France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Nicolas CHAZE le 11/06/2011
 
Point de vue de RenaultSport sur le GP du Canada

Point de vue de RenaultSport sur le GP du Canada

Regardez le GP du Canada avec le point de vue du motoriste, et les explications virage par virage de ce qui compte pour une performance moteur maximale sur le circuit.


Ricardo Penteado (LRGP) : Le tracé du GP du Canada est assez spécifique, sans virages très rapides, principalement des virages lents, en épingle. Choix de la top y est donc important, ainsi que le comportement dans les virages très lents. Les 2 zones d’activation DRS peuvent avoir un impact sur les dépassements, au niveau du T1 notamment.


Thierry Salvi (Team Lotus) : Le circuit ne nécessite pas trop de down-force, et Team Lotus dispose justement d’un package low down-force spécifique Canada. Le travail de préparation se fait sur le freinage, le circuit est exigeant à ce niveau, et la configuration de refroidissement de freins est importante.


Sur l’état du circuit, il n’est pas très propre, comme on a pu le voir lors du tour de circuit le jeudi. Pas de miracles en P1, avec une amélioration par la suite. Le revêtement n’est pas très plat, avec quelques bosses, ce qui exige de la précision dans le réglage du limiteur.



Cyril Dumont (Red Bull Racing) : Sur les cartographies, elles varient selon l’état de la piste et d’autres paramètres, tout au long du week-end. Chez RBR par exemple, en P1 on a des cartographies très soft car la piste est verte, et on va vers des cartographies plus agressives en termes de driveability moteur, pour finir sur des cartographies très agressives sur les qualifications car avec les pneus neufs, on a beaucoup de grip. On peut être agressif au niveau du pick-up, et de la première partie de l’application de la pédale.


Avec une cartographie soft à l’inverse, on a un moteur plus souple en début d’accélération, pour compenser le fait que la piste manque de grip par exemple.


Ricardo Penteado (LRGP) : Nos cartographies chez LRGP sont déjà bien affinées, on vérifie en essais que les cartos préparées pour les qualifications marchent et celles pour la course aussi. Elles sont adaptées au circuit qui comme à Melbourne sera très sale au début, peut être un peu mouillé.



Thierry Salvi (Team Lotus) : Sur le fond plat soufflé chez Team Lotus, on a un circuit très spécifique, sans virages à très grande vitesse. La gestion du fond plat soufflé est donc différente : comme on a que des épingles avec des régimes moteurs bas, ce ne sont pas les meilleures zones pour l’efficacité des fonds plats soufflés.


On va plutôt travailler sur la stabilité de la voiture au freinage, l’appui arrière notamment, pour que la voiture reste alignée. On travaille sur la motricité en sortie des épingles avec des cartographies spécifiques également. Comme on manque de motricité par rapport à Red Bull, on plus de mal à faire des cartos aussi agressives. On utilise le fond plat au maximum pour augmenter l’appui sur l’arrière et passer la puissance.


Cyril Dumont (Red Bull Racing) : On a aussi des réglages spécifiques aux conditions météo, plutôt côté châssis, mais on a une adaptation côté moteur également, avec des cartos plus souples en début d’accélération qui ressemblent à ce qui est utilisé en P1 et P2. Mais le point principal c’est la chute de température, prévue pour dimanche : la consommation d’essence sera assez élevée. Elle augmente de 1% quand on perd 3° de température…


 


d'après un communiqué Renault Sport F1.




Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |