électrique représente désormais 6,7 % des ventes en France. Alors comment expliquer ce bond au niveau des ventes des véhicules électriques ? La crise y est-elle vraiment pour quelque chose.

À vrai dire, oui et non. Le marché de l’électrique est programmé pour remplacer les véhicules thermiques d’ici quelques années. Ce n’est pas une nouveauté mais les différents gouvernements souhaitent atteindre la neutralité carbone pour lutter contre le réchauffement climatique. Or, ces dernières années, l’électrique ne représentait que 1% de part du marché automobile. Entre tarifs excessifs et performances moyennes, ce secteur n’attirait pas vraiment.

Mais aujourd’hui, qu’on ne se le cache pas, les constructeurs font d’énormes progrès en matière de véhicules électriques et les usagers commencent à se dire que la transition est inévitable. La crise de coronavirus aura permis de bénéficier d’aides importantes quant à l’achat d’un véhicule électrique. Ainsi, pour une Zoé, avec toutes les aides (veillez à bien vérifier votre éligibilité) il est possible de faire baisser son prix de départ de près de 20 000 euros. Un sacré bonus à prendre en compte et qui a surement fait la différence en cette année 2020.

Si l’on intègre les chiffres du véhicule électrique avec celui de l’hybride, la part du marché grimpe à 21,5 %. Plus du double de voitures électriques ont été écoulées en l’espace d’une année (43 000 en 2019 contre 111 000 en 2020). Ces chiffres vont sans aucun doute continuer à progresser puisque les constructeurs, comme Renault, ont décidé d’arrêter la production et la commercialisation de véhicules diesel pour 2022. Chaque modèle sera décliné avec une version 100 % électrique. Le constructeur français prend les devants et prépare l’avenir, à l’image de son modèle tant attendu en 2021, la Mégane eVision.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 30-1594-10520-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-158755648