Accueil >  Sport  >  Formule 1  > 

La Gestation du R23, le V10 de F1 de 2003

Après 15 mois de gestation, le moteur qui équipera les monoplaces Renault en 2003 a tourné pour la première fois au banc le 15 octobre.
La Gestation du R23, le V10 de F1 de 2003
Par Loic FERRIERE le 02/02/2003
Les premières études, les grandes lignes générales du moteur, les dates de planning sont lancées en Août-Septembre 2001. Après beaucoup de travail en CAO, c'est la monté en puissance à partir de Janvier 2002. Une quinzaine de dessinateurs sont sur le projet, et six « ingénieurs-experts » responsables chacun d'une pièce du moteur sont à l'oeuvre. En février-Mars 2002, alors que la saison de F1 va commencer, et que le RS22, l'ainé du futur RS23, va faire ses premiers rugissements, des outillages de montage sont lancés en fabrication. Ils seront assemblés en septembre avant le montage du moteur. En Mars 2002, le lancement de la fabrication du RS23 est annoncée. En Juin 2002, l'usinage des pièces définitives pour des moteurs prototypes est lancé afin de pouvoir homologuer ces pièces. En Septembre 2002, les premières pièces sont reçues. Le "service contrôle" entre en action. Il s'assure que toutes les nouvelles pièces du moteur sont conformes à la demande, et analyse leur comportement après utilisation. Un plan qualité est alors défini avec les sous-traitans. Vient alors le montage. Le service "Essai" participe aux ... essais du moteur pour définir des mesures spécifiques de température, et autres... Le programme de test peut alors être défini. Dès Octobre 2002, le moteur tourne sur un banc d'organe qui entraine les pièces en fonctionnement tel que la pompe à eau ou à huile, distribution, culasse,... Ce banc ne délivre pas de puissance mais permet la vérification de ces éléments « extérieurs » La Salle de contrôle du banc d'essaiLe grand jour arrive enfin le mardi 15 octobre. Le RS23 enfin assemblé, lâche au banc d'essai n°5 ses premiers rugissements... 15 mois après les premiers traits de crayon! Le 26 novembre, le Renault Team F1 aligne à Valence sa première monoplace hybride: châssis, moteur et boîte de vitesses version 2003 sont affublés d'une carrosserie version 2002. Concernant les modifications apportées, on note une bien meilleure intégration de l'ensemble au châssis. De plus, « nous avons beaucoup travaillé sur l'aasociation du R23 avec la nouvelle boîte de vitesse et sur son intégration dans le châssis. Le bloc possède une construction inédite, sa rigidité est bien meilleure. Les commandes de soupapes sont également très différentes » confie Jean Jacque His, le directeur général de Renault F1 Team France. Présentation de la nouvelle bête le 23 janvier prochain sur le circuit du castellet.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.