Accueil >  NEWS  >  NEWS  > 

GP F1 de France: déception pour Renault

Pour sa course à domicile, l’équipe Renault F1 a passé la ligne d’arrivée du Grand Prix de France avec les 7ème et 9ème places. Mais c’était sans compter une pénalité appliquée à Daniel Ricciardo, le reléguant hors des points.
GP F1 de France: déception pour Renault
Par le 24/06/2019

Affichant des ambitions en hausse et une confiance clairement de retour après la course du Canada qui avait vu l’équipe signer un bon résultat, Renault peut avoir de vrais regrets à l’issue de l’épreuve française, 40 ans après la première victoire de Renault en F1 grâce à Jean Pierre Jabouille.

Bien qualifié (8ème), Ricciardo espérait pouvoir être en position de terminer derrière les 3 équipes leaders, c’est-à-dire à la 7ème place, voire un peu mieux. C’est bien ce qu’il parviendra à faire, en doublant notamment dans les derniers tours Norris et Raikkönen. Cependant pour chacun de ces dépassements, le pilote écope de 5 secondes de pénalité, le reléguant hors des points.

De son côté, dans une lutte acharnée lors des qualifications pour faire un temps avec des pneus moins performants mais plus endurant, N.Hülkenberg n’a pu réaliser que le 13ème temps. Mais une course vraiment solide et une lutte –en vain- en fin de course contre K.Raikkönen sur l’Alfa-Romeo lui permet de signer une 9ème place à l’arrivée. La pénalité infligée à son coéquipier lui fait gagner une place.

Une piste du Castelet où dépasser est très difficile

Certes, le dépassement de Ricciardo sur Raikkönen est litigieux. Le pilote Renault a clairement utilisé la partie bleue pour dépasser. Mais sur une piste très large mais délimitée par un arc-en-ciel de couleur où tout dépassement relève d’une mission quasiment impossible, il a au moins offert au public posté dans le virage un peu de spectacle à une course qui en a clairement manqué.

A l’inverse sur le premier dépassement, celui sur Norris –alors en proie à des problèmes hydrauliques-  on a du mal à comprendre la décision. Les deux pilotes défendent leur position, Ricciardo met deux roues légèrement en dehors de la piste, comme souvent lors d’un dépassement.

Cela rappelle quelque peu la pénalité infligée à Vettel lors de la dernière course. Les épreuves manquent de spectacle, mais tout risque pris par les pilotes se solde souvent par des pénalités… Il ne faut pas s’étonner de voir des courses ennuyeuses au possible. Seul point positif : les sanctions paraissent assez équilibrées sans avantager plus une équipe ou un pilote qu’un autre  contrairement à ce qui était clairement visibles dans les années 2000.

"Aucun regret. J'ai essayé. Je préfère largement ça à attendre sans rien faire. Je ne suis pas loin de lancer une diatribe Twitter. Mais je ne vais pas le faire. J'espère que tout le monde s'est amusé." D. Ricciardo sur son compte Twitter.

McLaren en grande forme

L’écurie cliente de Renault a clairement été très en vue ce week end. Après d’excellentes qualifications Sainz et Norris ont longtemps tenus les 6ème et 7ème places, expliquant aussi le résultat en demi-teinte de l’écurie officielle.

Si le premier a conservé cette position jusqu’à la fin, Norris, en proie à des problèmes hydrauliques a dû se contenter de la 10ème place à l’arrivée, puis de la 9ème après la pénalité infligée à Ricciardo.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.