Accueil >  NEWS  >  NEWS  > 

Les concurrentes de la future Zoé s’activent

La nouvelle Zoé est encore en préparation chez Renault, mais en attendant, la concurrence s’affirme. D’ici 2020, Renault va ainsi voir débarquer de nombreuses concurrentes avec de sérieux arguments.
Les concurrentes de la future Zoé s’activent
Par le 05/06/2019 Dernière mise à jour le 10/06/2019

L’annonce de la nouvelle Zoé par Renault ne devrait plus tarder puisque sa commercialisation est prévue en cette fin d’année. Même si les informations arrivent au compte-goutte, on sait néanmoins que l’évolution sur le plan du style devrait vraiment se faire douceur.

La Peugeot e-208 à partir de 32 100 euros

La première concurrente de la Zoé sera bien sur la version électrique de la citadine française. Baptisée e-208, la sochalienne s’avère sur le papier plutôt intéressante, même si on ne peut pas dire qu’elle apporte réellement quelque chose de nouveau sur ce segment.

Elle se différencie cependant de l’actuelle Zoé par son approche plus sportive que ce soit dans sa présentation (ce n’est pas un hasard si pour le moment, seule la version GT-Line a été présenté) mais aussi sa fiche technique puisque sa motorisation développe une puissance de 136 ch. (contre maximum 110 ch. maximum pour la Zoé), et un couple généreux de 260 Nm. Comme sur la Zoé, les batteries sont disposées sous les sièges avant et arrière. Avec une capacité légèrement 25% plus importante (50 kW contre 40 kW pour la Renault), l’autonomie apparait toutefois un poil limité de 340 km en cycle WLTP (contre 300 sur la Zoé).

Peugeot e-208 GT-Line

Enfin, concernant les tarifs, ils ne sont pas spécialement donnés puisque la e-208 démarre à partir de 32 100 euros en finition Active. La version GT-Line, celle présentée lors du précédent salon est affichée 35 600 euros, tandis que la finition la plus haute GT est à 37 150 euros.

Trois, et même 4 concurrentes à la Zoé chez le groupe Volkswagen

Après le scandale du Dieselgate qui l’a touché, Volkswagen met les bouchées doubles pour se racheter une conduite. Ainsi, de nombreuses concurrentes vont provenir du groupe allemand dans les prochains mois.

En premier lieu, Skoda a déjà annoncé une importante offensive sur le marché de l’électrique. La première sera la petite citadine Citigo d’ici la fin de l’année. Motorisée par un bloc de 83ch. et alimenté par des batteries de 36,8 kW, la citadine aurait une autonomie d’environ 260 km. Mais surtout, Skoda devrait la proposer à un prix défiant toute concurrence actuellement, entre 20 000 €  et 26 000 € hors bonus.

Groupe oblige, Seat va rapidement suivre avec la Mii électrique qui vient tout juste d’être dévoilée à Oslo. La citadine espagnole disposera de la même fiche technique, pour un prix similaire.

Seat Mii

Et bien sur, Volkswagen ne sera pas en reste avec la e-up qui sera forcément un peu plus chère, « prestige » oblige.

Autre modèle à venir concurrencer la Zoé chez Volkswagen, la future ID.3 qui devrait être affichée à partir de 29 990 € en version 48 kWh, soit 330 km d’autonomie. Mais pour cela, il faudra encore attendre un peu.

L’Opel Corsa-e, la plus française des allemandes

Une autre allemande viendra concurrencer frontalement la nouvelle Zoé en la personne de la Corsa-e. La marque allemande, propriété de Peugeot, va elle aussi proposer sa citadine en version électrique dès le début 2020.

Reprenant tous les éléments de la Peugeot e-208, cette Corsa disposera donc de la même fiche technique, jusqu’à des dimensions quasiment identiques.

Opel eCorsa

Au contraire de la Peugeot, les tarifs sont déjà connus. Elle s’affiche à partir de 29 900 € en finition Selection jusqu’à 32 900 € en First Edition. Sa commercialisation est prévue pour le début 2020.

Une Smart ForFour EQ sans argument…

Jusqu’à présent, la Smart ForFour était clairement la citadine électrique la moins chère du marché. Fabriquée par Renault en Slovénie sur les chaines de la Twingo, le ForFour dispose d’une petite batterie de 17,6 kW n’autorisant qu’une autonomie d’à peine plus de 100 km, soit moins que les premières Zoé. Bien que très limitée, celle-ci peut s’avérer suffisante selon l’usage que l’on en a.

Elle avait cependant pour elle son prix de près de 24 000 € hors bonus, en faisant ainsi l’électrique la moins chère du marché. Mais l’arrivée de la triplette de chez Volkswagen va rendre l’offre de Daimler complètement caduque.


Commentaire(s)


Laissez votre commentaire

En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées. Elle ne sera pas communiquée ni revendue.

Cache non actif