France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Loic FERRIERE le 14/02/2013
 
Les négociations avec le personnel avancent

Les négociations avec le personnel avancent

Les négociations sur les accords de compétitivité continuent d'avancer avec les principales organisations syndicales. Mardi, la 10ème réunion a eu lieu, et quelques avancées sont à noter.


A l'occasion de cette réunion, Renault a confirmé son engagement de développer l’activité des sites industriels français et s'est engagé en cas de signature de l'accord à produire un certain volume en France. Le renouvellement du plan gamme et les projets de partenaires permettraient d’assurer un niveau de production minimum de 710 000 véhicules par an à l’horizon 2016 (contre un peu plus de 500 000 en 2012), dont 110 000 à l’usine de Flins, qui bénéficierait de la localisation de versions de Clio IV à forte valeur ajoutée (notamment Clio Initiale Paris).

La direction a par ailleurs proposé de revenir sur le projet de détachements opposables, qui consistait à pouvoir détacher un salarié sur n'importe quel site français du constructeur. Celui-ci resterait désormais basé exclusivement sur le volontariat.

Le futur Kangoo 3 resterait à Maubeuge
En plus de la production -déjà prévue- des versions haut de gamme de la Clio IV à Flins, Renault a proposé de récupérer certaines autres versions dans son usine française en lieu et place de l'usine de Bursa en Turquie. De même, le site de Cléon, pourrait récupérer une partie de la production de la boîte J aujourd’hui assurée par le site de CACIA au Portugal.

En outre, Renault a confirmé que le futur Kangoo 3 serait de nouveau produit à Maubeuge.

C.Ghosn a également indiqué mettre une partie de son salaire dans la balance. En effet, il a annoncé que le conseil d'administration avait validé "le report de 30 % de sa part variable de l'année 2012 au 31 décembre 2016" si l'accord de compétitivité avec les syndicats en cours de négociation était signé. Cela représenterait environ 400 000 euros.

Le PDG percevrait cette somme seulement si Renault respecte ses engagements dans le cadre de l'accord (pas de fermeture d'usine, volume de production, pas de plan social,...). La mesure est symbolique, mais représente déjà un premier pas en avant.



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |