Accueil / Le monde auto

[Info] Revue de presse

12>
rpm91
Modérateur PR
Message Jeu 10 Sep, 2009 11
Citation:
Saab : le chinois SAIC pourrait entrer dans le capital
Shanghai Automotive Industry Corporation (SAIC) pourrait se joindre à Koenigsegg pour le rachat de la filiale suédoise de GM, en cours de finalisation. Le montant de sa participation n’est pas encore défini, mais le quotidien suédois Dagens Industri rapportait hier que SAIC avait versé 290 millions d’euros pour compléter l’offre de Koenigsegg. (Les Échos)

Volvo : Geely en tête de liste
Le constructeur chinois Geely a déclaré être dans la course pour le rachat de Volvo, mis en vente par Ford. Il aurait présenté une offre au mois d’août, et serait en pourparlers avec des banques et des entités gouvernementales au sujet du financement. Selon les sources, la transaction pourrait se chiffrer à près de 2 milliards d’euros. Geely serait intéressé par la notoriété, par le réseau de distribution, mais aussi par la technologie du suédois. Il serait désormais le seul candidat fermement déclaré à sa reprise. (Financial Times)


Les chinois vont tous nous bouffer? :-? :peur2:

Citation:
Tata Motors envisage de construire des véhicules électriques en Europe
Le numéro un indien pourrait implanter une usine de voitures électriques en Espagne, en Grande-Bretagne ou en Norvège, selon un de ses directeurs techniques cité par The Wall Street Journal. (Les Échos)

Après les japonais, les indiens délocalisent en Europe! Qu'en pense M. Calvet? :pense:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
Zzeria
Membre d'honneur
Message Jeu 10 Sep, 2009 11
Très mauvaises nouvelles tout cela si ça se fait vraiment au final... pas en termes d'emploi, mais de qualité et d'image pour les marques concernées.
_________________
Stéphane
rpm91
Modérateur PR
Message Jeu 10 Sep, 2009 13
Je pense pas que l'image de Range ou Jaguar ou Lotus ait pâti du rachat par des indiens ou des malais...... :idea:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Mar 29 Sep, 2009 10
Citation:
Opel : les usines les plus menacées sont aussi les plus productives
Selon des données internes obtenues par le Financial Times, les usines Opel de Belgique et du Royaume-Uni mettent moins de temps à produire des voitures que deux des trois usines allemandes. L’usine allemande de Rüsselheim mettrait, pour assembler un véhicule, 10 heures de plus que celle d’Ellesmere Port (UK), et 15 de plus que celle de Zaragoza (Espagne). L’usine d’Anvers, fortement menacée de fermeture, est la sixième la plus productive en Europe pour Opel. Ces données donnent des arguments à ceux qui demandent à Bruxelles d’intervenir contre le « favoritisme » du plan de restructuration de Magna au bénéfice des sites allemands. (Financial Times)


Ca me rappelle Vilvoorde....... :evil: :nonnon:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
Opel va fermer des usines et tout le monde espère que ce sera le voisin. Normal.
C'est pas si simple de mesurer la performance d'une usine.
rpm91
Modérateur PR
Message Mar 29 Sep, 2009 10
Zoom-Zoom a écrit:
Opel va fermer des usines et tout le monde espère que ce sera le voisin. Normal.
C'est pas si simple de mesurer la performance d'une usine.

Le problème des Belges, c'est qu'ils ont beaucoup de voisins, mais pas de constructeur national..... :-?

Mais c'est clair que les indicateurs de performance ne sont jamais complètement objectifs...... :irony:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Lun 16 Nov, 2009 18
Idée pas idiote, si elle se substitue effectivement aux autres taxes: moins je roule, moins je paye......


Aux Pays-Bas, Big Brother utilise le GPS pour réduire CO2 et embouteillages
LE MONDE | 16.11.09 | 15h33 • Mis à jour le 16.11.09 | 17h02

Big Brother est néerlandais et travaille pour la bonne cause, celle de l'environnement : le système qu'il vient de mettre au point permettra, espère le gouvernement de La Haye, de diminuer dès 2012 les émissions de CO2 et de particules toxiques tout en réduisant les embouteillages, légendaires sur les autoroutes des Pays-Bas.

La formule miracle est appelée kilometerheffing ("taxation au kilomètre") des automobilistes. Elle a été dévoilée, vendredi 13 novembre, par le ministre des transports, Camiel Eurlings, figure montante du parti l'Appel chrétien-démocrate (CDA). Ce jeune responsable, qui offre son visage avenant au grand inquisiteur, a mis tout le monde d'accord, y compris lui-même puisque avant de devenir ministre, en 2007, il avait ferraillé contre les projets du Parti du travail visant à taxer les usagers en fonction de leur kilométrage.

SOUTIEN DES USAGERS

Il devrait en coûter, au début, à chaque automobiliste 3 euros par 100 kilomètres parcourus. Et 6,7 euros à partir de 2018. Le tarif devrait être modulé en fonction des routes empruntées et des différents moments de la journée - heures de pointe ou non. La taxation tiendra aussi compte du type de véhicule, avec un bonus pour les plus "propres". Les voitures seront toutes équipées d'un boîtier de type GPS, acquis grâce à une prime gouvernementale. Connecté à un satellite, le boîtier renverra ses informations (localisation, distance parcourue) à un centre de calcul, via des portiques de détection.

"Moins de files sur les routes et un meilleur environnement ! Cela semble impossible, mais c'est vraiment vrai", a expliqué M. Eurlings. Le ministre a annoncé que le nouveau mode de taxation se substituerait à tous les autres impôts frappant l'automobiliste néerlandais. C'est ce qui lui a permis de recueillir le soutien des groupements d'usagers. Selon le ministère des transports, 60 % des conducteurs devraient voir leur facture globale allégée grâce au nouvel outil. Les autres se consoleront en roulant sur des voies moins encombrées : "Les files seront réduites de moitié à l'horizon 2020", promettent les auteurs du projet.

Celui-ci devrait aussi, selon les calculs, faire baisser de 15 % le chiffre des kilomètres parcourus dans le royaume, chuter de 7 % le nombre de morts sur les routes et diminuer de 10 % les émissions de CO2 et de particules fines. Face à de telles promesses, seuls les populistes et les ultralibéraux osent se montrer critiques. Quant au parti écologiste, il se contente de demander que le projet entre plus vite en vigueur et aille plus loin.

A ce stade, quelques juristes seulement émettent des inquiétudes quant à l'utilisation des données collectées par les boîtiers embarqués à bord des voitures. "La facture détaillera les kilomètres parcourus et leur coût, pas les endroits où vous êtes allés", promet un porte-parole.

Le plan néerlandais est, à ce jour, le plus ambitieux au monde. Seul Singapour, jusqu'ici, a instauré la taxation au kilomètre. La Grande-Bretagne y a renoncé, se contentant d'un péage urbain à Londres. L'Allemagne, imitée par l'Autriche, taxe les poids lourds grâce à un système GPS. La mise au point de ce dernier s'est avérée très complexe, ce qui jette un doute sur les délais envisagés par les autorités néerlandaises.
Jean-Pierre Stroobants
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Mer 25 Nov, 2009 17
Le Monde a écrit:
Cartes grises : ça patine dans toute la France
Retards, files d’attente, dossiers qui s’empilent. Le nouveau système d’immatriculation (SIV) a raté son démarrage ! La cause ? Un décalage informatique entre le SIV et le FNI (Fichier national des immatriculations). Ce dernier étant obsolète, il a du mal à être lu par le nouveau système. Qui plus est, le SIV intègre plus de données que par le passé. (AFP)

Conséquences : gros bugs informatiques à Lille (La Voix du Nord) et à Arras (La Voix du Nord ); situation problématique dans les Bouches-du-Rhône (La Provence) ; le service des cartes grises de la Manche fermé 5 jours (Ouest-France) ; 3.000 dossiers en attente à Nantes (Ouest-France) ; c’est interminable à Rennes (Maville) ; le service des carte grise complètement saturé dans le Rhône (RadioScoop) ; ça bouchonne dans la Haute-Garonne (La Dépêche) ; c’est l’asphyxie à la préfecture de Strasbourg (Les Dernières Nouvelles d’Alsace) ; ça dysfonctionne durement en Ariège (La Gazette ariègeoise) ; en Gironde, la préfecture est paralysée (France 3) ; queues interminables aux guichets en Saône-et-Loire (Infos-Châlon).

Selon le ministère, les plus forts retards étaient enregistrés lundi en Ile-de-France, dans le Nord, la Gironde, le Rhône et les Bouches-du-Rhône.

Attention pour vos achats en cours!
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
JefD
Membre d'honneur
Message Mer 25 Nov, 2009 17
Je sais :-/
Je l'ai enfin reçue samedi dernier... avec presque 3 semaines de retard :-/
rpm91
Modérateur PR
Message Lun 12 Juil, 2010 15
Citation:
Fiat relocalise la production de la Panda à Naples

Vendredi 9 juillet, 19h37
Reuters Nigel Tutt


Fiat a annoncé vendredi qu'il investirait 700 millions d'euros pour produire la Panda dans son usine de Pomigliano près de Naples après un accord historique avec les syndicats.

La décision de relocaliser en Italie la production de la petite voiture la plus vendue en Europe, construite jusqu'ici en Pologne, a pu un moment apparaître compromise parce que 62% seulement des ouvriers de l'usine de Naples avaient voté en faveur du plan de Fiat, lequel comprend aussi une modification importante des conditions de travail.

L'accord donne à Fiat plus de souplesse concernant les vacations, limite les grèves et le nombre d'arrêts-maladie.

Il s'inscrit dans un programme d'investissement de Fiat de huit milliards d'euros qui va jusqu'en 2011 qui vise à rendre le groupe plus efficace et plus compétitif dans un marché qui a connu une grave crise.

Fiat a finalement décidé de poursuivre son projet après avoir rencontré les quatre syndicats qui soutiennent le projet, FIM, UILM, Fismic et UGL.

Fiom, seul syndicat opposé à l'accord, estime qu'il va aider le gouvernement à démanteler le droit du travail.

Le coordinateur national du syndicat, Enzo Masini, a déclaré que le syndicat envisagerait une action en justice en cas d'atteinte aux droits des salariés.

Le secrétaire général de l'UILM Rocco Palombella a déclaré à Reuters : "Nous espérons que les salariés qui ont voté contre le plan réaliseront que l'investissement est important et qu'il est dans leur propre intérêt."

L'administrateur délégué de Fiat Sergio Marchionne a écrit une lettre de quatre pages pour convaincre les salariés.

"Ce que nous sommes en train de faire (...) est d'utiliser tous les moyens possibles pour sauvegarder le travail, ce même travail sur lequel la République italienne est fondée", déclare le patron du groupe.

Il ajoute que l'ensemble de sa stratégie pour l'Italie dépend de l'accord à Pomigliano.

Le gouvernement de Silvio Berlusconi a salué l'annonce de Fiat.

L'usine de Naples, qui emploie 5.000 personnes, affiche la productivité la plus faible des cinq usines italiennes de Fiat. Elle est inférieure à celle du site polonais, qui, avec un peu plus de 6.000 ouvriers, produit 600.000 voitures par an.

Marie Testard et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Nicolas Delame

http://fr.news.yahoo.com/4/20100709/tbs-fiat-naples-7318940.html

1er pas: on délocalise
2è pas: on revient au pays sous condition de casser le droit du travail...... :-? :evil:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Ven 29 Oct, 2010 13
Les voitures chinoises peinent à exister chez elles
Le Monde - Economie, vendredi, 29 octobre 2010, p. 13

Citation:
Après s'être fixé des objectifs gargantuesques, le constructeur automobile chinois BYD patine. Son fondateur, Wang Chuanfu, l'homme le plus riche de Chine en 2009, avait promis de faire de sa marque la première du pays en 2015, puis, dix ans plus tard, la première de la planète. Au lieu de cela, une autre réalité s'impose : des ventes en chute de 19 % au mois d'août, de 25 % en septembre et des profits 99 % plus faibles au troisième trimestre que l'année précédente. En deux jours, le cours de BYD - pour " Build Your Dreams " (" Construisez vos rêves ") - a dégringolé de 20 % à la Bourse de Hongkong.

La baisse des ventes n'a pourtant pas empêché le financier américain Warren Buffett, détenteur de 9,89 % du groupe, de réitérer sa confiance au constructeur, qualifié lors d'une récente visite à Shenzhen de " jeune et énergique ".

BYD a pêché par excès d'ambition. Un trait de caractère pourtant nécessaire pour survivre sur le plus gros marché automobile mondial, où la concurrence est devenue très rude. Quelque 17 millions d'unités devraient être vendues cette année en Chine et 200 millions de véhicules sont attendus sur les routes du pays en 2020.

" Ils vont trop vite, la cible était trop haute. BYD voulait plus que doubler ses ventes en une seule année ", juge John Zheng, directeur des prévisions Asie du cabinet de consultants en automobile JD Power. La multiplication des concessionnaires BYD les contraint à s'auto-concurrencer et à réduire leurs marges à la limite de la viabilité. Certains ont quitté le réseau ces dernières semaines.

Face aux étrangers tels que Volkswagen, General Motors (GM) et Toyota, qui dominent largement, les marques chinoises jouent des coudes. Elles rêvent surtout de saut qualitatif, car les Chinois, une fois qu'ils peuvent se le permettre, s'offrent systématiquement des berlines allemandes, japonaises ou américaines. Le gouvernement a lancé en 2009 une politique contraignant à acheter au moins 50 % de véhicules de fonction de marques chinoises pour les officiels, plutôt portés sur les Audi noires.

La compétition est d'autant plus grande que Pékin a publié en mars 2009 un plan de restructuration de l'industrie automobile pour faire émerger des champions nationaux compétitifs et réduire le nombre de marques disponibles - plus d'une centaine à l'heure actuelle. Le gouvernement voudrait que les constructeurs locaux se hissent à 40 % des ventes nationales à la fin 2011, contre 29 % aujourd'hui, et prévoit, par le biais d'acquisitions, de ne conserver que dix des quatorze acteurs qui, seuls ou à l'aide de leurs coentreprises avec des étrangers, réalisent 90 % des ventes de voitures.

La volonté du gouvernement central se confronte à celle des responsables politiques locaux qui maintiennent à flot leurs constructeurs. " Ils s'opposent à ce que les capitaux et emplois partent dans d'autres provinces. Donc même si le gouvernement central l'a dit, ce n'est pas nécessairement la tendance ", explique Xiang Ming, analyste de Timer auto consulting.

Parmi ces dix, le gouvernement central verrait bien deux ou trois " géants ", d'une production supérieure à 2 millions de véhicules par an, et quatre ou cinq autres, fabriquant plus de 1 million d'unités. Les plus grands constructeurs chinois, tels que SAIC, qui travaille avec GM et Volkswagen, First Automotive Works, partenaire de Toyota, ou Dongfeng - qui se sont développés en s'appuyant technologiquement sur les coentreprises imposées aux étrangers souhaitant entrer sur ce marché prometteur puis en développant leurs propres marques - devraient trouver leur place dans ce décompte, de même que Chery, qui commercialise la fameuse QQ, petite urbaine populaire.

Pour les indépendants tels que BYD, les jeux ne sont pas faits. " Il reste deux jokers parmi les dix, ce qui explique certaines des stratégies que nous observons en ce moment, note André Loesekrug-Pietri, directeur du fonds d'investissement A Capital. BYD se positionne sur l'électrique, Geely rachète Volvo. Ils veulent se montrer un peu différents pour mériter d'être dans la liste. "

Cela pourrait expliquer le programme initial de 800 000 unités écoulées cette année, proche du million évoqué par le gouvernement, que s'était fixé Wang Chuanfu. Objectif qu'il a fallu réduire à 600 000 en août et qui sera malgré tout difficile à atteindre, BYD n'ayant vendu que 386 000 unités au cours des neuf premiers mois de l'année.

Harold Thibault
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Lun 28 Nov, 2011 15
Citation:
26/11 | 18:55 | Denis Fainsilber | 2commentaires
Daimler tire un trait sur sa marque de prestige Maybach
Daimler-Benz profitera du lancement de la prochaine Mercedes Classe S, en 2013, pour faire un sort à Maybach. Il avait ressuscité cette gamme de limousines très haut de gamme en 2002. Sans succès.


Après dix ans de vaine réanimation, Maybach va rejoindre le cimetière des marques automobiles de luxe d'avant-guerre disparues corps et biens, comme Hispano-Suiza, Delahaye, Tatra ou Hotchkiss. Le groupe Daimler, maison-mère de Mercedes-Benz, a annoncé qu'il allait mettre fin à la production de ses modèles Maybach à partir de 2013, faute de résultats commerciaux satisfaisants.

Ces dernières années, le groupe de Stuttgart (sur lequel Renault compte désormais pour relancer son haut de gamme), a vendu entre 150 et 200 unités par an de sa très grande limousine de prestige à moteur V12, alors qu'il tablait, lors de sa résurrection en 2002, sur un volume d'environ 1.500 unités annuelles. Une cuisante humiliation face à ses deux compatriotes BMW et Volkswagen, qui semblent moins mécontents des parcours de leurs marques de prestige respectives, Rolls-Royce et Bentley. Deux labels « made in England » qui, eux aussi, reviennent pourtant de loin.

Daimler reste muet sur le coût financier de cette aventure. Construites dans l'usine allemande de Sendelfingen, à côté de la limousine Mercedes Classe S dont elles partagent de nombreux éléments, les Maybach étaient proposées en deux longueurs : 5,73 mètres pour le modèle 57, et 6,17 mètres pour le 62, le poids oscillant entre 2,7 et 2,8 tonnes. Mis à part quelques clients de la Riviera ou du Golfe Persique, leur ligne somme toute assez banale, rappelant une ancienne Rover 75 démesurément étirée, ont sans doute peu fasciné les amoureux du très grand luxe automobile, près à dépenser 340.000 euros et plus pour un véhicule de rêve. La présence récente de la marque dans les salons auto chinois n'y aura rien changé.
Des liens anciens

Le grand constructeur allemand, déjà bien installé sur le haut de gamme, a-t-il vu trop grand en exhumant une marque jadis prestigieuse, mais oubliée depuis longtemps ? Les liens entre Daimler et Maybach remontent aux origines même de l'automobile. L'inventeur Wilhelm Maybach avait en effet travaillé avec Gottlieb Daimler pour mettre au point un moteur de moto, de bateau et surtout une voiture illustre, en 1889, considérée comme la première de l'Histoire. Après une brouille avec Daimler en 1907, il part produire avec son fils un moteur de 22 litres de cylindrée et 210 chevaux... pour les dirigeables du comte von Zeppelin. Puis vient la reconversion à l'automobile, après le traité de Versailles puis la mort du fondateur en 1929. L'atelier Maybach Motorenbau assemblera à Friedrichshafen, le long du lac de Constance, une série de modèles de grand luxe, certains à moteur V12 sous le label « Zeppelin ».

Nouveau rebondissement avec la Seconde guerre mondiale, qui sera consacrée à la production des moteurs de chars de la Wehrmacht, notamment les Panzer et Tigre. Au lendemain du conflit, la production automobile n'a pas repris à Friedrichshafen, et la marque de prestige, passée dans l'escarcelle de Daimler-Benz, est restée en sommeil pendant près de soixante ans. Elle va bientôt y replonger.


http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transpor..e-maybach-254525.php

Comme quoi, créer une marque de Luxe à partir de rien (ou d'un vieux souvenir), ce n'est une garantie de réussite pour personne.....
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
Dernière édition par rpm91 le Lun 28 Nov, 2011 15; édité 1 fois
rpm91
Modérateur PR
Message Mer 01 Fev, 2012 17
Citation:
Inauguration de l’usine Great Wall bulgare le 21 fevrier

Le constructeur chinois Great Wall va inaugurer sa première usine en Bulgarie (et en Europe) le 21 Février 2012.

La toute nouvelle usine automobile est un projet conjoint avec la société bulgare Litex Motors qui vise à vendre 2.000 véhicules en 2012.

Le 14 Novembre 2011, Litex Motors et Great Wall ont dévoilé leur premier véhicule assemblé dans l’usine près de la ville de Lovech (au nord de la Bulgarie).

Après l’ouverture officielle de l’usine, Litex Motors et Great Wall vont commencer la production destinée aux marchés d’exportation.

Great Wall a déjà lancé sa campagne de publicité officielle en Bulgarie pour les trois modèles qui seront assembés dans le pays membre de l’UE: le Hover H5 SUV, le Steed 5 pick-up et la citadine Voleex C10.

Selon le PDG de Renault-Nissan Bulgarie, Bernard Neuviale, Great Wall ne menacera pas directement les ventes de Renault-Dacia dans la région. « Great Wall devra d’abord prouver beaucoup de choses, en premier lieu qu’il peut produire en Europe une voiture de bonne qualité et nous verrons pour la suite. Leurs prix ne sont pas si bons » a-t-il déclaré.

Le prix de la Voleex C10 sera à partir de 16.000 BGN (environ 8.000 €), le Steed 5 pick-up et le Hover H5 SUV à partir de 24.500 BGN (12.250 €) et 28.700 BGN (14.350 €) respectivement.


http://www.decouvrirlabulgarie.fr/tag/usine-automobile-bulgare/

Ce qui rassure, c'est que même avec des des usines en Europe, ni les japonais, ni les coréens ne nous ont bouffé. :eek2:
Mais ils ne sont pas 1,5 milliards..... :-?
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Sam 07 Dec, 2013 17
Citation:
General Motors va retirer sa marque Chevrolet d'Europe

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) a annoncé jeudi sa décision de retirer sa marque Chevrolet des marchés d'Europe de l'Ouest et de l'Est à compter de 2016, arguant notamment de conditions de marché difficiles dans cette région.
Le groupe, qui a des difficultés de longue date à dégager des bénéfices sur le marché européen, va dorénavant se concentrer sur ses marques Opel et Vauxhall.

Cette décision va peser dans ses comptes : elle va entraîner des charges de 700 millions à 1 milliard de dollars au dernier trimestre 2013 et au cours du premier semestre 2014, a précisé GM dans un communiqué.

Lors d'une conférence téléphonique, Stephen J. Girsky, vice-président de General Motors, a précisé que la décision d'abandonner la marque Chevrolet n'était pas liée au partenariat du groupe avec PSA Peugeot Citroën. « Cela a été fait indépendamment de la relation avec PSA. Au bout du compte, nous renonçons à une part de marché de 1 % en Europe. Les résultats financiers [de Chevrolet] ont été inacceptables », a-t-il déclaré. Stephen J. Girsky a expliqué que Cadillac devrait également se développer dans la région.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/05/general..pe_3525711_3234.html

La Corvette va-t-elle faire exception? :pense:
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
Oui, la Corvette continuera à être commercialisée en Europe. C'est un modèle qui a suffisamment d'image pour se suffire à lui même, surtout que le groupe à un petit réseau de concessionnaires Cadillac (21 véhicules immatriculés en 2012 en France :euh: :euh: )

Edit : la Camaro devrait aussi continuer à être commercialisée.
_________________
Le gras, c'est la vie
Dernière édition par larry.kubiak le Dim 08 Dec, 2013 17; édité 1 fois
:pense: ils vont rebadger Daewo pour les Spark et autres très petites ?
_________________
R9 GTL puis rover 416 GSI(période Honda) puis R11 GTX (92cv) puis R19 RTdT Alizé puis Mégane 1 Coupé 2.0 maintenant clio 4 RS
rpm91
Modérateur PR
Message Lun 09 Dec, 2013 20
Ben si ils avaient rebadgé les Daewoo pour les appeler Chevrolet, c'est qu'ils devaient déjà perdre du fric, donc .....
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2
rpm91
Modérateur PR
Message Mar 22 Avr, 2014 11
Curiosité du jour

Citation:
Le véhicule d'occasion, nouvel eldorado chinois

Le Monde.fr | 21.04.2014 à 10h06 • Mis à jour le 21.04.2014 à 10h10 | Par Philippe Jacqué
Au sud-ouest de Pékin, c'est un véritable village. Un village un peu particulier. Près de deux cents vendeurs se sont réunis pour écouler des voitures… d'occasion (les VO). Des petites chinoises, des grandes limousines, des taxis, des voitures de marques étrangères généralistes, des 4x4 dernier cri... Ici, on trouve de tout.

Et 200 000 voitures changent de propriétaire chaque année dans l'un des plus grand marché d'occasion de la région. Alors qu'en 2004, il ne se vendait en Chine que 2,5 millions de voiture particulières neuves, il s'en est vendu en 2013 plus de 17 millions. Au fur et à mesure que le marché du véhicule neuf prospère, un marché parallèle de l'occasion se constitue. « Le VO est au tout début de son histoire en Chine. Pour trois voitures neuves vendues, on compte une voiture d'occasion ici », calcule Matthieu Vennin, le patron de Peugeot en Chine.

EN CROISSANCE DE 9%

En Europe, un marché mature, il se vend plutôt trois VO pour deux voitures neuves. Selon l'association des concessionnaires chinois (CADA), il s'est vendu l'an dernier au total 5,2 millions de véhicules d'occasion en Chine, en croissance de 9%. Dans le lot, trois millions de berlines de deuxième main, le cœur du marché chinois, ont changé de propriétaire et seulement 175 000 SUV, ces 4x4 urbains, en hausse tout de même de 50%. Commercialisés depuis beaucoup moins longtemps, le nombre de ces véhicules très demandés reste limité…

A l'horizon 2023, quand le marché chinois sera mature, le secteur de la deuxième main devrait exploser. La CADA anticipe un marché de 36 millions de véhicules privés, soit plus que le marché du véhicule neuf. Pour les constructeurs, le VO devient donc stratégique et un relais de croissance essentiel pour leurs concessionnaires.

Longtemps, ce marché a été négligé. Et pour cause. Il a longtemps été verrouillé. La police rachetait et revendait tous les véhicules. Dans les années 2000, à mesure que le marché du neuf progressait, le secteur s'est libéralisé. Mais de manière particulière. Qui veut vendre son véhicule, le cède. En revanche, les concessionnaires qui souhaitent reprendre une voiture et la revendre le peuvent, mais doivent acquitter une taxe de 25% à l'Etat.

QUELQUES FREINS

« Comme avec toutes les règles en Chine, les concessionnaires se sont adaptés, indique un observateur. Les salariés de la concession prennent à leur nom les véhicules d'occasion et les écoulent sans passer par la case taxe… » D'autres problèmes ont freiné les constructeurs. « Certaines municipalités refusent d'homologuer des véhicules de deuxième main provenant d'autres marchés, explique Philippe Dauger, qui dirige l'activité VO pour Volkswagen en Chine. Pour écouler les reprises, il faut donc trouver les bons endroits. Nous sommes en train de mettre en place des plateformes pour orienter les véhicules vers les villes qui les acceptent. »

A côté des constructeurs, plus occupés à écouler leurs véhicules neufs, de multiples entrepreneurs se sont improvisés vendeurs de voitures. Et progressivement, le marché se structure et des groupes nationaux émergent. A Shanghai, Chen Xiao, un entrepreneur qui a fait fortune dans le matériel électrique, s'est lancé dans la deuxième main avec la société King Car. Il détient désormais une dizaine de centres – celui de Shanghai fait 26000 m2 sur six étages - à travers le pays où les clients viennent acheter le véhicule de leurs rêves à prix cassé.

Les distributeurs de véhicules neuf se diversifient aussi dans le VO. A Pékin, Lentuo, l'un des distributeurs de VW et Toyota, veut acquérir d'ici 2016 une vingtaine de concessions VO. « Des véhicules de seconde main sont beaucoup plus lucratifs », indiquait récemment à Automotive News Guo Hetong, son propriétaire. Dans cette activité, la marge s'établit à 10%, contre 5% pour le véhicule neuf, assure-t-il.

LES CONSTRUCTEURS VEULENT GARDER LA MAIN

Mais pour les constructeurs, avoir la main sur les véhicules d'occasion est très important alors que les municipalités mettent en place des quotas de nouvelles plaques d'immatriculation. « La mise en place des quotas est un mouvement qui va prendre de l'ampleur. Pour assurer l'avenir, il est vital d'attirer les détenteurs de plaques d'immatriculations. Et donc de reprendre leur véhicules anciens pour leur vendre un nouveau de notre marque », insiste Maxime Picat, le directeur général de Peugeot. « A Pékin, là où il existe depuis 2011 un quota sur les nouvelles plaques d'immatriculation le taux de reprise dans nos concessions est de 30 %, contre 10% dans le reste du pays », indique pour sa part Lahouari Bennaoum, directeur de Citroën en Chine.

De plus, ajoute Mathieu Vennin, « le VO est un véritable moteur de rentabilité pour les concessions qui affronteront à l'avenir un marché beaucoup moins dynamique et plus difficile, car nous passons d'un marché de primo-accédant à un marché de renouvellement. La reprise permet de faire connaître notre marque. » Et pour les écouler, tous les constructeurs de Volkswagen à General Motors en passant par Toyota, BMW ou PSA, proposent désormais leurs solutions, du label VO à des concessions spécialisés. Avec un avantage : la garantie constructeur sur les véhicules revendus.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/04/21/le-vehi..is_4404626_3234.html
_________________
NOUVEAU : Adhérez à l'association et bénéficiez (entre autres) du prêt d'une "valise" Can Clip prête à l'emploi + notices Renault.
Plus d'infos ici

Leaf SV 30 kWh /Outback LTD
ex-Laguna II.2


Sauter vers: