La nouvelle norme WLTP

Depuis le 1er septembre 2017, une nouvelle norme pour mesurer la consommation et les rejets d’émissions polluantes a fait son apparition. Son nom : WLTP pour Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure.
La nouvelle norme WLTP
Par Loic FERRIERE le 17/07/2018

Créée dans les années 70 et mise à jour au milieu des années 90, la norme NEDC était complètement déconnectée de la réalité. L'Union européenne en commun avec le Japon et l’Inde notamment a mis en place un nouveau protocole de tests et une nouvelle norme pour mieux représenter l’usage réel d’un véhicule. Cette norme mondiale permettra ainsi de mieux pouvoir comparer les résultats entre les différents constructeurs, et ce, quel que soit le pays.

Quelles différence entre le cycle NEDC et cycle WLTP

Comme pour la NEDC, les essais se réalisent sur des bancs à rouleaux, mais alors que la norme cette dernière imposait une température de départ de 20° minimun, la nouvelle descend à 14°.

Autre différence notable, le temps à l’arrêt passe de 24 à 13%, alors que la durée de l’essai passe de 20 à 30 minutes, soit une hausse de 50%.

Enfin, dernières différences notables, la vitesse moyenne passe à 47 km/h contre 34 en NEDC, et ce, sur 23km contre 11, et la vitesse max augmente de 10 km/h pour atteindre 131 km/h.

Outre les essais en labo, des tests en circulation dit « RDE » vont également être mis en œuvre pour calculer les rejets de NOx et de particules fines. C’est notamment l’une des raisons pour lesquelles, Renault équipe désormais tous ses moteurs du SCR, un dispositif plus performant (et plus couteux pour le client)  que son NOx Trap.

Le RDE sera composé à parts quasiment égales d’un parcours en ville (<60 km/h),  hors agglomération (60 à 90 km/h) et autoroute (de 90 à 145 km/h) pendant plus d’1h30.

En France, l’UTAC sera chargée de réaliser les essais.

  NEDC WLTP
Durée du cycle (min) 20 30

Distance (km)

11 23

Vitesse moyenne (km/h)

34 47

Vitesse maximum (km/h)

120 131

% de temps d'arrêt

24 13

 

Source du tableau: Renault.fr

Quel impact pour les consommateurs ?

Comme on peut le voir, la nouvelle norme sera ainsi bien plus sévère que l’ancienne qu’elle remplace. Pour le consommateur, cela apporte certes quelques avantages, mais aussi de gros inconvénients… pécuniers.

Pour les points positifs, on peut noter la volonté des constructeurs à ne plus proposer des moteurs optimisés uniquement pour passer une norme NEDC imbécile, mais qui dans les faits, provoque une surconsommation en usage réel.

Tous ont d’ailleurs déjà réagi, en inversant la tendance qui consistait à étudier des moteurs de plus en plus petits, le fameux downsizing.  Renault commence d’ailleurs à supprimer son 1.2 TCe par un nouveau moteur 1.3 TCe, même chose sur le 1.6 TCe remplacé par le 1.8 TCe, ou encore le 1.6 dCi qui va être mis au rebut par le nouveau moteur Diesel 1.7 dCi R9N.

 Malheureusement, le barème de bonus/malus en France va complètement bouleverser la donne… Basé sur l’ancien dispositif NEDC, pour un même véhicule, le malus va totalement exploser, pouvant passer de 3 000 € à 10 000 €, par exemple, pour une Alpine A110 ou une Mégane 4 RS, qui va ainsi se retrouver autant taxée qu’une Aston Martin ou une Ferrari…

Renault a déjà pris les devants en supprimant de sa gamme certains modèles, comme les véhicules GT, et en menaçant grandement l’avenir de véhicules dits « image » tels qu’une Mégane RS ou une Clio RS. Au mieux, la gamme sera maintenue, mais avec un système hybride provoquant encore une forte inflation des tarifs.

Quelle date de mise en application ?

Bien que toute nouvelle, en réalité, elle est déjà en application depuis près d’un an pour les nouveaux modèles, tandis que dès septembre 2018, tous les véhicules neufs  vendus en concession devront passer la nouvelle procédure et être homologués comme tels.

Cependant, jusqu’à la fin de l’année, les constructeurs vont continuer de communiquer les résultats avec l’ancienne norme NEDC afin de proposer une comparaison facile entre les anciens et les nouveaux modèles.

Cela implique donc que les nouveaux véhicules n’ayant jamais passés les tests NEDC subiront une conversion WLTP -> NEDC via un simple calcul mathématique.

En revanche, dès janvier 2019, les valeurs de consommation seront obligatoirement de vraies données issues des tests WLTP.

La peur des constructeurs sur les ventes

Bien qu’elles soient en hausse depuis la début de l’année en France et en Europe, les constructeurs craignent l’entrée en vigueur de cette nouvelle norme sur les ventes, du fait, en France, du bonus/malus.

Depuis le début de l’année, ils essaient ainsi de prendre un maximum de commandes via des offres spéciales et proposent de fortes remises pour tenter d’endiguer une probable forte baisse dès la rentrée de septembre.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.