Accueil >  NEWS  >  NEWS  > 

Nouvelle mise en éxamen pour Carlos Ghosn

Alors que Carlos Ghosn a eu droit à une audience publique mardi dernier comme son avocat l’avait réclamé, l’ancien PDG de Nissan a été une nouvelle fois mis en examen ce vendredi, rallongeant ainsi une nouvelle fois la durée son incarcération.
Nouvelle mise en éxamen pour Carlos Ghosn
Par le 11/01/2019

Ainsi, après avoir été mis en examen le 10 décembre dernier pour dissimulation de revenus sur la période 2015 à 2018, ces nouvelles accusations permettent de conserver l’ancien dirigeant en prison.

C.Ghosn est désormais accusé d’abus de confiance. Il aurait faire couvrir par Nissan des pertes personnelles d’un montant de 15 millions d’euros au moment de la crise financière de 2008. Pour cela, un milliardaire saoudien se serait porté garant, en échange de quoi ce dernier aurait reçu une somme issue de la « réserve » de l’ancien PDG. Ce dernier conteste l’accusation, arguant le fait que cette somme a été versée pour services rendus à Nissan.

C.Ghosn, amaigri et souffrant d’une forte fièvre clame son innocence

Mardi dernier, devant le tribunal de Tokyo, C.Ghosn, menotté, est apparu amaigri d’après les observateurs qui ont pu assister à l’audience. Il a cependant continué de clamer son innocence, ligne qu’il défend depuis son arrestation en novembre dernier.

Suite à cette audience, il aurait souffert d’une forte fièvre, ce qui a contraint à suspendre les interrogatoires jusqu’à ce jour selon son avocat, Motonari Otsuru, ancien grand chef du parquet qui défend désormais ceux qu’il accusait.

Ce dernier a indiqué qu’il allait demander sa libération sous caution, chose qui est demandée depuis de nombreuses semaines, en vain.

Son épouse se dit inquiète

Sa famille qui a jusqu’à présent était discrète commence à parler dans la presse. Après son fils qui avait déjà indiqué que son père avait perdu plus de 10 kg, c’est au tour de son épouse de sortir du bois et déplore de dures conditions de détention et un traitement injuste.

Avec cette nouvelle mise en examen, l’espoir d’une sortie est plutôt maigre. D’autant plus que le parquet peut ajouter un dernier motif d’arrestation, provoquant une nouvelle garde à vue de 48 heures qui peut être prolongée de deux fois 10 jours….

Renault maintient son PDG à son poste

Hier, les administrateurs de Renault se sont réunis pour faire le point sur l’enquête interne qui a lieu actuellement chez Renault au sujet de son PDG. Cette enquête est mené par des experts internes assistés d’experts externes indépendants rappelle le communiqué publié hier par Renault.

« La mission a examiné les éléments de rémunération des membres actuels du Comité Exécutif du Groupe Renault pour les exercices 2017 et 2018 et a conclu à leur conformité et à l’absence de fraude. Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs. Il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du Conseil d’administration. » Communiqué Officiel de Renault du jeudi 10 janvier 2019

Des structures aux Pays-Bas sous enquête

On le sait, et ce n’était un secret pour personne, la holding qui gère l’Alliance est basée aux Pays-Bas. C.Ghosn y aurait également élu sa résidence fiscale . Rien d’illégal jusque là. En cas de fusion entre Nissan et Renault, projet poussé par le gouvernement, il était d’ailleurs prévu que le siège social du nouvel ensemble y aurait également été basé.

Pour autant, une enquête est en cours sur les structures qui y sont basées, Nissan accusant notamment C.Ghosn d’avoir perçu une rémunération de 8 millions d’euros l’année dernière, sans réelle justification selon le constructeur.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.