Accueil >  Gamme  >  Demain (confirmé)  > 

Mégane 4 RS Trophy (2019)

Comme ses dignes ainées, la Mégane 4 RS est désormais proposée en version Trophy, une version plus poussée et plus puissante, au service de la performance, notamment sur circuit...
Mégane 4 RS Trophy (2019)
Par Loic FERRIERE le 19/07/2018

Hormis le moteur, le châssis (CUP) est sensiblement identique à la Mégane 4 RS. Il dispose donc toujours des 4 roues directrices, tout comme des butées hydrauliques -une sorte de suspension dans la suspension, afin de réduire les effets de rebond- et du différentiel mécanique à glissement limité (de marque Torsen). Enfin, les disques de freins avant sont également en bi-matière (alu/fonte)  plus légers de 1.8 kg par roue, permettant en outre de disposer d’une meilleure endurance grâce à un refroidissement accru.

Contrairement à la Mégane 3 RS Trophy 275, cette version ne dispose pas (encore ?) d’une ligne d’échappement en titane Akrapovi?, ni d’amortisseurs Öhlins en option. Renault se réserve peut-être le droit d’une version encore plus poussée un peu plus tard dans sa carrière.

300ch pour le 1.8 turbo

La vraie nouveauté de cette version Trophy, c’est bien la nouvelle version du 1.8 turbo, puisque ce dernier passe à 300ch. et 420 Nm de couple en boite EDC (et limité à 400 Nm en boite manuelle) contre 280ch et 400 Nm jusqu’alors.
Cela lui permet notamment d’être en phase avec ses concurrentes, puisque sur le papier, la Leon Cupra ou encore la Civic Type R lui étaient supérieures.

Le bloc qui équipe également l’Alpine A110, a donc été légèrement revu avec un nouveau turbo dont la turbine, qui tourne à presque 200 000 tr/min, est désormais montée sur un système de roulement à billes en céramique (plus léger et plus solide que l’acier), dans le but de réduire les frottements, et ainsi, d’améliorer encore le temps d’inertie. Cette solution technique, permet notamment d’endiguer la contre-pression générée le filtre à particule placée dans la ligne d’échappement.

Megane 4 RS Trophy 300ch

Cette dernière dispose d’ailleurs d’un dispositif de clapet sur la partie du silencieux, afin d’agir… sur le bruit, gage d’un esprit sportif renforcé. Ce clapet est géré de façon automatique par le multi-sense, qui selon le mode de conduite sélectionné ouvre le clapet et procure une sonorité améliorée.

Dans les faits, sans surprise, les chiffres de performance ne s’améliorent que très légèrement puisque le 0 à 100 km/h est réalisé en 5,7 secondes, tandis que la vitesse maximale annoncée est de 260 km/h.

Pas d’évolution sur le plan du style

Extérieurement, cette Trophy se distingue par des jantes 19’’exclusives, dont une version allégée sera disponible en 2019, et d’un stripping particulier sur la lame F1 à l’avant.
A l’intérieur, de nouveaux sièges Recaro en alcantara permettant une assise plus basse de 2cm sont également proposés.

Comme pour les versions « normales », outre le Multi-sense, le RS Vision, ainsi que le système télémétrie RS Monitor sont toujours là.

Bien qu’ils ne soient pas annoncés, les tarifs seront forcément supérieurs à la version non Trophy Il vont donc dépasser les 40 000 € auxquels il faudra ajouter le malus écologique… Car avec un poids en légère hausse (1419 kg ) , elle est soumise à un malus totalement déconcertant de près de 9 973 €, soit autant qu’une Ferrari (à 500 € près), bien qu’elle ne rejette « que » 183 gr de CO2 pour une consommation sur cycle NEDC de 8,1 l / 100 km.

Cette Trophy est donc encore loin d’être la version ultime, chose normale à ce stade de sa carrière.

Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.