Accueil >  Sport  >  Formule 1  > 

Red Bull Renault Chapitre 2

Après l'annonce de Honda de se retirer du monde de la F1 à partir de la saison 2022, Red Bull est à la recherche d'un moteur. Selon le règlement de la FIA, c'est l'écurie française qui devrait assumer ses obligations.
Red Bull Renault Chapitre 2
Par le 08/10/2020

Personne ne s'attendait à un tel rebondissement dans le milieu de la F1 ! Après un divorce difficile avec Renault et deux bonnes années avec la motorisation Honda, le constructeur japonais a décidé, contre toutes attentes, de se retirer de la F1 à l'issue de la saison 2021. L'écurie Red Bull ainsi que son équipe filiale Alpha Tauri doivent trouver un autre motoriste pour la saison 2022. 

Le départ de Honda force le clan Red Bull ainsi que Renault à mettre leurs rancunes de côtés. En effet, le règlement de la FIA stipule que chaque constructeur doit, s'il y est invité par la FIA, fournir au moins trois équipes. De ce fait, Mercedes, qui fournit quatre équipes (Mercedes, Racing Point futur Aston Martin, Williams et McLaren) et Ferrari qui motorise Haas et Alfa Romeo, Renault se retrouve dans l'obligation de fournir son moteur à Red Bull et Alpha Tauri à parrtir de la saison 2022. 

Un nouveau mariage entre Red Bull et Renault ? 

Même si l'on connait les relations chaotiques entre Christian Horner et Cyril Abiteboul, le directeur de l'écurie autrichienne ne ferme pas la porte à une nouvelle collaboration avec Renault et aurait même décidé de faire le premier pas : " Renault a beaucoup changé depuis que nous sommes partis" avant de rajouter : "Il y a un nouveau conseil d'administration et cela amène un vent frais et des changements. Les choses avancent chez Renault."

Cela peut s'expliquer par les très bons résultats obtenus dernièrement par l'écurie française qui, elle, ne semble pas forcément de l'avis de Red Bull comme le laisse sous entendre Cyril Abiteboul : "Nous connaissons la réglementation et nous nous conformerons à la réglementation (...) Je suppose que nous discuterons avec Red Bull si l'écurie ne parvient pas à trouver une solution, ce qui, j'espère vraiment, ne sera pas le cas". 

Le Français a confirmé que pour le moment l'écurie Red Bull, quadruples championnes du monde pilotes et constructeurs d'affilée avec des moteurs Renault entre 2010 et 2013, n'avait pas encofe fait de demande et qu'il restait également suffisament de temps. La relation entre les deux écuries avait pris fin en 2019 lorsque red Bull a pris la décision de passer au moteur Honda. 

Quel avenir pour la F1 ? 

L'écurie française s'inquiète surtout de la situation moteur de la Formule 1 et du futur de la discipline. Entre respecter le budget fixé et instaurer une meilleure valorisation marketing de la technoligie, le travail est important et urgent. Le monde de la F1 et du sport automobile en général demande beaucoup d'exigences et de revenus. 

Cyril Abiteboul regrette le départ de Honda et constate de plus en plus que la situation moteur en F1 est intenable. Le directeur de l'écurie évoque autant l'aspect économique que technologique. Il sait que l'aspect moteur peut compromettre l'avenir de la F1 et que le départ de Honda n'était qu'une preuve de plus montrant le chantier surdimensionné qu'attend tous les acteurs de la F1 dans les prochaines années. La discipline est peut-être dans un tournant de son histoire et chaque écurie devra s'impliquer et se soutenir pour faire perdurer ce sport dans le temps. 

  
 


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif