Accueil >  Groupe  >  Résultats Financiers  > 

Résultats financiers de Renault en 2019

L'année dernière, si le chiffre d'affaire en légère baisse suite la conjoncture du marché automobile, en revanche, la marge ou encore le résultat net subissent une chute vertigineuse.
Résultats financiers de Renault en 2019
Par le 14/02/2020

L’année dernière, le groupe Renault a vu son chiffre d’affaire baisser de 3,3% pour atteindre 55,34 milliards d’euros, dont un peu plus de 3 milliards d’euros en provenance d’Avtovaz (+3%).

En entrant un peu plus dans le détails, le chiffre d’affaire uniquement lié à l’automobile (hors RCI Banque donc), et hors Avtovaz, est en baisse de 4,2% pour atteindre 49 milliards d’euros.

Pour expliquer cette baisse, après des années de hausse, Renault avance l’effet des devises, mais aussi à la baisse des ventes sur des marchés tels que l’Argentine, la Turquie et l’Algérie.

Pour autant, cette légère baisse reste assez logique. Les ventes sont en léger repli, sur un marché automobile mondial lui aussi en léger repli, rien de très grave donc.

Sans surprise, les ventes auprès des partenaires tels que Nissan et Daimler (Citan, Smart, moteurs,...) sont également en repli (-3,4%) expliquant également cette baisse du chiffre d'affaire ces résultats.

La marge opérationnelle en baise de près de 27%, le résultat d’exploitation s’effondre

La marge opérationnelle du groupe est de 2,66 milliards d’euros, soit 4,8% du chiffre d’affaire, une baisse de 1,5 point puisqu’elle était en 2018 de 6,3% et 3,61 milliards d’euros.

Quant à la marge opérationnelle de la branche automobile uniquement, hors Avtovaz, elle est en baisse de 920 millions d’euros puisqu’elle atteint désormais 1,28 milliard d’euros soit 2,6% du chiffre d’affaire contre 4,3% en 2018. Un grosse chute donc.

Du côté de chez Avtovaz, la marge opérationnelle est également en baisse de près de 25% avec un total de 155 millions d’euros en 2019 contre 204 millions d’euros l’année précédente.

Au final, le résultat d’exploitation du groupe s’effondre avec 2,1 milliards d’euros contre pratiquement 3 milliards d’euros en 2018. Par contre, le résultat net s'effondre totalement en atteignant péniblement l’équilibre (19 millions d’euros contre 3,45 milliards d’euros en 2018).

De sorte, le résultat net, part du Groupe, est négatif à -141 millions d’euros, soit -0,52 € par action contre 12,24 € en 2018, une première depuis 10 ans.

Le côté positif, c'est que ces mauvais résultats, conformes à l'objectif révisé d'octobre dernier, ne sont pas le fruit d'un problème structurel. Ils sont surtout le fruit d'une dette fiscale qui a été imputé cette année, ainsi qu'a un fort investissement, pour faire face aux nouvelles normes qui entrent en vigueur.

Par contre, dans un avenir proche, Renault devra savoir se passer de Nissan. L'apport n'a été cette année que de 242 millions d'euros, contre 1,5 milliard d'euros en 2018, bien loin de celui de 2017 et 2016, mais surtout, le constructeur nippon a annoncé qu'il ne verserait pas de dividende pour le prochain exercice.

Le free cash flow opérationnel de l’automobile, incluant Avtovaz est tout de même positif (153 millions d’euros).

Contrairement à que laissaient apparaître certaines rumeurs, l’activité automobile dispose d’une trésorerie nette de 1,7 milliard d’euros.

Le dividende qui sera soumis à l’approbation de l’assemblée général des actionnaires sera de 1,1 € / action contre 3,55 € en 2018.

Résultats du Groupe Renault (en milliards d'euros)
  2019 2018 Écart
Chiffre d'affaire 55 537 57 419 -3,3%
Marge opérationnelle 2 662 3 612 -950
Marge opérationnelle (% du CA) 4,8% 6,3% -1,5 pt
Résultats d'exploitation 2 105 2 987 -882
Résultat financier -442 -353 -89
Part de Nissan 242 1 509  -1 267
Impôts et différés - 1 454 -723 -731
Résultat net 19 3 451 -3 432
Résultat net part du groupe -141 3 302 -3 443
Free Cash Flow automobile 153 607 -454

Perspectives 2020

En 2020, le marché automobile mondial est attendu en baisse, notamment du fait d’un repli attendu en Europe de l’ordre de -3% et en Russie (-3%).

En Europe, la baisse attendue reste cependant encore assez floue, les effet de la réglementation CAFE n’étant pas encore réellement connus. Pour rappel, cette dernière impose dès cette année que l’ensemble des véhicules neuf vendus par les constructeurs automobiles rejette en moyenne, moins de 95 g/km de CO2.

Dans le reste du monde, et notamment en Chine, la crise du Coronavirus pourrait également avoir de forts impacts.

Pour Renault, qui insiste sur le fait qu’il a fait d’importants investissements, expliquant d’ailleurs sa marge opérationnelle et son résultat d’exploitation en forte baisse, le groupe ambitionne de maintenir son chiffre d’affaire, d’obtenir une marge opérationnelle comprise entre 3 et 4% et un free cash-flow de l’automobile positif.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.