France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Nicolas CHAZE le 19/05/2011
 
Interview de Rob White (Renault Sport F1)

Interview de Rob White (Renault Sport F1)

Rob White, directeur général adjoint de Renault Sport F1 répond à quelques questions avant le début des essais libres.


- Nous entrons maintenant dans la période où un grand nombre d’équipes introduisent des améliorations aérodynamiques ou des modifications mécaniques. En quoi cela affecte-t-il le travail de Renault en tant que motoriste de ces équipes ?


Étant donné que la spécification du moteur est gelée, le noyau dur de notre activité n’est en aucun cas modifié si nos équipes partenaires introduisent de nouvelles pièces aérodynamiques ou d’importants changements mécaniques - nous avons toujours la responsabilité de fournir un moteur souple pouvant produire le niveau requis de couple et de puissance lorsqu’on le lui demande. Toutefois, certains changements peuvent avoir un impact sur la façon dont cette puissance peut être transmise.


Par exemple nous pouvons avoir à modifier une cartographie moteur ou un type de réglage. Pour ce faire, nous travaillons en étroite collaboration avec les équipes châssis pour développer les cartographies qui pourront à notre avis satisfaire leurs objectifs, puis nous testons ensuite ces paramètres sur un des bancs d’essai de Viry afin de quantifier à la fois sa fiabilité et sa performance. Les améliorations sont prévues longtemps à l’avance par chaque équipe, ce qui nous permet de les intégrer lors de l’élaboration de nos calendriers de tests, puis des tests eux-mêmes.



- Est-ce que les moteurs des équipes vont être changés pour cette course ?


Pour chacun de nos partenaires, nous allons utiliser le même moteur du vendredi que lors de tous les essais du vendredi depuis le début de la saison puisque notre but est d’utiliser autant de nouveaux moteurs que possible lors des qualifications et des courses. Nous en intégrerons donc des neufs pour les qualifications et la course en Espagne. Pour le GP de Monaco nous allons revenir aux moteurs utilisés en Chine et en Turquie - Monaco n’est pas une course particulièrement difficile pour les moteurs car la vitesse y est modérée et le tracé le plus court de l’année avec 260 km au lieu des habituels 300 km. Nous sommes dans les clous du point de vue du kilométrage prévu pour chacune des voitures de nos partenaires et avons pu jusqu’à présent respecter notre plan de marche initial.


- Barcelone représente un excellent décrassage pour les moteurs, mais Monaco est son exact contraire. Quelle difficulté cela représente t-il de préparer un moteur pour deux courses aussi ardues qui se succèdent ?


En fait la préparation pour deux courses est très similaire quelle que soit la configuration des circuits. Nous procédons aux essais moteurs sur le banc pour vérifier la fiabilité et les performances, puis nous installons les bonnes cartographies. Monaco est un défi pour d’autres raisons - la logistique y est compliquée, les garages sont étroits et il y a plus de chances pour un pilote de se tromper, mais pour ce qui nous concerne nous appréhendons ces courses de la même manière que toute autre série rapprochée.


 


D'après un communiqué Renault Sport F1.




Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |