Accueil >  Sport  >  Formule 1  > 

La Commission F1 confirme le gel des moteurs pour 2022

Ce jeudi, la Commission F1 s’était réunie afin de discuter et surtout prendre une décision quant à la question du gel des moteurs pour 2022. Cette dernière sera bien effective, au grand bonheur de Red Bull. D’autres propositions ont été évoquées.
La Commission F1 confirme le gel des moteurs pour 2022
Par le 16/02/2021

C’est ce jeudi 11 février que les dirigeants de la Formule 1 tablaient sur le sujet du gel des moteurs pour la saison 2022. À l’unanimité, la Commission F1 a validé la proposition de gel des moteurs, fortement soutenue par Red Bull afin de conserver les blocs Honda pour au moins les trois prochaines années à venir. Pour rappel, à l’été dernier, le constructeur japonais avait décidé de se retirer de la discipline à la fin de la saison 2021. L’écurie autrichienne, dirigée par Christian Horner, devait trouver une solution très vite et la meilleure, selon elle, était d’obtenir un gel des moteurs afin de conserver les blocs Honda.

Lors de cette réunion, beaucoup de propositions ont été faites, comme notamment l’arrivée possible des courses sprint les samedis. Cette idée reste à l’étude pour le moment mais les écuries semblent ouvertes à ce sujet qui pourrait permettre de redonner un peu plus de spectacle à la Formule 1. Explications.

Red Bull soulagée

Red Bull va pouvoir conserver les blocs Honda

L’écurie autrichienne n’a désormais plus de soucis à se faire, du moins pour les trois prochaines années à venir, pour ce qui est de son moteur. C’est un sujet qui devenait récurrent en cette saison 2020 de Formule 1, le gel des moteurs demandé, en grande partie, par l’écurie Red Bull. Cette question a été réglée puisque la demande a été approuvée à l’unanimité par l’ensemble des dirigeants et entrera en vigueur dès la saison prochaine, en 2022.

Cette décision a été prise dans le but de rééquilibrer les performances et les écarts entre toutes les écuries du plateau. Depuis plusieurs années maintenant, c’est Mercedes qui écrase la concurrence et on ne voit pas comment, d’ici une année ou deux, une autre écurie pourrait venir les titiller. Ce gel sera maintenu jusqu’au prochain cycle de la réglementation moteur, soit en 2025. Cela signifie que dans ce laps de temps, les écuries n’auront plus le droit d’effectuer de travaux sur leur moteur. Si un motoriste n’est pas prêt pour le lancement de son moteur en 2022, il ne pourra plus rattraper son retard et pourrait donc être fortement pénalisé face à la concurrence. Le grand gagnant est évidemment Red Bull et Alpha Tauri. L’écurie autrichienne ne devra pas débourser des sommes pharaoniques pour équiper ses deux écuries d’un moteur.

Les courses sprint toujours en discussions

l'écurie Renault rebaptisée Alpine F1

L’idée des courses sprint, afin de permettre à la F1 de regagner en suspense et en spectacle, reste à l’étude. La F1 souhaitait réaliser un test pour ce type de course sur trois Grand Prix dès cette saison 2021 au Canada, en Italie et au Brésil mais aucune décision n’a semble-t-il été prise.

Cette course sprint a pour but de désigner un ordre de départ pour la « réelle » course du dimanche mais elle pourrait également donner des points au championnat selon un barème qui reste à définir. Les écuries semblent ouvertes à cette proposition et le sujet est en développement pour une éventuelle introduction dans les années à venir.

Pour le reste, l’éternel débat sur le plafonnement du salaire des pilotes a fait l’objet d’échanges lors de cette réunion. Comme dans tous les sports aujourd’hui, ce débat tourne en rond et aucune décision n’a été prise ce jeudi. Affaire à suivre donc.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 2-5-10571-planeterenault-y-c-pid-amp0-device-1206052328