France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Loic FERRIERE le 02/05/2016
 
Renault perd t-il son pouvoir chez Nissan

Renault perd t-il son pouvoir chez Nissan

Outre le rejet du salaire du PDG de Renault, les actionnaires ont validé en assemblée générale vendredi dernier, une résolution concernant l'équilibre des pouvoirs entre Renault et Nissan.


En effet, suite à la montée de l'Etat dans le capital de Renault afin de disposer des droits de vote doubles (loi Florange) et ainsi de pouvoir peser plus lourdement sur les décisions stratégiques, une crise de confiance avait éclaté entre Renault et Nissan depuis près d'un an.


Pour en sortir, l'assemblée générale a voté la résolution n°6 limitant le pouvoir des actionnaires de Renault dans Nissan sur des sujets stratégiques comme la nomination, la révocation, et la rémunération des membres du conseil du constructeur nippon.


En outre, Renault ne peut plus soumettre ou voter en faveur d'une résolution qui n'aurait pas été approuvée au préalable par le conseil d'administration de Nissan. En gros donc, Renault doit quoiqu'il en soit suivre et valider les décisions de Nissan, alors que le constructeur français dispose de 43,4% de droits de votes dans son allié après l'avoir totalement sauvé de la faillite au début des années 2000 "Comment expliquer que Renault renonce à son droit de contrôle sur Nissan ?" se demande Pierre-Henri Leroy, le président de l’agence de conseil en vote Proxinvest.



Pourtant, jusqu'à présent, Renault n'a jamais tenté de contrer les décisions de Nissan, signe d'une réelle confiance entre les deux alliés, et une libertée totale laissée à son partenaire.


Certes, cette convention prévoit tout de même la possibilité pour Renault de contrer des décisions de Nissan. Mais dans ce cas, Nissan récupère de facto des droits de vote dans Renault, diminuant ainsi le pouvoir des autres actionnaires.


Cette convention offre ainsi à Nissan une porte de sortie potentielle, surtout le jour du départ de son PDG actuel, qui devient, à 60 ans passés, le seul garant pour le moment permettant de conserver l'équilibre de l'Alliance. C.Ghosn 1 – Etat 0.




Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |