Accueil >  Thématiques  >  Securité routière - Vie auto  > 

Optimiser l’autonomie de sa voiture électrique

Le véhicule électrique est connu pour pouvoir parcourir une faible distance, ce qui attise les craintes et fait réfléchir les automobilistes quant à l’achat de ces modèles. Néanmoins, il est possible d’optimiser son autonomie avec des gestes simples.
Optimiser l’autonomie de sa voiture électrique
Par le 18/05/2021

Après la recharge, l’autonomie est le point déterminant du véhicule électrique et celui qui provoque encore des incertitudes auprès des automobilistes. Même si la voiture électrique s’améliore de plus en plus, il reste encore difficile d’atteindre les 500 km d’autonomie. Partir en vacances avec son véhicule électrique n’est donc pas encore d’actualité. C’est pourquoi il est primordial de choisir son modèle électrique en fonction de ses besoins et il existe aussi quelques astuces pour optimiser au maximum son autonomie. Avant toute chose, il vous faut connaitre la réelle autonomie de votre véhicule, car les annonces constructeurs sont toujours très différentes de la réalité. On vous explique tout.

Une autonomie annoncée différente de la réalité

L'autonomie annoncée n'est jamais vraiment l'autonomie réelle du véhicule

Possesseur de voiture électrique, vous l’aurez sans doute compris, l’autonomie annoncée par le constructeur est loin d’être celle de la réalité. En effet, beaucoup de facteurs jouent sur cette dernière, que ce soit au niveau de la conduite, de la chaussée, de la climatisation, du chauffage ou encore des conditions climatiques. Il est donc nécessaire de se familiariser avec son véhicule et de connaitre sa réelle autonomie suivant les trajets que vous parcourez au quotidien.

En réalité, et dans les meilleures conditions possibles, cette autonomie représente au mieux jusqu’à 80 % de l’annonce faite par le constructeur. Dans le cas inverse, si la conduite est nerveuse notamment, celle-ci peut représenter que seulement 50 %. Si aujourd’hui la norme WLTP se rapproche un peu plus de l’ancienne, la NEDC, elle reste encore assez éloignée de la réalité.

Pour éviter de se faire piéger lors des premiers trajets et tomber en panne de batterie en pleine nature, il est important de connaitre quelques petites astuces vous permettant d’optimiser votre autonomie et vous rapprocher le plus possible de celle annoncée par votre constructeur.

Les bons gestes à adopter

Adopter une conduite souple et anticiper les freinages sont la clés de la réussite

Eh oui, rouler en électrique demande un style totalement différent qu’avec un véhicule thermique. Il faut adopter une conduite plus souple et moins agressive. Pensez également à actionner le bouton ECO afin de réduire votre consommation d’électricité.

Ensuite, vérifiez bien la pression de vos pneus. Des pneus bien gonflés vous feront réaliser des économies au niveau de la batterie, mais cela vaut également pour votre véhicule thermique. Même si cela ne devrait pas être évoqué, évitez au maximum les trajets avec des dénivelés ou encore l’autoroute. Dans le dernier cas, régulez votre vitesse aux alentours des 100-110 km/h, ce qui vous permettra d’optimiser fortement votre autonomie.

Tout comme pour les modèles thermiques, adoptez une conduite souple et anticipez vos freinages. Cela vous évitera de fortes accélérations qui feront énormément baisser l’autonomie. Utilisez le frein moteur qui permet de régénérer la batterie. Enfin, et encore une fois cela confirme bien que le véhicule électrique a encore du chemin à parcourir, évitez la climatisation et le chauffage. Cela épuise la batterie et joue sur son autonomie.

Prévoir ses trajets

Rouler en électrique, c’est aussi prévoir à l’avance ses trajets afin de trouver des points de recharge. Il faut donc planifier un parcours afin de ne pas tomber à court de batterie. Même si le nombre de bornes de recharge reste faible sur le territoire, les bornes rapides vous permettent de récupérer jusqu’à 80 % de batterie en moins d’une heure. Attention toutefois car comme pour tout autre appareil électronique, une utilisation fréquente des charges rapides peut nuire à la durée de vie de la batterie.

Enfin, pour sa Zoé notamment, Renault donnent plusieurs recommandations pour préserver la durée de vie de ses batteries. Il est ainsi déconseillé de recharger et stationner sa voiture lorsque la température extérieure est très élevée. Idem dans le cas inverse, si la température est très faible.

Vous l’aurez compris, se déplacer en électrique demande quelques concessions qui bloquent encore certains automobilistes à franchir ce cap. Il faudra pourtant s’y faire car l’avenir de l’automobile semble se diriger vers cette transition.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Version Desktop - 1678-1698-10715-planeterenault-amp0-device-388094915